jeudi 25 avril 2024

Louis Le Brun (Castres) n’a pas de limites

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Au fil de ses sorties avec le CO, le neveu de Yann Delaigue, Louis Le Brun apporte sa fraîcheur et son talent contribuant à la bonne forme du club tarnais.

Louis Le Brun (22 ans) a déjà connu beaucoup de choses à Castres. Il est arrivé dans le club tarnais à 18 ans. Originaire de Toulon, il a rejoint le centre de formation du CO en 2020 en provenance du RCT. Il a prolongé avec Castres jusqu’en 2026. International U20 avec cette capacité à endosser les responsabilités d’un capitaine, il ne cesse d’être sur la montante :

« Il avait du potentiel et il progresse de jour en jour, souligne son équipier Jérémy Fernandez. Il avait une grande marge de progression et il l’a toujours. Depuis son arrivée au CO, il s’est beaucoup amélioré. Il ne s’est pas reposé sur ses lauriers. Il continue à travailler dur ».

Pour le demi de mêlée de 26 ans, la polyvalence de Le Brun est remarquable : « Louis a une large palette technique. Il peut évoluer sur pas mal de postes. Je me souviens de ses premières titularisations dont une contre Perpignan, il a joué en 15. Il fait partie de cette jeunesse montante polyvalente. Le Brun peut presque tout faire en 10, au centre, en 15. Il est à l’aise aussi dans son jeu au pied. Quand tu as un joueur comme cela, c’est appréciable. Et pour un coach c’est plus simple à manager. Tu sais qu’il peut dépanner un peu partout ».

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby à suivre

« Entre l’année dernière et maintenant, une bascule s’est opérée »

« Il a été très bon contre Toulon (25-17 15ème j., Ndlr), note Fernandez. On sort souvent ses meilleurs matches contre son ancien club (sourire). On veut montrer qu’on a fait le bon choix et qu’on a progressé. Cela a été son challenge et il a prouvé qu’il pouvait faire de bonnes parties. Il a dû certainement beaucoup se remettre en question. »

« Entre l’année dernière et maintenant, une bascule s’est opérée. Le départ d’Urdapilleta at-il accéléré ce processus ? Je ne saurai le dire. « Urda » reste un grand joueur. Il est compliqué de se comparer à lui. Mais Louis fait de beaux matches. Il domine bien son sujet ».

En juin 2022, il est appelé pour la première fois en équipe de France pour la tournée au Japon. Quelques mois plus tard, il est à nouveau convoqué pour préparer la tournée d’automne sans pouvoir à nouveau entrer en jeu. Mais il se rapproche :

« A Castres, on a un beau vivier qu’on n’avait peut-être pas forcément il y a quelque temps. On a quelques jeunes joueurs maintenant susceptibles d’intégrer l’équipe de France. Avant, ils ne venaient pas à Castres. Désormais, il y en a un peu plus. Cela renvoie une belle image pour le club. En Top 14, il y a de la concurrence pour l’équipe de France, mais Louis reste une belle option. J’espère que cela va se confirmer pour lui. S’il continue ainsi, il ne devrait pas en être loin… ».

Le neveu de Yann Delaigue (20 sélections, 2 essais), ancien joueur du CO entre 2004 et 2006, fait son chemin avec sa propre identité : « Son oncle est un bel exemple pour lui. Je ne veux pas parler au nom de Louis, mais il a envie de démontrer aussi qu’il n’a pas besoin de lui pour réussir dans le rugby. Il veut qu’on le regarde comme Louis Le Brun et non comme le neveu de Yann Delaigue. Cela lui tient à cœur. A ses débuts, on évoquait souvent que c’était le neveu de Delaigue. On le dit de moins en moins… ». Un signe !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi