samedi 13 avril 2024

Lakers et Nets, le match des Dream Teams de la NBA

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

L’une à l’Ouest et l’autre à l’Est figurent parmi les grandes favorites pour remporter le titre en ayant empilé les stars. Entre les Lakers et les Nets, la saison sera décisive.

Avec le début des hostilités en NBA, toutes les franchises ont tenté de trouver les derniers bons réglages. Lors d’un match de préparation, les Nets ont étouffé les Lakers de Los Angeles sur leur parquet (123 à 97). Il ne faut aucunement tirer de conclusions hâtives par rapport à cet affrontement de pré-saison.

D’autant que les Lakers étaient privés de leurs superstars LeBron James et Russell Westbrook. En compétition officielle et sur la durée, on verra jusqu’à quel point ces deux mastodontes de la NBA performeront et répondront aux énormes attentes.

Un gros duel mais attention aux surprises

La saison passée, les Lakers ont été éliminés sans gloire au 1er tour des playoffs par les Suns (futurs finalistes). Si Anthony Davis et LeBron James sont bien restés, cette équipe a vraiment fait le ménage. 18 nouveaux joueurs ont intégré l’effectif dont Carmelo Anthony (Blazers), Dwight Howard (Sixers), Kendrick Nunn (Heat) ou DeAndre Jordan (Nets) !

Mais on a quand même dans cette franchise 5 joueurs au-dessus de la barre des 35 ans et 9 au-dessus de 32 ans. L’équipe de LeBron James veut repartir de l’avant après une saison manquée et gâchée souvent par les blessures. Le champion 2020 n’a pas fait valoir son statut la saison passée. Comme un symbole criant une défense souvent aux abois.

Avec le renfort de Russell Westbrook, venu tout droit des Wizards, les coéquipiers du Français Sekou Doumbouya espèrent des jours bien meilleurs. Chez les Nets, l’été a été également intense sur le marché des transferts. La saison passée, ils ont manqué une belle occasion de décrocher le titre (battus par les Bucks en demi-finale de Conférence).

Avec leur armada, ils visent le titre et rien d’autre. S’il y a eu également chambardement dans l’effectif, c’est surtout pour étoffer le banc. La venue d’un Patrick Mills en provenance des Spurs souligne à quel point les Nets veulent chercher à colmater certaines brèches en particulier en défense. Avec des forces vives comme Harden, Irving (seulement s’il se fait vacciner !) et Durant, l’opposition devra être titanesque pour contenir les assauts de ce trio infernal.

Le collectif sera la clé

Alors sur quel effectif miser ? Le consultant Frédéric Weis, 15ème choix de la draft 1999 par les Knicks, ose un pronostic :

« Ce sont les deux franchises qui se sont le plus renouvelées durant l’intersaison. La saison est très longue. Les blessures seront à prendre en compte. Si Kyrie Irving se décide à se faire vacciner et donc à jouer, je dirai que les Nets ont un petit avantage sur les Lakers.

Même s’ils n’ont pas beaucoup joué ensemble, les trois superstars ont un peu évolué ensemble l’année dernière. Même si cela n’a été qu’une dizaine de fois, ils ont un petit vécu. Ils se sont un peu entraînés, ils ont discuté. Ils en savent donc un peu plus que le nouveau Big 3 des Lakers.

Car, à part LeBron James et Russell Westbrook, c’est un peu une inconnue. Dans mon pronostic, je partirai donc légèrement pour les Nets à l’instant T. Cependant, les Lakers sont là aussi avec leurs vieux briscards. Si le physique lâche par contre, cela peut s’avérer compliqué pour eux ».

Dans cette bataille à venir, Jordan Mc Rae, champion NBA en 2016, nouveau joueur des Metropolitans 92, fait parler son cœur :

« Je ne sais pas si je vais être totalement objectif, mais entre les deux franchises je mettrai plutôt une piécette sur les Nets. Il faut dire que j’ai pas mal de copains là-bas. Après, en terme de niveau, ces deux équipes figurent parmi les plus fortes. Et chez les Lakers ils ont évidemment LeBron James qui est sans doute un des plus grands joueurs de tous les temps ».

Nets et Knicks, les nouvelles Power teams

L’agent Bouna Ndiaye essaie d’y voir plus clair dans ce duel au sommet à venir :

« Le concept de power team a pu fonctionner, mais pas l’an dernier (sourire). Ni pour les Lakers ni pour les Nets. Les équipes gagnantes ont besoin de deux, trois très grands joueurs, mais aussi beaucoup de facteurs X à côté.

Quand les Bucks l’emportent il y a bien sûr Giannis (Antetokounmpo), Middleton qui est une star et Jrue Holiday, mais derrière il y a ceux qui sont aussi importants que le superstars. Cette tendance s’est dessinée en NBA depuis les Golden State Warriors de créer une super team. Mais personne n’aurait dit au départ que Stephen Curry serait aussi fort.

Pareil pour Klay Thompson. Draymond Green sans être une méga star est essentiel. Sans lui jamais cette franchise ne gagne un titre. Alors effectivement les Nets et les Lakers vont jouer les finales de Conférences et seront là au final, mais pour gagner il faut surtout un collectif, une identité et une culture plutôt que l’accumulation de stars ».

Cela promet de sacrés combats en perspective !

Ne manquez-pas, France Basket, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi