dimanche 2 octobre 2022

Montpellier, un premier titre qui ouvre l’appétit à l’Europe

À lire

Champion de France pour la première fois de son histoire, Montpellne compte pas s’arrêter là. Le staff et les dirigeants voient même bien plus loin que l’hexagone sans délaisser pour autant le Top 14.

Montpellier aura longtemps été raillé et eu mauvaise presse. Il lui était reproché un investissement important pour des résultats décevants. Depuis deux ans, le club a pris un nouveau virage en abandonnant les recrutements onéreux de stars, pour la plupart sud-africaines, qui semblaient souvent être venues en pré-retraite.

Montpellier et PSA ont encore beaucoup à faire ensemble

Finalement, la seule grande satisfaction aura été Paul Willemse, le plus Français des Sud-Africains. Les dirigeants ont recruté des joueurs de club comme Bouthier, Garbisi, Rattez et la greffe a mis un peu de temps à prendre, mais elle a pris. Après une saison compliquée en 2021 à jouer le maintien toute l’année, Montpellier a réalisé une saison quasi parfaite notamment grâce à Philippe Saint-André arrivé en cours de saison 2020/2021 :

« On a terminé 10ème la saison précédente en gagnant le Challenge Européen, quelque chose s’est construit cette saison-là. Je suis heureux pour le club, les joueurs et le président qui a beaucoup donné. On a fini 2èmes après 26 journées, on a été premiers pendant 9 journées, on a des mecs qui jouent en équipe, il y a de la solidarité. On n’a peut-être pas les individualités d’autres équipes, mais on a montré du caractère, on a joué au rugby, on s’est fait des passes, on a été dangereux et je suis très fier de mes mecs. »

Montpellier, les recrues, PSA, toute l’actu du MHR dans votre mag.

Un groupe rajeuni, mais toujours conquérant

Pour garder une dynamique tout en apportant de la fraîcheur à un groupe qui ne doit pas se reposer sur ses lauriers après ce titre, les dirigeants ont rajeuni encore un peu plus le groupe avec les arrivées de joueurs comme Léo Coly à la mêlée ou Louis Carbonel à l’ouverture.

Son duel avec Garbisi sera intéressant à suivre. Des joueurs emblématiques (Ouedraogo, Paillaugue) ne sont plus là, mais les principaux artisans du titre sont toujours là, la plupart ont même prolongé, preuve qu’ils se sentent bien dans l’Hérault. Mais comme toute saison après-titre,les Montpelliérains s’attendent à souffrir, Philippe Saint-André prévient ses joueurs :

« Il faut tout de suite rebondir. D’entrée, on va à La Rochelle chez les champions d’Europe. On sait qu’on sera attendu, c’est le lot pour toutes les équipes qui gagnent des titres. On va repartir au combat avec les valeurs que l’on a montrées tout au long de la saison. Si on est moins combattif, on le paiera cher. »

Afin de s’installer un peu plus dans le cercle des meilleurs clubs français, le MHR doit désormais briller aussi sur le plan européen comme savent le faire Toulouse, La Rochelle, l’UBB ou le Racing 92. C’est en multipliant les matches de haut niveau chaque semaine, en atteignant régulièrement les derniers carrés en France et en Europe que Montpellier deviendra incontournable dans le rugby français.

La recrue : Carbonel sort de son cocon toulonnais

A la surprise générale, Louis Carbonel a quitté Toulon alors qu’il semblait destiné à faire toute sa carrière dans son club formateur. Le président du MHR a profité de l’incompréhension qu’il existait entre le président toulonnais et son joueur pour le convaincre de rejoindre l’Hérault.

Louis Carbonel (23 ans) s’est engagé pour trois saisons, mais il aura une concurrence importante à l’ouverture où le jeune ouvreur italien Paolo Garbisi s’est imposé. Il a été l’un des meilleurs joueurs montpelliérain l’an dernier, poussant même Handré Pollard sur le banc. Après des mois difficiles, Louis Carbonel a retrouvé son meilleur niveau sous la houlette de Franck Azéma et il veut se rapprocher de l’équipe de France.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi