mercredi 5 octobre 2022

Le LOU veut concrétiser ses ambitions avec un titre national

Racing 92 - LOU (17h)

À lire

À la tête du LOU depuis 2012, Yann Roubert est le président qui a installé le club lyonnais dans l’élite. Il nous parle de sa méthode de management, de sa gestion de la crise sanitaire et de ses ambitions pour son club.

Le LOU a vu sa progression stoppée par une absence dans les phases finales la saison dernière (9ème). Est-ce inquiétant selon vous ?

Non. On a connu une saison difficile sur le plan sportif et économique aussi avec la crise sanitaire. Ça a été une déception de ne pas se qualifier pour les phases finales, mais l’évolution d’un club passe aussi par des échecs.

Nous avons aussi eu l’arrêt du championnat en mars 2020 alors que nous réussissions une grosse saison, mais ce n’est rien par rapport à la crise mondiale qui nous frappait. Le plus important est de savoir rebondir et il faut le faire rapidement.

En neuf ans de présidence, quel est votre meilleur souvenir ?

La montée en Top 14 et notre premier titre. J’en ai un second : la victoire à Toulon en barrages. Battre un grand club, chez lui, c’était émotionnellement très fort. Cela validait aussi notre progression. Pour progresser, il faut régulièrement se confronter aux meilleurs et en Top 14 on est servi avec ce championnat de très haut niveau et homogène.

Le LOU a survécu à la crise du Covid

Quelle est la situation financière du LOU après la crise sanitaire ?

C’est très compliqué comme pour les autres clubs. Il a fallu continuer à assumer l’essentiel de nos charges dont les salaires des joueurs alors que nous étions privés de la majorité de nos revenus comme la billetterie, hospitalités, sponsoring, buvettes, etc.

Nous avions simplement les droits TV. Nous avions 80% de nos charges et nous étions privés de 80% de nos revenus. Mais l’Etat a répondu présent, il faut reconnaitre aussi que l’on a reçu des aides qui nous ont permis de limiter les dégâts. Je voudrais souligner que tout le monde a fait des efforts, les salariés, les supporteurs, les partenaires, ça renforce notre confiance pour les années à venir.

Dans toute mauvaise situation, il faut aussi voir le positif. Nous avons la chance d’être accompagnés d’un actionnaire qui a fait une augmentation de capital, cela nous permet de conserver nos ambitions.

Quelles sont vos prochaines ambitions pour le club justement ?

A mon arrivée, on a défini un plan avec, dans un premier temps la montée en Top 14 et ensuite pérenniser le club à ce niveau. Nous y parvenons même si rien n’est jamais acquis. Maintenant, on veut gagner des titres, sécuriser le modèle économique du club et persévérer dans la formation des jeunes

De quel président ou chef d’entreprise vous inspirez-vous ?

Je regarde un peu tous ceux qui gagnent. En rugby, ce que fait Didier Lacroix au Stade Toulousain est impressionnant. Il est déjà compliqué de gagner un titre vue la densité de la concurrence alors faire le doublé c’est assez exceptionnel.

« Le Matmut Stadium de Gerland permet notre développement sportif et économique, mais aussi de participer à la vie du quartier »

En parlant de Toulouse justement, le club a perdu l’un des meilleurs joueurs du monde Cheslin Kolbe. Le rugby découvre les transferts de joueurs, cela vous inquiète-t-il ?

C’est vrai que ce n’est pas commun dans notre sport. Avant, les joueurs partaient à la fin de leur contrat ou prolongeaient. C’est une évolution logique dans un monde professionnel mais, pour l’instant, ces transferts restent encore des exceptions avec moins d’une dizaine par an. J’ai une tendresse particulière pour les joueurs attachés au club, mais il faut vivre avec son temps.

Au-delà de la réussite sportive de l’équipe, vous avez également développé les infrastructures. Jusqu’où allez-vous aller dans ce développement ?

L’équipe est la partie visible, mais les clubs de rugby deviennent des entreprises à part entière. A Lyon, on développe des activités annexes comme la brasserie, l’organisation d’évènements et bientôt l’hôtellerie notamment.

Le stade devient un véritable lieu de vie où se trouvent toutes les composantes du club, l’équipe première, les jeunes, le lieu d’entraînement, la restauration, le programme immobilier « les jardins du LOU « , la construction d’un hôtel et d’un centre médical. Nous avons aussi comme projet la rénovation de la piscine de Gerland. Le Matmut Stadium de Gerland permet notre développement sportif et économique, mais aussi de participer à la vie du quartier.

Retrouvez toute l’actu du rugby dans Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi