lundi 4 mars 2024

Rugby : comment Guy Camberabero a écrit sa légende

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Dans les années 60, Guy Camberabero a fait le bonheur de l’équipe de France et de La Voulte. Un phénomène.

Pour les amoureux de rugby, le nom Camberabero restera à jamais éternel. Presque 8 ans après son frère Lilian, Guy Camberabero a décidé de le rejoindre le 26 octobre dernier à 87 ans pour continuer à briller ensemble au paradis du rugby. Formé à l’US Tyrosse, Guy débarque à 18 ans de ses Landes natale à La Voultesur-Rhône avec son jeune frère. Ensemble, ils réussiront à faire de La Voulte sportif une référence hexagonale.

Au point d’être surnommés les Lutins de la Voulte. Ouvrier à l’usine RhônePoulenc, où travaillait également son pè-re, Guy Camberabero se forge petit à petit une belle réputation au poste de demi d’ouverture. Avec La Voulte, il permet à l’Ardèche de vibrer en accédant à l’Elite en 1956. Ce sont plus de 7000 personnes qui viennent chaque week-end pour voir à l’œuvre le natif de Saubion.

Guy Camberabero, sa légende s’écrit en Ardèche

Son petit gabarit (1m69) lui permettra de s’imposer avec son style qui mettait en avant le jeu au pied. A l’époque, la presse l’opposait souvent à Jean Gachassin. Avec son frère Lilian, Jean-Claude Noble, Michel Savitsky ou encore Mihai Wusek, il va permettre à La Voulte d’aller décrocher les étoiles et un titre de champion de France, encore inimaginable quelques années plus tôt.

En 1970, devant 35 000 personnes, à Toulouse, La Voulte sportif bat l’AS Montferrand 3 à 0 grâce à la hargne et l’abnégation de Guy Camberabero. Sur un coup de pied de Guy Darbas, le capitaine Camberabero le contre pour aller offrir l’essai à son coéquipier Renaud Vialar. Un contre pour l’histoire et le nom de La Voulte à jamais gravé sur le Bouclier de Brennus.

À LIRE AUSSI : toute l’actu du rugby à découvrir dans vos mags

Champion de France avec La Voulte

L’aboutissement en club pour Guy Camberabero qui avait déjà réussi à écrire la plus belle page de sa carrière avec l’équipe de France auparavant. Entre 1961 et 1968, il fait le bonheur des Bleus avec des moments uniques et historiques. Vainqueur du Tournoi des Cinq Nations en 1967, il permet à la France de réussir le premier Grand Chelem de son histoire en 1968. Son association avec son frère Lilian faisant merveille et permettant des rencontres inoubliables face à l’Ecosse (6-8), l’Angleterre (14-9) et le Pays de Galles

(9-14). Un an auparavant, il aura été le premier joueur de l’histoire à réussir une performance incroyable en marquant de toutes les manières qu’offre le rugby. Un full house complet avec un essai, une pénalité, une transformation et un drop. C’était déjà face au Pays de Galles (20-14). 1967, une année spéciale avec une victoire à Twickenham 12-16 pour les hommes de capitaine Camberabero qui mettait fin à 16 ans de disette pour les joueurs de l’équipe de France sur le sol anglais.

Le maillot Bleu (14 sélections) qu’il aura su ramener au sommet de l’Europe. La preuve que les Lutins n’attendent pas Noël pour offrir de beaux cadeaux. Surtout quand ils viennent de La Voulte. Après sa carrière de joueur, il effectuera un court passage comme entraîneur à Lyon, en 1984 avant de se concentrer au développement de ses affaires et de sa marque de vêtements, Camberabero, créée avec ses fils, Didier et Gilles. Confirmant au passage que l’union a toujours fait la force des Camberabero… jusqu’au bout.

À LIRE AUSSI : Damian Penaud, le joyau de l’UBB

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi