mardi 6 décembre 2022

Xavier Garbajosa, un nouveau challenge plein de questions au LOU

À lire

Deux ans après avoir été remercié par Montpellier, Xavier Garbajosa a retrouvé un banc du côté du LOU. L’ancien toulousain aura la lourde tâche de succéder à Pierre Mignoni. Peut-il réussir chez le champion d’europe ? A-t-il les épaules pour diriger un grand club ?

En sept ans, Pierre Mignoni s’est inscrit à jamais dans l’histoire du LOU. Il a permis au club lyonnais de monter en Top 14, de s’y stabiliser et surtout de gagner des titres entre le trophée de champion de France de Pro D2 en 2016 et celui du Challenge Européen en 2022. Désireux de retourner à Toulon, Mignoni laisse un héritage difficile à égaler pour son successeur Xavier Garbajosa :

« Ce n’est pas facile de remplacer Pierre Mignoni, mais je pense que Xavier a les moyens, les qualités pour réussir. Après, il y a beaucoup de facteurs qui interviennent dans la réussite ou l’échec d’un entraîneur notamment la façon dont les joueurs adhèrent à son projet, les discussions qu’il aura avec ce nouveau groupe, mais je pense que Lyon est un club qui lui correspond, un club qui progresse régulièrement, qui travaille bien » analyse Marc Andreu qui a connu Garbajosa à La Rochelle. »

Garbajosa correspond à une équipe comme le LOU

Xavier Garbajosa n’en est pas, en effet, à sa première expérience de coach. En 2014, Patrice Collazo l’a fait venir comme entraîneur adjoint à La Rochelle. Pendant cinq ans, il fait du super travail, prenant de plus en plus d’importance au sein du staff et est tout naturellement sollicité en 2019 pour devenir entraîneur principal d’une équipe montpelliéraine qui se cherche. Comme quand il était joueur, il jouit d’une bonne réputation auprès de ses joueurs, il sait leur parler, leur vendre son projet de jeu et selon Marc Andreu c’est l’une de ses principales forces :

« Avant de signer, quand je l’ai eu au téléphone, son discours orienté rugby m’a immédiatement plu, il sait parler aux joueurs. Il est proche d’eux tout en gardant la distance que son rôle d’entraîneur demande. Quand il faut gueuler, il le fait. Dans le jeu pratiqué avec Xavier, c’est la notion de plaisir qui est importante. Il a l’ADN toulousain, du sang toulousain coule dans ses veines, on le chambrait d’ailleurs parfois sur ça. Il a mis des choses intéressantes en place à La Rochelle puis à Montpellier, après les présidents ont pris d’autres options, mais ça ne remet pas en cause ses qualités d’entraîneur. »

« Le jeu pratiqué avec Xavier Garbajosa, c’est la notion de plaisir qui est importante. Il a l’adn toulousain »

A Montpellier après une bonne première saison, il n’a pas résisté à la crise de mauvais résultats au début de la saison 2020/2021 et a été remplacé par Philippe Saint-André. Cet échec n’est absolument pas un indicateur pour son aventure lyonnaise ; Guy Novès, son ancien entraîneur à Toulouse, le rappelle :

« Chaque club est différent. Ugo Mola avant de connaitre le succès à Toulouse était passé par Brive, Castres, Dax, il avait connu des échecs comme tout entraîneur. Avec Xavier, nous avons toujours eu une relation très forte car c’est un garçon qui se donne à 100% dans tout ce qu’il fait. C’est le genre de joueur avec lequel on ne pouvait pas prédire son avenir car quand il était joueur il se consacrait complètement dans son rôle de joueur. Il fait les choses à fond, maintenant encore en tant qu’entraîneur. Il a déjà une grosse expérience avec La Rochelle puis Montpellier. Je suis confiant car il est très méticuleux, le LOU est un club en pleine évolution, qui vient de gagner un titre, avec un potentiel joueurs important. »

Un avis partagé par Marc Andreu : « Chaque entraîneur a des hauts et des bas dans une carrière. Je pense que son passage comme consultant télé va lui être bénéfique. Il a vu les choses d’un autre angle, il a pu analyser le jeu des équipes. C’est un garçon qui est bien entouré, il s’est fait une carapace. Ce n’est pas facile de remplacer Pierre Mignoni, mais je pense que Xavier a les moyens, les qualités pour réussir. Après, il y a beaucoup de facteurs qui interviennent, voir comment les joueurs adhèrent à son projet, les discussions qu’il aura avec ce nouveau groupe, mais je pense que Lyon est un club qui lui correspond, un club qui progresse régulièrement, qui travaille bien. »

Entre le Top 14 et la Champions Cup, Xavier Garbajosa aura un programme copieux et de nombreux matches pour mettre en place le jeu offensif qu’il prône, mettre sa patte sur l’équipe et montrer que lui aussi peut être un excellent entraîneur. Il effacerait ainsi définitivement le mauvais souvenir de la fin de son aventure montpelliéraine.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi