mercredi 22 mai 2024

OL : nos révélations sur le départ d’Aulas, poussé dehors par Textor

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Si le timing a surpris, le départ de Jean-Michel Aulas est la suite logique du rachat du club par John Textor. Les relations entre l’Américain et l’emblématique président de l’OL ont toujours été très tendue.

Depuis le 23 avril dernier et la défaite cruelle de l’OL face à l’OL, on a compris. « La définition de la folie, c’est de faire toujours la même chose et espérer des résultats différents. Si on veut des choses différentes, il va falloir changer des choses ».

Pour ceux qui n’avaient pas encore compris que le nouveau propriétaire du club et Jean-Michel Aulas ne pourraient pas travailler ensemble, ces mots très forts sifflaient la fin de la récréation (LIRE ICI : Textor va passer à l’action).

La vente avait failli être annulée

Car, comme nous vous l’avions régulièrement expliqué ici : Textor – Aulas, ça n’a jamais collé. Et si les négociations ont mis si longtemps à aboutir, c’est parce que celui qui a dirigé le club pendant 37 ans, savait très bien que cela ne durerait pas (LIRE ICI : la vente annulée ?). Que le « contrat » de 3 ans proposé pour continuer à diriger le club, ne pourrait jamais s’appliquer.

D’ailleurs, cela n’a pas tardé. Très vite après la signature de l’acte de vente, les différents ont éclaté au grand jour et John Textor avait une idée fixe en tête : se débarrasser de l’embarrassant Aulas. Quand l’Américain voulait tout changer, reconstruire le secteur sportif, JMA freinait des quatre pieds pour ne pas bousculer l’institution.

Plus on s’approchait du mercato, période décisive pour l’avenir du club, plus les discordances faisaient trembler les murs de l’OL-Groupe. Plus il était urgent d’agir pour John Textor. Bruno Cheyrou, Vincent Ponsot, Juninho (dont Textor aimerait le retour)… les sujets de désaccord ne manquaient pas.

Finalement, tout s’est logiquement déroulé vendredi dernier, lors du conseil d’administration d’OL Groupe, pour aboutir à ce communiqué : « Lors de sa réunion tenue le 5 mai 2023, le Conseil d’administration d’OL Groupe a nommé Monsieur John Textor en qualité de Président du Conseil d’administration à compter du 5 mai 2023 et jusqu’à l’issue de son mandat d’administrateur, à la suite de la cessation des fonctions de Monsieur Jean-Michel Aulas en tant que Président-Directeur général d’OL Groupe ».

La porte est grande ouverte pour Juninho

Un communiqué dont la froideur, symbolise parfaitement l’état des relations entre deux hommes aux visions complètement différentes. Jean-Michel Aulas va toucher environ 10 millions d’euros à titre de compensation, comme prévu dans le cas où son « contrat » de président serait rompu avant la durée des 3 ans.

John Textor a désormais les mains libres pour restructurer le domaine sportif, défaillant depuis quelques années. La décision la plus importante pourrait être le retour de Juninho au poste de directeur sportif. Le Brésilien, revenu furtivement à l’OL, en tant que directeur sportif, avait quitté le club en décembre 2021, alors que les relations avec Rudi Garcia, puis Jean-Michel Aulas s’étaient dégradées.

Depuis qu’il a pris le contrôle du club, John Textor n’a qu’une envie : faire revenir l’idole de l’OL qui, malgré un bilan mitigé lors de son retour éphémère au club, conserve une cote intacte au près des supporters.  

A LIRE ICI : Jean-Michel Aulas, le visionnaire qui a révolutionné le football français

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi