jeudi 18 juillet 2024

Formule 1 : Mercedes ne supporte plus la domination de Red Bull

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Privée de son titre constructeurs, l’écurie allemande Mercedes fera tout pour récupérer sa couronne mondiale malgré la concurrence de plus en plus accrue.

Cela faisait plus de 8 ans que Mercedes n’avait pas connu une telle déconvenue. En voyant son titre mondial des constructeurs revenir chez Red Bull en 2022, l’écurie allemande ne pouvait que constater l’évidence : les Flèches d’Argent ne savaient plus viser dans le mille à chaque Grand Prix. Pire, sans un succès de George Russell, au Brésil, Mercedes aurait fini sans aucune victoire sa saison.

C’est pour cela que l’année 2023 sera très attendue du côté des dirigeants allemands. Toto Wolff en tête. « L’année dernière a été difficile, mais elle s’est accompagnée de beaucoup d’apprentissages. J’espère que 2023 sera la preuve que nous avons compris comment démêler les problèmes et améliorer le package de la voiture. Ce sera certainement un grand défi. »

« Revenir sur le devant de la scène »

Et justement pour la saison qui s’ouvre, Mercedes ne change pas ses habitudes et fera tout pour viser la victoire à chaque course.

« Au début de toute nouvelle saison, nos espoirs et nos attentes sont toujours d’être capables de se battre pour un championnat du monde, expliquait Wolff lors de la présentation de la W14. Courir à l’avant demande de la résilience, du travail d’équipe et de la détermination. On va relever tous les défis, on donne la priorité à l’équipe et on ne laissera passer aucun détail. Cette année nous mettrons tout en œuvre pour revenir sur le devant de la scène. »

Il faudra pour cela réussir à battre Red Bull et Ferrari qui ont terminé devant Mercedes en 2022. Mais, pour le patron de Mercedes, c’est plutôt une source de motivation à l’aube de cette saison 2023.

« Je suis sûr qu’au moment de regarder derrière, on saura que 2022 aura été une année déterminante pour nos succès futurs. Après nos 8 titres de champion du monde consécutifs, on savait qu’il y aurait de nombreux défis devant nous. On espère que la saison dernière était une exception et que la prochaine sera forcément meilleure ».

Pour se démarquer de l’année dernière, Mercedes a décidé de repartir sur un modèle noir à l’image des monoplaces des derniers titres de Lewis Hamilton  en 2020 et 2021. Mais contrairement à ses anciennes grandes sœur, le choix du noir pour la W14 n’est pas anodin.

Les flèches d’argent auront un gros coup de noir pour profiter du carbone brut et ainsi allégé la monoplace 2023. Même si pour eux, le noir est désormais une référence assumée à l’ADN de l’équipe ces dernières années. Et ce n’est pas Lewis Hamilton qui va s’en plaindre. Bien au contraire, c’est avec l’ambition de lever de nouveau le poing vers le haut avec Mercedes.

Schumacher, le poids de l’héritage

Après deux années du côté de Haas, Mick Schumacher sera toujours en Formule 1 cette saison. Mais dans un rôle plus confidentiel de réserviste chez Mercedes. Le fils de Michael Schumacher retrouve l’équipe que son père avait aidée à relancer sur la piste pendant trois ans, entre 2010 et 2012. Une belle façon également d’intégrer une équipe de top niveau qui doit l’aider à continuer son apprentissage à 23 ans.

« Je suis ravi de faire partie de l’équipe Mercedes-AMG Petronas F1 en tant que pilote de réserve pour 2023, expliquait-il au moment d’officialiser son engagement pour cette nouvelle saison. Je m’engage à tout donner pour contribuer à leur performance dans cette compétition très compétitive et environnement professionnel. »

Avant de profiter au maximum de l’opportunité de la chance d’aider l’écurie allemande dans sa quête des sommets. « Je prends cela comme un nouveau départ, et je suis juste excité et reconnaissant envers Toto (Wolff) et toutes les personnes impliquées pour m’avoir fait confiance. La F1 est un monde tellement fascinant, et vous ne vous arrêtez jamais d’apprendre, donc j’ai hâte d’absorber plus de connaissances et de mettre tous mes efforts au profit de l’équipe Mercedes. »

En attendant de rebondir en 2024 dans une monoplace, à l’image d’Esteban Ocon, Nico Hülkenberg ou Alexander Albon, qui avaient su profiter de leur année de réserviste avant de revenir sur la grille de F1.

L’avis de Franck Montagny

« Ils ont changé pas mal de choses sur la voiture au fil de la saison dernière. C’est encore trop tôt pour pouvoir se prononcer pour savoir ce que la voiture est capable de faire. Je pense qu’ils ont su corriger le tir par rapport à 2022. Il y a moins de problématiques par rapport à la réglementation. Il n’y aura pas de périodes d’adaptation comme cela avait été le cas il y a un an. Ils vont être costauds d’entrée. La voiture va être ultra-fiable pour faire la différence en début de saison, notamment en régularité. Je ne pense pas, en revanche, qu’il y aura la performance. Mais attention, ça va être une grosse équipe cette année. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi