jeudi 25 avril 2024

Interview : Mathis Dossou-Yovo (Saint-Quentin) préfère l’Euroligue à la NBA !

À lire

Mathis Dossou-Yovo évolue à Saint-Quentin depuis 2022. A 23 ans, le pivot, produit du Centre Fédéral, passé par Chalon, Evreux ou Blois, réalise une saison de feu récompensée par une sélection au All-Star Game. Il nous parle de lui, de ses passions, de sa vie dédiée au basket aux côtés de sa femme, la joueuse Iliana Rupert. Entretien pour France Basket et Le Quotidien Du Sport.

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de vos débuts dans le basket ?

J’ai un peu pratiqué le judo, mais quand j’ai découvert le basket, il n’y avait pas photo entre les deux sports. Je ne viens pas d’une famille de basketteurs, ma grand-mère m’a inscrit dans le club local car j’étais plus grand que les autres. Ça m’a immédiatement plu et j’ai poursuivi dans ce sport qui me correspondait parfaitement.

Etes-vous passionné par d’autres sports ?

Non, pas vraiment, je suis vraiment connecté basket. J’aime beaucoup regarder les matches d’Euroligue beaucoup plus que la NBA. Certainement de par mon style de jeu. Je regarde notamment les matches de ma femme.

À LIRE AUSSI : l’actu du basket dans votre mag

« Je regarde les matches de ma femme »

Est-ce facile de vivre avec une sportive (il a épousé l’internationale française Iliana Rupert) ? Lui donnez-vous des conseils sur son jeu ?

Oui car on se comprend. En plus, on pratique le même sport, on connait les difficultés, ce dont l’autre a besoin. Je suis franc avec elle, on discute beaucoup de nos performances respectives et on est très critiques l’un envers l’autre. C’est indispensable pour progresser. On est demandeurs de conseils, on se comprend.

Que représentent vos tatouages ?

J’ai fait le premier à 17 ans. J’en ai plusieurs, ils sont en relation avec ma famille, mes frères, mes sœurs, mes grands-parents.

Que devient votre animal de compagnie, Shenron le serpent ?

J’ai toujours aimé les animaux et je rêvais d’avoir un serpent depuis longtemps. Je l’ai gardé un an et demi car c’est difficile de s’en occuper entre les déplacements, les matches et faire garder un serpent par des amis ce n’est pas facile (rires). Il s’appelait Shenron comme le dragon de Dragon Ball Z.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi