samedi 2 mars 2024

Laurent Travers : « Siya Kolisi veut marquer de son empreinte l’histoire du Racing 92 »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Le Racing 92 a réussi un énorme coup en recrutant Siya Kolisi, le capitaine des doubles champions du monde sud-africains. Le président des Ciel et Blanc peut avoir le sourire.

Vous avez réussi un joli coup en engageant le capitaine des doubles champions du monde !

On est très heureux d’avoir Siya (Kolisi) parmi nous au Racing 92, mais aussi dans notre Top 14. Des joueurs comme Siya, Dan Carter ou Johnny Sexton, permettent au Top 14 d’exister encore plus au niveau européen et mondial. Siya veut marquer de son empreinte l’histoire du club.

Cela a-t-il été difficile de le faire venir ?

Non. On a été bluffé par cette envie qu’il a de vouloir connaître une autre façon de travailler dans un autre pays. On est très fiers de l’accueillir au Racing 92. Notre championnat est attirant et attrayant.

« Ce n’est pas le plus gros transfert de l’histoire »

Le Racing a accueilli de grands joueurs par le passé. Kolisi est-il la plus grande recrue de l’histoire du club ?

Je ne me permettrai pas parce que ça ferait injure à l’ensemble de ce qui a toujours été fait au niveau du club. Mais quand on connait son parcours sportif, mais aussi personnel, ça mérite le respect. On est très heureux et on espère qu’une chose : qu’il continuera à briller avec le Racing 92 comme il a pu le faire lors de la Coupe du monde. 

On connaît son leadership. C’est ce qui manquait peut-être à l’équipe. 

Ce qui est certain, c’est qu’il va permettre à certains d’éclore. Certains joueurs qui jusqu’à maintenant n’osaient pas il va leur permettre de franchir ce cap et de montrer leur vrai visage.

Il arrive avec un double titre de champion du monde. N’auriez-vous pas préféré voir revenir Gaël (Fickou) et Cameron (Woki) avec le titre ?

On est Français et patriotes. Mais c’est le sport, il y a toujours un gagnant et un perdant. Et le gagnant c’est l’Afrique du Sud. On est très heureux parce qu’on a Siya parmi nous, mais on aurait préféré bien sûr que ça soit la France qui soit championne du monde, parce qu’on est d’abord un club français, parce qu’on a des joueurs français dans l’équipe. Faisons en sorte que dans quatre ans ce soit le Coq qui chante. 

Le club a dépensé beaucoup d’argent avec une indemnité de transfert pour le recruter. Cela rajoute-t-il une pression ? 

Aucune ! Et ce n’est pas le plus gros transfert de l’histoire (sic).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi