jeudi 23 mai 2024

Euro 2024 : ces 10 joueurs qui peuvent changer le destin de leur sélection

À lire

À L’EURO 2024, Bernardo Silva sera un joueur déterminant de la sélection portugaise, comme un certain Vlahovic avec son pays.

Dusan Vlahovic – Serbie

Le géant de Belgrade sera le leader d’une Serbie qui, depuis l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie, participera pour la première fois de sa jeune histoire à une phase finale d’Euro. Sortis par le Brésil et la Suisse au Qatar, les Serbes ont de vrais atouts à faire valoir pour finir devant la Slovénie, le Danemark ou l’Angleterre. Tadic, Kostic, Mitrovic ou Samardzic et Ilic ou Lukic ont largement de quoi alimenter le buteur de la Juve.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

Bernardo Silva – Portugal

Blessé en 2016 pour le titre européen de la Seleçao, l’ancien Monégasque n’a toujours pas trouvé le bon timing avec la sélection. Comme si son sens du collectif, si précieux avec les Citizens, ne pouvait s’exprimer qu’avec des joueurs mus par les mêmes automatismes. Le talent ne manque pourtant pas au sein d’une sélection où Bernardo Silva trouvera peut-être mieux sa place le jour où CR7 n’y sera plus…

Stanislav Lobotka – Slovaquie

Trois ans après avoir traversé l’Euro 2021 dans l’anonymat (45 minutes face à l’Espagne), le milieu polyvalent qui a fait, depuis, le bonheur de Naples, revient avec d’autres intentions en Allemagne. Dans un groupe accessible (Belgique, Roumanie, Ukraine), les Slovaques peuvent rêver s’appuyer sur leur meilleur joueur pour déjouer les pronostics et confirmer une phase de qualification prometteuse.

Denis Zakaria – Suisse

Tombeur de la France il y a trois ans en 8èmes, la Suisse pourra cette fois compter sur un Monégasque qui s’était blessé lors du premier match pour ne revenir que lors du dernier en quarts face à l’Espagne. Dans la forme de sa vie en 2024, son expérience de la Bundesliga (M’Gladbach), de la Serie A (Juventus), de la Premier League (Chelsea) et donc de la L1 en font un cadre de la Nati. Un des joueurs à suivre cet été.

Tomas Soucek – République Tchèque

Le longiligne et puissant milieu des Hammers qui vient de prolonger à West Ham jusqu’en 2027, capitaine de la sélection tchèque, adore l’Europe. Vainqueur de la Ligue Europa Conference en 2023, il s’inscrit dans la lignée des grands joueurs tchèques, Plasil, Barros, Poborsky, Rosicky, Nedved, Smicer… jamais gagnants de l’Euro, mais toujours placés (finalistes en 1996, demi-finalistes en 2004, quarts de finaliste en 2012 et 2020).

Berat Djimsiti – Albanie

Capitaine d’une sélection qui revient en phase finale, huit ans après une première participation, le défenseur central de l’Atalanta Bergame ne découvrira pas, lui, le niveau international. Habitué de la Ligue des Champions, Djimsiti fait partie des meilleurs joueurs à son poste de Serie A, intraitable en un contre un et dans le jeu aérien. Du haut de son mètre quatrevingt-dix et de ses 56 sélections, on souhaite notamment bon courage aux attaquants italiens… qu’il connait bien pour les côtoyer tous les week-ends.

Yusuf Yazici – Turquie

La victoire en Allemagne (3-2) en fin d’année a redonné du baume au cœur d’une sélection en quête de crédibilité internationale depuis sa demi-finale continentale en 2008. En fin de contrat à Lille, après un prêt non concluant à Trabzonspor, Yazici jouera gros pour sa deuxième phase finale alors que ses performances, parfois géniales, sont toujours aussi irrégulières.

Gianluigi Donnarumma – Italie

Aussi malheureux en Coupe du monde qu’heureux en Championnat d’Europe, la Squadra Azzura défend un titre grandement acquis grâce à la vista de son capitaine, élu meilleur gardien du monde en 2021. Encore faudra-t-il que les Italiens se sortent du piège du groupe B. A 25 ans et 60 sélections, le chemin est encore long, mais le gardien parisien marche sur les traces de Zoff et Buffon.

Aurélien Tchouaméni – France

Après une Coupe du monde plus que convaincante, le Madrilène abordera son premier Euro avec l’expérience de deux saisons pleines au Real Madrid. De jeune premier, c’est un taulier sur lequel pourra s’appuyer Deschamps tellement l’ancien Girondin a franchi un cap depuis son départ de L1. Mais l’année 2023/2024 chez les Bleus du Madrilène, nous laisse sur notre faim. Pour être le vrai successeur de Paul Pogba, il lui reste à franchir un pas.

Benjamin Sesko – Slovénie

Pur produit de la galaxie Red Bull, de Salzbourg à Leipzig, l’attaquant slovène d’un mètre quatre-vingt-quinze a le profil pour être une des attractions de l’Euro. Déjà convoité par le Barça, le Milan AC et le PSG le suivent également de près tellement sa marge de progression parait importante. Leader technique de la sélection slovène, on le compare déjà à un certain Haaland.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi