samedi 2 mars 2024

Mazepin, le Russe qui vaut le détour en Formule 1

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

À 22 ans, le Moscovite Nikita Mazepin va essayer de surprendre alors qu’il n’a pas de grandes lignes à son palmarès dans les catégories inférieures et qu’il doit surtout sa place dans la catégorie reine en raison de la fortune de son père.

Nikita Mazepin va conduire une Haas aux côtés de l’autre rookie, Mick Schumacher. Ces deux-là remplacent Romain Grosjean et Kevin Magnussen dont le contrat n’a pas été renouvelé :

« C’est un rêve qui se réalise. Je mesure vraiment la confiance placée en moi par Gene Haas et Gunther Steiner ainsi que toute l’équipe. Ils donnent une opportunité à un jeune pilote et je les remercie pour cela. J’ai hâte de débuter notre relation, en piste comme en dehors, et de continuer à démontrer mes capacités après une solide saison en F2.

L’équipe attendra de moi un retour d’information afin d’affiner son package pour 2021. J’en prendrai la responsabilité et je suis impatient de commencer ».

En dehors de la piste, ce pilote a déjà fait parler de lui. Et pas de la meilleure des manières… Au cœur d’une polémique après la publication d’une vidéo intime, le Russe a un temps été menacé avant même d’avoir pu effectuer ses premiers tours en compétition en F1. Haas a décidé de prendre cette affaire au sérieux.

Mazepin découvre la F1 après des performances en F2

Mais, fin décembre, Nikita Mazepin a bel et bien été confirmé par l’écurie américaine. Vice-champion de GP3 en 2018 derrière le regretté Anthoine Hubert, le Russe est resté sur deux saisons précédentes passées en F2. Avant cela, il a été pilote de développement chez Force India.

Il a déjà roulé en essais pour Mercedes également. Ce pilote profite d’une grande manne financière en raison de la fortune colossale de son père. Ce n’est évidemment pas étranger dans sa nomination chez Haas. Cette écurie américaine demeurant en recherche de liquidités et de partenaires, le renfort de Nikita Mazepin a surtout été le bienvenu en ce sens.

Un de ses grands challenges en 2021 va consister à se débarrasser pour de bon de cette image de pilote payant qui lui colle à la peau et qu’il traîne depuis qu’il a commencé en sports automobiles. « Je dois être honnête et dire que cela n’a jamais été intentionnel.

Naturellement, en tant que pilote de course, mon objectif et l’objectif de tout pilote est de courir au plus haut niveau possible, mais cela ne se passe pas toujours comme vous le souhaitez, malheureusement. En sport automobile, il y a plus d’une personne impliquée dans le résultat.

Donc pour moi, peut-être que la raison pour laquelle, les résultats sont arrivés un peu plus tard, est que tout au long de ma carrière, je n’ai pas tout à fait réussi à tout mettre en place, c’est-à-dire mon équipe, moi-même et mon approche.

Ce n’était pas optimal pour être performant de suite. J’avais besoin de plus de temps. En arrivant en F1 j’espère que cela va changer. Dans une équipe de F1, il y a beaucoup de monde pour tout analyser et vous aider ».

Du cash qui peut se payer cash…

Nikita Mazepin n’est pas naïf non plus. Le pilote russe ne s’attend pas à une aide protectrice éternelle. Eu égard aux roubles de son père. Le team principal de Haas, Gunther Steiner, a pour le coup indiqué que le moindre relâchement de sa part se paierait cash.

L’Italien a mis les points sur les I et les barres sur les T. Selon les dires, Nikita Mazepin ne devrait pas repris en 2022 si les résultats ne venaient pas à être au rendezvous : « La F1, c’est la réalité. Nous avons choisi ce pilote car il a bien réussi en F2. Désormais, il arrive en F1 et c’est le test ultime. Je pense qu’à un moment donné s’il ne peut pas être au niveau il devra partir. Il est clair qu’il veut être en F1.

Il veut réussir et je pense qu’il le peut. Mazepin doit être convaincu qu’il peut le faire et il doit réussir à passer outre cette image (de pilote payant, Ndlr) comme Lance (Stroll) l’a fait notamment en terminant sur le podium à plusieurs reprises (trois fois, Ndlr) ».

La piste dictera la donne. Il sera intéressant de le voir se mesurer à son équipier, Mick Schumacher, autre novice à ce niveau. Mais l’argent que Nikita Mazepin apporte par le biais de son père n’est pas négligeable non plus. A voir s’il devrait vraiment sortir du paddock à la fin de saison 2021 indépendamment de ses résultats, en raison de sa situation financière favorable et ce qu’elle peut apporter à toute une équipe comme Haas.

Ne manquez pas LE GUIDE DE LA SAISON 2021 du magazine Le Sporten vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi