dimanche 2 octobre 2022

Pro D2 : Grenoble, le challenger pour un retour en Top 14 tant attendu

Aurillac - Grenoble (20h45)

À lire

Après être passé à côté d’un retour en Top 14 la saison dernière, le FC Grenoble a mis les bouchées  doubles pour retrouver l’élite le plus rapidement possible. Tête d’affiche du nouveau projet isérois, l’entraîneur Fabien Gengenbacher prévient tout le monde : Grenoble sera prêt d’entrée.

Remonter en Top 14 tel est l’objectif du FC Grenoble dans les trois années à venir. Traditionnellement habitué à faire l’ascenseur entre Top 14 et Pro D2, le club isérois est aujourd’hui bloqué dans l’antichambre du rugby français depuis 2019 et sa défaite face à Brive lors du barrage d’accession. Depuis, la Covid est passée par là, réduisant à néant une saison 2019/2020 durant laquelle le FCG se trouvait dans les starting-blocks direction le Top 14.

Le championnat arrêté, Stéphane Glas et ses hommes avaient déjà la tête tournée vers la saison 2020/2021. Oui, mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu, la faute notamment à un démarrage difficile et à seulement quatre matches gagnés sur les treize premières journées.

Si les pensionnaires du stade des Alpes ont bien réagi par la suite, obtenant même une place dans le top 6, la révolte n’aura pas suffi à se frayer un chemin vers l’élite. Il faut dire qu’au premier tour des barrages, les Isérois sont tombés sur l’os Biarritz Olympique, finalement promu. De quoi reporter le plan de la montée d’une saison.

« Retenir les leçons de la saison dernière »

A Grenoble, l’été n’a pas été de tout repos. Entre le départ de Stéphane Glas de son poste d’entraîneur et le profond turn-over procédé au sein de l’effectif, le FCG part sur de nouvelles bases ou presque. Pourtant, pas de quoi effrayer Fabien Gengenbacher, joueur grenoblois de 2006 à 2017 et fraîchement nommé entraîneur principal après un passage dans le staff il y a deux saisons.

« Nous allons construire avec les joueurs présents dans l’effectif. Nous misons beaucoup sur le début de saison. On a énormément travaillé pour être au top physiquement dès la 1ère journée et pouvoir prendre un départ canon. Les grosses échéances vont arriver très vite, il faudra être prêt tout de suite » insiste-t-il.

« Il faut tirer des leçons de la saison dernière. Ça s’était mal passé au début, ça a été bien mieux ensuite. Même si l’aventure s’est arrêtée au premier tour des barrages, l’état d’esprit et la capacité qu’ont eue les garçons à se remettre dans le droit chemin est encourageante. On doit surfer sur cette vague et s’appuyer là-dessus » poursuit l’ancien arrière du FCG.

Grenoble fait confiance à un fidèle

Pour ce faire, les dirigeants grenoblois n’ont pas hésité à fournir à leur entraîneur les joueurs expérimentés qu’il réclamait. « On a essayé de consolider notre groupe en allant chercher de l’expérience et de la complémentarité, mais aussi et surtout et des garçons ayant réellement envie de s’inscrire dans le projet » confie Fabien Gengenbacher.

« Par exemple, Romain Barthélémy a beaucoup d’expérience. Il a son vécu en Top 14, il a connu la montée avec Bayonne… On va s’appuyer sur tout ça. » L’expérience de l’ancien bayonnais ne sera pas de trop pour encadrer un effectif composé à 50% de joueurs de moins de 25 ans. Un manque d’expérience d’ailleurs également présent chez Fabien Gengenbacher qui vivra face à Oyonnax son premier match en tant qu’entraîneur principal.

« Je me suis reconverti après un parcours dans les ressources humaines » confie le néo coach de 37 ans. « Dernièrement, j’ai fini à un poste opérationnel où je faisais beaucoup d’organisation et de structuration. J’ai continué à me former au coaching et à différents outils pour travailler sur le comportement et l’intelligence émotionnelle notamment.

En novembre, je me suis posé la question de la suite à donner à ma carrière. Le club m’a proposé le poste de coach principal. Ce n’était pas forcément dans mon plan de carrière, mais le fait que ce soit mon club de cœur et que challenge soit hyper excitant m’a poussé à accepter ».

L’ancien joueur formé à Bourgoin a fait attention à bien s’entourer. « Aujourd’hui, j’ai construit un staff complémentaire. On a mis en place une organisation qui répond aux enjeux du club et à la volonté de consolider les points forts. Les entraîneurs des U21 font aussi partie du staff pour qu’il y ait une réelle connexion et collaboration entre l’équipe première et la formation. » Suffisant pour retrouver les sommets ?

Adrien Cornu

L’ambition grenobloise à retrouver dans le Rugby mag.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi