dimanche 26 mai 2024

Petr Cornelie (Real Madrid) : « Au Real, il y a les mêmes installations qu’en NBA »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Vice-champion olympique, Petr Cornelie (27 ans) a rejoint l’armada française du Real (Yabusele, Poirier, Causeur) après une expérience en demi-teinte en NBA sous le maillot de Denver (13 matches, 2,9 minutes de moyenne). Entretien réalisé avec France Basket.

Comment s’est faite votre arrivée au Real Madrid ?

Relativement rapidement. Mon agent m’a appelé. Il m’a dit qu’il y avait une proposition du Real Madrid. Cela s’est fait vite.

Comment se passe votre adaptation ?

Très bien. Je n’ai pas à me plaindre. C’est une organisation impressionnante. Il y a beaucoup de moyens. Le fait qu’il y ait d’autres Français (Yabusele, Poirier, Causeur, Ndlr), cela aide aussi beaucoup. Je ne pouvais pas rêver mieux.

Quels conseils vous ont donné vos compatriotes du vestiaire ?

Il y a déjà trois Français qui sont là depuis quelques années, notamment Fabien (Causeur). Je ne parle pas bien espagnol donc il m’aide beaucoup même par rapport à la vie quotidienne.

Croisez-vous souvent des footballeurs du Real ?

Il y a une salle de restauration où tout le monde mange. On se croise donc souvent là-bas.

Qu’attend de vous votre entraîneur Chus Mateo ?

Du tir à 3 points, de la capacité à prendre des rebonds, de l’énergie et de l’activité sur le terrain. Ce sont les principales aptitudes pour lesquelles je suis au Real Madrid aujourd’hui.

Avec vos qualités, pensez-vous pouvoir perturber pas mal d’équipes espagnoles ?

(sourire) Je l’espère. Le championnat espagnol me convient. Cela court beaucoup. Il y a beaucoup de rythme donc mon shoot va aider. Mais il n’y aura pas que cela. Je vais pouvoir aussi amener par la suite du post-up. C’est quelque chose que je faisais beaucoup déjà quand j’étais en France et même aux Etats-Unis. J’ai beaucoup progressé dans ce domaine ces dernières années. Je veux vraiment apporter cette alternance près du cercle ou plus loin.

« Continuer à progresser »

Qu’attendez-vous le plus de cette expérience en Espagne ?

En venant au Real Madrid, mon objectif est de poursuivre ma progression. Ce championnat va me permettre de me challenger. Le fait de jouer en Liga ACB, qui est probablement le meilleur championnat en Europe et l’Euroligue qui est pour le coup aussi le meilleur championnat en Europe (sourire), cela va me donner de l’expérience et me faire avancer dans pleins de domaines : tactique, technique et physique. Mon défi est de franchir sans cesse de nouvelles étapes.

A quoi correspondrait une saison réussie pour vous ?

Déjà de ramener des trophées. Ensuite de m’améliorer pour me faire une vraie place dans cette équipe. Je veux acquérir un statut solide au Real Madrid et en Euroligue. Bref, de bien être référencé en Europe.

L’idée ensuite, c’est quoi, repartir aux Etats-UnisouresterenEurope?

L’avenir nous le dira. Ce serait effectivement soit repartir aux Etats-Unis soit aller sur de l’Euroligue mais avec un statut plus important encore. Il y a plein de paramètres différents à prendre en compte. On verra comment je m’adapte en championnat. Pour l’instant, la vie à Madrid est vraiment géniale. J’ai été très surpris. Au Real, il y a les mêmes installations ou presque qu’en NBA. Cela fait beaucoup réfléchir. Mais à moi dans un premier temps d’être le meilleur joueur possible.

Où vraiment placer le curseur entre être un joueur de NBA ou confirmé d’Euroligue ?

Je présente l’avantage d’avoir vécu les deux expériences. Mais, en NBA, je n’ai presque pas joué (avec Denver, Ndlr). Je n’ai pas eu la pleine expérience. Difficile de savoir quel choix je ferai ensuite. Mais, dans l’immédiat, le but est de s’établir et de montrer que je peux performer à ce niveau. On verra ce qui en découlera…

Petr Cornelie impressionné par le Real

Quid de l’équipe de France où la concurrence est importante ?

Mon objectif est clairement de continuer à jouer avec l’équipe de France. J’essaie juste de progresser au maximum pour être assez compétitif et pour pouvoir participer avec la sélection aux différentes compétitions. Après, je ne me mets pas spécialement de pression et d’objectifs énormes non plus. Néanmoins l’équipe de France a toujours été un objectif et le reste.

Les Espagnols ont dû pas mal chambrer dans les vestiaires après la finale de l’Euro, non ?

Un petit peu, mais ça va…

Un dernier mot sur Pau votre ancien club qui a failli disparaître.

Cela aurait été très dommage de voir un club comme celui-là disparaître. J’ai suivi tout cela autant que j’ai pu avec les différents contacts que je pouvais avoir. C’est toujours embêtant de voir un tel club en arriver là. Je suis très content qu’il soit reparti. C’est le plus important. Il faut reconstruire. Cela va prendre du temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi