jeudi 25 avril 2024

Hommage : Guy Laporte, un héros tranquille

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le 28 janvier 2022, Guy Laporte s’est éteint. L’ancien ouvreur international et manager du XV de France a marqué de son empreinte son sport.

A 69 ans, Guy Laporte a définitivement botté en touche. Né à Beaufort le 15 décembre 1952, ce buteur implacable, formé à Riuemes, a effectué une magnifique carrière notamment en club à Graulhet pendant 16 ans entre 1972 et 1988 (plus de 200 matches et près de 1800 points marqués). Sélectionné à 29 ans par Jacques Fouroux en 1981 (contre l’Irlande) et associé à la charnière avec Pierre Berbizier lui aussi neuf à ce niveau, il a été étincelant de maîtrise au pied lors du Grand Chelem de 1981.

Il a été 16 fois sélectionné en équipe de France (19 transformations, 23 pénalités, 3 essais, 8 drops) et a remporté le Tournoi également en 1986. Il dispute ensuite la première Coupe du monde un an plus tard. Jean-Pierre Garuet se souvient :

« A Graulhet, Guy a vraiment été emblématique. Il a tenu longtemps le club au point de le mettre en haut du tableau. C’était un sacré buteur. Je me souviendrai toujours d’un Agen/Graulhet à Lourdes. Ce jeune buteur à l’époque au sein d’un effectif pourtant limité avait défié Agen et ses gros moyens. Graulhet avait gagné et le jeu au pied de Laporte avait été incroyable. Cela avait été un match repère. Rappelons-nous aussi que quand l’équipe de France fait le Grand Chelem en 1981 un peu à la surprise générale, on peut remercier Guy. Cette équipe de France à l’époque était un peu dans le style de Graulhet. Guy en était le métronome ».

« Il y avait eu aussi cette tournée en Nouvelle-Zélande en 1984. Il était certes très talentueux, mais aussi très besogneux. On a vu bien des années plus tard un Jonny Wilkinson taper merveilleusement bien en étant très méticuleux. Avant lui, Guy Laporte n’arrêtait pas non plus de répéter des mouvements, de buter de tous les côtés du terrain. J’ai alors compris beaucoup de choses sur lui ».

Une fois les crampons mis au placard, Guy Laporte passe de l’autre côté. Encore une fois avec brio. Il est élu fédéral sur la liste de Bernard Lapasset.

« L’homme du consensus »

Il devient en 1993 le président du comité de sélection, manager du XV de France et directeur de la tournée. Garuet parle aussi du dirigeant :

« Dans les années 90/95, Laporte était le président du comité de sélection. Je faisais partie des sélectionneurs et ce dans la génération de Pierre Berbizier. Il était monté à un niveau très haut à la Fédération. Sous la présidence de Lapasset qui oeuvrait d’une façon, il y avait aussi Pierre Berbizier qui avait du caractère, mais il était proche de Guy. Ils avaient fait le Grand Chelem ensemble en 1981. Dans les années 90, il avait pourtant fallu façonner une nouvelle équipe, créer un nouveau noyau. On en parle assez peu mais, sous l’ère Berbizier, on avait été gagner deux fois chez les Blacks. Guy Laporte était l’homme du consensus. Comme il avait fait un peu de politique, il avait cette diplomatie en lui ».

Le natif de Haute-Garonne a aussi été gérant d’une société de cuirs et de peaux à Graulhet. Guy Laporte s’est aussi investi dans la politique en étant conseiller municipal et régional. Médaillé d’or de la Jeunesse et des Sports, il avait été nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1995. Des distinctions suprêmes à la hauteur de son talent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi