samedi 2 mars 2024

Carlos Sainz : le challenger de Charles Leclerc, avant d’être celui des Red Bull

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Vainqueur de son tout premier Grand Prix en carrière en 2022, l’Espagnol de 28 ans, Carlos Sainz (4ème du Grand Prix de Bahreïn) veut repousser encore ses limites pour ajouter d’autres lignes à son palmarès.

Au premier coup d’oeil de la SF-23, Carlos Sainz est tombé immédiatement sous le charme. Lors de sa présentation, il a avoué à chaud sur le site de Ferrari : « Je suis toujours aux anges de voir la voiture pour la première fois. Je ne la regarde que depuis cinq minutes, mais je la contemple véritablement, je tourne autour. Elle est vraiment magnifique. Elle est encore plus belle que la saison dernière. Le rouge de la voiture est encore plus vif et brillant. La voiture est encore plus stylée par rapport à la saison dernière, ce qui est une bonne chose ».

Carlos Sainz a entamé en 2023 sa troisième saison chez Ferrari. Il y a pris ses habitudes. Presque comme un Italien comme il l’a confié sur le site officiel de la Scuderia :

« Mon comportement est assez similaire à celui des Italiens. Je le ressens fortement quand je suis proche des mécaniciens, des ingénieurs. Bien entendu les gens savent aussi que je vis en Italie. Je me sens très Italien dans ma manière d’être. Et puis il y a aussi les antipasti que j’ai beaucoup de mal à retirer de mon régime (sourire). D’autant que j’essaie de perdre un kilo avant le démarrage de la saison ».

« Je veux faire encore grossir ces chiffres »

Si on prend en considération le classement purement comptable de la saison dernière, Carlos Sainz se situe bien derrière Charles Leclerc dans la hiérarchie. L’Espagnol 5ème au classement des pilotes (comme en 2021) a accusé un retard de 62 unités sur le Monégasque. De fait, Carlos Sainz n’attaque pas 2023 dans la peau du leader chez Ferrari.

Toutefois, le Madrilène a connu globalement de bonnes sensations au fil de la saison dernière avec ces F1 à effet de sol. En 2022, le pilote de 28 ans a connu la victoire, 9 podiums et 2 pole (contre 4 podiums en 2021). Mais il ne s’en contente pas :

« Je veux faire encore grossir ces chiffres. Mais la priorité de l’équipe est de continuer d’avancer, de progresser comme nous l’avons fait l’an dernier. On veut maintenant faire un bond en avant en essayant de gagner le plus de courses possible dans l’optique du titre de champion du monde. On veut être le plus compétitifs possible. Mais, dans le même temps, on doit s’améliorer dans tous les secteurs pour espérer y parvenir ». Afin d’être le plus performant possible dès le premier Grand Prix de Bahrein, Carlos Sainz a fourni pas mal de travail spécifique :

« Cela a été un long hiver car la saison a fini un peu plus tôt que d’habitude. J’ai donc commencé mon programme d’entraînement un peu plus tôt aussi. Je me suis beaucoup axé sur le cardio. A l’accoutumée, j’aurais fait pas mal de musculation. Mais désormais je suis à la limite de mon poids. Voilà pourquoi je me suis davantage focalisé en partie sur le cardio. Je me sens très fit ». Du coup, il se sent prêt à « défier » son équipier Charles Leclerc, que ce soit au golf, dans des parties de padel ou bien entendu sur la piste :

« Tous les deux, on s’amuse bien en dehors des circuits. On va avoir un peu de temps de libre cette saison entre les courses, quand on doit rester dans des villes ou qu’on doit se rendre ailleurs. Je compte bien demeurer aussi compétitif, d’ailleurs comme nous le sommes sur les circuits, en padel ou dans d’autres sports. Je suis convaincu qu’on prendra encore beaucoup de plaisir ». Il sera forcément encore plus décuplé si la gagne est au rendez-vous.

Le saviez-vous ?

Carlos Sainz s’est retrouvé sur le dernier Dakar en train de suivre son père, illustre dans le monde des rallyes. Le Madrilène a apprécié visiblement le lieu et le spectacle. Prêt à sauter le pas à l’avenir ? « Pourquoi pas ? Le Dakar est une course que j’apprécie sincèrement. En ce moment, ma vie est trop remplie avec mes engagements en Formule 1. Mais dans un avenir plus lointain on ne sait jamais. Je laisse toutes les possibilités ouvertes » a-til confié pour le site autohebdo.fr.

L’avis de Franck Montagny

« Je n’y crois pas. Je pense que la relation bisounours que Binotto avait essayé d’instaurer entre Leclerc et lui ne fonctionne pas. J’ai vu beaucoup de choses l’an passé, notamment quand il se plaignait des tifosi et de la manière dont on le traitait. Il se plaignait de trop. C’était Caliméro ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi