lundi 27 mai 2024

Formule 1 : Ferrari peut-elle vraiment retrouver les sommets ?

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Avec l’arrivée de Frédéric Vasseur et sa réputation de grand travailleur, on redouble d’ambitions chez Ferrari dont le but ultime est de redevenir championne du monde.

A chaque fois que Ferrari dévoile sa monoplace, c’est en grande pompe, et c’est un immense événement. Avec un rouge encore plus vif qu’en 2022, on espère vivement au sein de la Scuderia, que la SF-23 sera encore plus mordante cette saison. Les tifosi agglutinés à Fiorano ont pu apprécier aussi cet aileron vintage.

Cette voiture rouge est évidemment magnifique. Naturellement, cela ne garantit pas le succès absolu pour autant. Mais c’est un beau début. Pour Frédéric Vasseur, le nouveau directeur de la prestigieuse écurie transalpine, l’objectif pour 2023 est clair et limpide. Il s’en est expliqué lors de la présentation de la voiture :

« Ce qui importe le plus est que la voiture soit performante. Quand on est Ferrari et que l’année dernière on a fini 2ème au championnat du monde, le but est de gagner. On ne peut pas simplement faire partie de cette famille. Mais bien entendu avec Mercedes et Red Bull, cela ne sera pas évident car ils ont eux-aussi le même objectif. Une seule équipe et un seul pilote peuvent s’imposer. Mais nous devons nous imposer ces objectifs. Il faut impérativement avoir la mentalité adéquate pour fournir un meilleur travail et toujours essayer de s’améliorer ».

Vasseur a une Scuderia à remettre à sa place

Frédéric Vasseur a également ajouté devant la presse internationale qu’il n’y aura aucun passe-droit à accorder entre les deux pilotes de l’écurie (Leclerc et Sainz) :

« Les deux pilotes veulent gagner, mais le plus important est de le faire avec et pour Ferrari. Nous devons être clairs sur nos desseins. Ils ont tous les deux le potentiel et les compétences pour y arriver. De notre côté, nous sommes tout à fait en mesure de leur donner exactement la même voiture. Mais, à un certain moment aussi, il faudra prendre des décisions car nous serons à la lutte avec d’autres pilotes et équipes. Les deux pilotes le savent pertinemment. A l’instant T, nous n’avons donc pas de pilote numéro un ou numéro deux. Un championnat, c’est très long. Nous allons devoir combattre tout au long de la compétition ».

Dans un entretien accordé au média Café crème Sport, le nouveau patron de Ferrari a vite compris où il mettait les pieds. Vasseur a bien analysé certains déboires de 2022 afin que des erreurs similaires ne soient plus commises : « La saison a été minée par des soucis de fiabilité, des erreurs stratégiques, des soucis de communication entre les pilotes et l’équipe à certains moments aussi. Là où je peux avoir de l’impact, c’est sur l’état d’esprit, la communication entre les personnes. Il y a du travail, mais je le ferai en toute humilité par rapport à ce que représente la marque ».

Si toutes les planètes sont parfaitement alignées, Ferrari peut viser et espérer un titre de champion du monde des constructeurs. Les tifosi estiment que l’attente (depuis 2008) a assez duré. A juste titre. Alors enfin la bonne année pour Ferrari ? L’ancien pilote italien Jarno Trulli (252 GP) nuance :

« C’est toujours compliqué de juger avec Ferrari. Si on regarde le scénario de l’an passé, ils ont démarré la saison tellement fort que, sincèrement, je pensais qu’ils allaient ne laisser aucune chance aux autres. Mais après quelques courses ils ont été derrière Red Bull. Et vers la fin de la saison, Mercedes était devant eux. Avec Ferrari, je ne comprends pas toujours tout… Certes, Vasseur arrive, mais c’est le cas depuis peu. »

« Vasseur va être essentiel dans la réorganisation d’équipe »

« Il ne va pas tout révolutionner non plus. Cependant je pense qu’il va être essentiel dans la réorganisation d’équipe. Il va chercher à éviter de faire de grosses erreurs comme on a pu le déplorer la saison dernière tant au niveau de la gestion de courses que des pilotes ou des pit stops (arrêts au stand). Le travail à mener par Vasseur doit être à considérer sur le long terme, plus sur l’aspect d’un travail de gestion d’équipe sur circuit que sur le niveau de compétitivité de la voiture à proprement parler. Car quand il est arrivé la voiture était quasiment toute faite. Après, si on prend Ferrari, Red Bull, Mercedes, ils seront sans doute devant les autres ». Reste à savoir quel sera l’ordre d’arrivée…

Pas de bourdes dans les stands !

La stratégie a constitué un des gros points faibles ces dernières saisons chez Ferrari dont la toute dernière. Pour éviter de multiplier les bourdes à l’avenir qui ont coûté très cher à Charles Leclerc et Carlos Sainz l’an dernier, Ferrari cherche vraiment à progresser sur le plan de la stratégie et des arrêts aux stands.

Sous la houlette de Frédéric Vasseur, le nouveau directeur d’écurie Ferrari va mettre le paquet là-dessus. Cette dernière avait prévu de faire 1000 arrêts aux stands d’entraînement à l’abri des murs de Maranello en un mois, d’ici Bahreïn. On verra bien à Sakhir le 5 mars l’étendue des premiers progrès à ce niveau.

L’avis de Franck Montagny

« J’y crois. J’y crois vraiment. Je pense qu’ils ne peuvent que gagner en fiabilité. L’an passé, ils ont réussi à aller vite. Il y avait eu une grosse domination de Ferrari en début de saison puis ça s’était cassé la figure au milieu d’année jusqu’à la fin. Il y avait eu des choix peu positifs dans l’évolution de l’écurie. Il y avait eu beaucoup de choses de faites pour Carlos Sainz, peu pour Charles Leclerc alors qu’il jouait la tête du championnat. Il y a eu de mauvaises décisions de prises durant la saison. »

« Je pense que Fred Vasseur c’est un peu mon côté cocorico va faire un grand bien à l’écurie, s’il en a la possibilité. Premièrement, il est très lié avec Charles. Et quand un pilote et un chef d’écurie sont liés par autre chose que le pognon, ça fonctionne. Il faudra trouver de la performance pour être au niveau de la Red Bull. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi