lundi 20 mai 2024

Le grand retour des Bulls sur la scène de la NBA

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

La franchise de l’Illinois, Les Chicago Bulls dont le 6ème et dernier titre remonte à 1998, enregistre à nouveau des résultats de tout premier ordre. Il va falloir compter avec eux alors qu’ils n’ont plus participé aux play off depuis 2016/2017.

Pour sa première saison à la tête des à trois points. Cela donne cette saison une tempère George Eddy. Les Bulls devraient Bulls l’an dernier, l’entraîneur Billy équipe beaucoup plus percutante en attaque. finir dans le top 6 à l’Est. Je les vois ensuite Donovan s’attendait certainement à Ils ont un cinq majeur digne des meilleurs de passer le 1er tour éventuellement.

Sans play-off ni play-in, une 11ème place (31 victoires, 41 défaites) tout comme en 2020, avait ponctué un exercice sans relief. Une anomalie pour une équipe qui a été couronnée six fois championne de NBA (1991, 1992, 1993, 1996, 1997, 1998).

Privés d’un bon choix de draft, les Bulls ont mis finalement la main sur des joueurs très talentueux comme Lonzo Ball (Pelicans), Alex Caruso (Lakers) et le tonitruant DeMar DeRozan (Spurs). Si, en début d’exercice, la lecture de la hiérarchie n’était pas forcément évidente, on s’attendait à un retour sur investissement.

C’est exactement ce qui s’est passé. Après 39 matches disputés cette saison, cette franchise dominait la Conférence Est avec plus de 69% de victoires.

Même certaines blessures gênantes de joueurs importants comme Patrick Williams, Coby White, Derrick Jones Jr en début de saison, n’ont pas entravé la belle marche en avant. David Kahn, le président du Paris Basketball et ancien président des opérations de Minnesota, n’est pas surpris par ce retour au premier plan :

« Les Bulls ont notamment fait signer DeRozan cet été, et d’autres joueurs importants aussi. Comme ils se sont renforcés c’est devenu une meilleure équipe. On ne peut pourtant pas parler de titre pour eux. Ce serait trop prématuré ».

« Les Bulls ont un cinq majeur digne des meilleurs »

George Eddy (Canal +) note d’autres paramètres pour expliquer la renaissance des Bulls : « Ils ont d’abord fait un très beau recrutement. Arturas Karnisovas, le manager, ancien joueur de Cholet, a pris en main la direction de l’équipe. Il a surtout fait les bons choix pour renforcer cet effectif. Avec surtout DeMar DeRozan, Vucevic et Lonzo Ball, il y a de quoi faire. Lonzo Ball a changé la mécanique de son shoot. Il est en pleine progression. Désormais, il tourne à environ 40% [à trois point].

Les Bulls sont entrés dans une autre dimension. Comme beaucoup d’équipes, ils ont été touchés par la pandémie, mais ils ont fait un super début de saison. Ajouté à cela, Billy Donovan est un bon entraîneur. Il y a d’autres belles surprises comme avec Cleveland, Charlotte et dans une moindre mesure Washington. Pas mal de franchises à l’Est se sont beaucoup améliorées. Elles se sont beaucoup renforcées. On ne peut plus affirmer désormais que la Conférence l’Ouest est beaucoup plus forte. Il y a pratiquement autant de grosses équipes à l’Est ».

Un début de saison en fanfare pour Chicago

Killian Tillie, l’ailier de Memphis, considère les Bulls comme une menace parmi d’autres : « Cette équipe est assez nouvelle. Pourtant leurs joueurs évoluent très bien ensemble. Ils déploient beaucoup d’énergie. Ils peuvent être considérés aussi comme de vrais postulants pour le titre ». Le titre vraiment ?

« Je n’y crois pas encore pour tout de suite, battre une équipe plus forte qui a l’avantage du terrain pour passer ce 1er tour. A moins qu’ils finissent dans le top 4 pour avoir cet avantage du terrain. Mais s’ils passaient un 1er tour ce serait déjà un beau succès pour eux (ce qui ne leur est plus arrivé depuis 2014/2015, Ndlr). Ils doivent procéder par étapes. Au fur et à mesure, ils pourront renforcer leur banc et rêver de titre. C’est déjà fabuleux pour eux de viser les play-off à nouveau après ces longues années et les blessures de Derrick Rose ».

Le dernier sacre des Bulls remonte à 1998. Avec leur glorieux passé, les attentes sont toujours renforcées. Ils ont mis leur plan à exécution pour enfoncer le plafond de verre qui les sépare des play-off depuis 2017. Ils sont bien partis pour. Les taureaux sonnent à nouveau la charge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi