mardi 16 juillet 2024

[Hand] Luc Steins (Pays-Bas) : « Ça va être compliqué de nous qualifier pour les Jeux olympiques »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Meilleur joueur de StarLigue, pour la troisième saison consécutive, Luc Steins (28 ans) ne manque pas d’ambition pour les prochaines échéances avec le Paris Saint-Germain. Le Néerlandais veut faire de cette année 2024 un feu d’artifice que ce soit en club ou en sélection.

Comment se passent ces semaines avant l’entame de cette nouvelle saison ?

Tout se passe bien. On travaille bien. On a passé les jours les plus compliqués de la préparation, mais on sait pourquoi on le fait.

À lire aussi : votre magazine spécial sur la nouvelle saison de hand

Avec notamment un stage au Japon.

C’était une superbe expérience. Je n’avais jamais été au Japon. C’était une bonne façon de repartir pour une nouvelle saison. Nous avons été bien été reçus. On a visité de nombreux endroits. On s’est bien entraîné avec de superbes installations. C’était extraordinaire. On a vécu des matches incroyables avec plus de 10 000 personnes dans les tribunes. On n’avait jamais vécu cela sur une préparation lors des matches amicaux. C’était super agréable à vivre.

Cela gonfle-t-il le mental au moment de repartir pour une nouvelle saison ?

Je ne vais jamais oublier cette expérience. Ça donne envie de recommencer une saison surtout après les vacances. J’en ai profité pour me relâcher cet été. J’ai bien coupé avec ma famille et mes proches. J’étais content de retrouver les copains et de partir avec un nouveau groupe. On a vite intégré les nouveaux. On est toujours ambitieux et on veut continuer ce beau projet. Même si on n’était pas parti au Japon, on aurait été motivé pour cette nouvelle saison, mais avec un tel voyage, on n’oubliera jamais ce que l’on a vécu ensemble là-bas. C’est extraordinaire.

Quand on est sportif de haut niveau, au bout de combien de temps le handball manque-t-il ?

(Sourire) Généralement, ça met quelques semaines pour récupérer de tous les bobos. J’avais aussi quelques problèmes physiques avant de partir en vacances, notamment aux côtes, aux pieds et aux épaules. Mais après deux semaines, ça allait mieux. Je ne reste jamais tranquille pendant les vacances. J’ai repris un peu de vélo et de course pour m’amuser avec des potes et garder la condition.

Après deux semaines, tu veux reconstruire ton corps pour la compétition, avec un peu de musculation. On veut en profiter pour travailler la force. Durant la saison, on n’a pas forcément le temps. On a repris après deux-trois semaines. J’ai touché un peu la balle avec des copains ou des gens que l’on a rencontrés au camping (rires).

« La Ligue des champions reste notre plus grand objectif »

Quelle est l’ambition cette saison avec le PSG ?

Il faut essayer de rester champion de France pour la 10ème fois de suite. Il ne faut pas se laisser surprendre par les autres équipes qui ont bien recruté. Chaque saison, on repart de zéro. Il faut intégrer les nouveaux pour ne pas perdre des matches dès le début de saison comme l’an passé à Toulouse. C’est une nouvelle saison aussi pour gagner la Ligue des Champions. On veut toujours y arriver. Se qualifier pour le Final 4, c’est bien, mais maintenant, il manque le titre. C’est le plus gros objectif de cette saison.

D’autant plus que le PSG est régulièrement au Final 4.

J’espère que la chance va tourner. Chaque fois qu’on y est, c’est une opportunité. On a 25% de chances de réussir à la gagner. Tous les matches étaient serrés. Ça se joue sur des détails. Des tirs, un contre ou une décision d’arbitre…

On sait qu’on veut saisir notre chance. Avant le Final 4, Magdebourg était l’équipe avec le plus de blessures, mais ils ont montré un gros mental. Sur un week-end, tout peut arriver. Ils ont gagné. Il faut rejouer une saison complète pour y arriver encore.

Est-ce important de garder une stabilité au PSG avec les prolongations de Raul Gonzalez, le coach, ou encore Nikola Karabatic ?

Ça fait du bien de travailler dans la continuité. C’est plus facile avec des joueurs que l’on connaît par cœur. On gagne du temps dans une saison. En plus, on aura une année de plus avec nos gardiens. Le projet ne va pas complètement changer.

L’entraîneur a forcément appris de ces dernières saisons et il sait où il veut nous emmener. On a déjà été loin en Ligue des Champions et en championnat. On doit garder ce niveau et faire en sorte d’être prêt au moment d’arriver au Final 4 de la Ligue des Champions, mais il faudra d’abord y retourner.

Luc Steins rêve de triompher avec les Pays-Bas

Avec les Pays-Bas, les rendez-vous importants ne manqueront pas avec l’Euro et peut-être les JO ?

Je vais vivre un troisième Euro de suite. On a pris de bonnes habitudes. On est toujours là pour jouer les phases finales, mais on veut encore aller plus loin. Chaque fois, on essaye de grimper des positions au classement final.

Ça va être compliqué de nous qualifier pour les Jeux Olympiques. Ce n’est pas fait encore. Mais si on fait un super Euro en Allemagne, pourquoi ne pas y croire. On va tout faire pour cela et être à Paris, pour vivre les Jeux Olympiques de l’intérieur.

Quand on s’appelle Luc Steins, meilleur joueur de StarLigue et membre du PSG, est-ce un rêve de vivre les JO de Paris avec les Pays-Bas ?

(Sourire) Forcément, j’en rêve. Dès que j’ai signé au PSG et que j’ai su que les JO étaient à Paris, c’était dans un coin de ma tête. Si on continue à augmenter le niveau avec les Pays-Bas, peut-être… Mais on n’est pas au niveau encore. Peut-être avec un peu de chance.

Le sport peut nous réserver des surprises. Mes coéquipiers de sélection nationale progressent chaque jour. On pourrait être une surprise. Paris, je le garde toujours en tête. Il y a peu de places. Ce sera peut-être un peu juste pour Paris, mais pourquoi pas croire à Los Angeles derrière.

Entre gagner la Ligue des Champions avec le PSG et les Jeux Olympiques avec les Pays-Bas, que choisissez-vous ?

(Rires) D’abord la Ligue des Champions. C’est le titre qui possède le plus de valeur dans notre sport. C’est la récompense d’une saison. Une participation aux JO avec les Pays-Bas serait extraordinaire mais, pour moi-même, et tout le travail que j’ai fait depuis que je suis petit, la Ligue des Champions, c’est un objectif à part. C’est une valorisation personnelle et une belle récompense dans une carrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi