mardi 27 septembre 2022

La montée sinon rien pour Oyonnax, un challenge trop ambitieux ?

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le club de L’Ain ne veut pas rester sur la déception de sa saison passée. Les oyomen veulent cette fois accrocher le (bon) wagon du Top 14 Après quatre saisons en Pro D2.

La saison dernière, la route d’Oyonnax s’est arrêtée net en demi-finales de Pro D2 contre l’USAP (15-27). Des leçons sont à retenir pour l’exercice qui vient de démarrer. Le manager Joe El Abd en est conscient :

« Il va falloir savoir s’adapter encore davantage dans des conditions compliquées, surtout en cette période si délicate. C’est la condition n°1. Ensuite, dans une saison il y a des hauts et des bas. Il s’agit malgré tout de parvenir en fin de parcours avec un maximum de ressources et demeurer en grande forme.

On n’a pas été loin la saison passée, mais pas suffisamment près non plus. On a perdu contre une belle équipe de Perpignan qui a été forte toute la saison. Ils ont mérité leur victoire. Mais on a subi trop de blessures qui nous ont finalement impactés négativement ».

Une nouvelle fois, le club de l’Ain est resté à quai dans l’antichambre de l’élite. Néanmoins le successeur de Christophe Urios maintient des objectifs élevés pour cette saison même si, quand on lui parle d’accession, il ne veut pas mettre la charrue avant les boeufs :

« On veut figurer en haut de tableau. La concurrence en Pro D2 s’élève chaque saison. On retrouve des clubs comme Bayonne qui a montré tout de même de belles choses la saison passée et Agen qui possède un budget quand même assez conséquent.

Vannes et Grenoble seront également durs à battre et ambitieux. Mais Oyonnax veut se battre avec les gros, animé aussi par cette envie de retourner en Top 14 ».

« A nous de montrer sur le terrain qu’on mérite de monter »

Pour le manager du club, toute notion de fatalité est proscrite : « Oyonnax reste un petit club, Il y a bien d’autres équipes qui ont plus de moyens. Cela ne nous empêche pas d’avoir de l’ambition. A nous de montrer sur le terrain qu’on mérite de monter. Avec le recrutement effectué, on sera plus fort ».

Soulan (ouvreur, Colomiers), Lebreton (3ème ligne, Rouen), Berthaud (pilier, Soyaux-Angoulême), Vialelle (centre, Castres), Murday (2ème ligne, Toyota Industries Shuttles au Japon) et Sweetnam (arrière, La Rochelle) ont notamment rejoint le club :

« Il y a eu des départs. On a effectué un recrutement ciblé. En fonction de nos moyens, on a pris des joueurs de qualité, mais surtout de bons « Oyomen » avec des caractères forts. C’est essentiel. Ils sont déjà bien intégrés dans le groupe. J’espère que ces recrues vont bien nous renforcer…».

Le club de la région Auvergne-Rhône-Alpes conserve une identité forte. Elle ne sera pas reniée. Joe El Abd s’en veut le garant :

« Quand les phases finales arrivent, tout est possible. Mais avant cela on doit montrer qu’on a le jeu pour monter en Top 14 et surtout y rester. On va s’appuyer sur nos valeurs de combat. C’est dans notre ADN.

On devra aussi montrer beaucoup d’exigence dans le jeu, avec de la précision et de l’organisation. On ne va pas révolutionner notre façon de jouer non plus. A nous de nous adapter aussi aux équipes qu’on affrontera ».

Si toutes ces conditions sont réunies, alors Oyonnax ne devrait pas être loin de toucher au but.

Oyonnax en TOP 14, le challenge de l’année à retrouver dans votre rugby mag

.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi