lundi 4 mars 2024

Sur les traces de Damian Penaud, serial tueur de l’UBB

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Damian Penaud est en passe de devenir le recordman d’essais en équipe de France (35 contre 38 à Serge Blanco), c’est bien au Malemort EVBO, en Corrèze, que tout a commencé pour le nouvel ailier de l’UBB Damian Penaud.

Parler de Damian Penaud (48 sélections, 35 essais), c’est parler d’un des tout meilleurs ailiers du monde. Ce serial marqueur de 27 ans est devenu un joueur quasi inarrêtable. Perçu très vite comme un grand espoir du rugby français, il est aujourd’hui un joueur indiscutable du XV de France et de son club. Il a notamment été un grand artisan du Grand Chelem français en 2022. Formé à Brive, le natif de Brive-la-Gaillarde rejoint Clermont en 2014 où il passe huit saisons avec les Jaunards.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby bordelais à découvrir

Le temps est ensuite venu de poser ses valises à Bordeaux durant l’été 2023. Le fils d’Alain Penaud a commencé à prendre goût au rugby dans un petit club corrézien. Un homme l’a bien connu : Thierry Maurin. Dès les U14. « C’était à Malemort EVBO. Je l’ai côtoyé une année (2009/2010, Ndlr). Une année transitoire pour lui. On passait d’un petit terrain à un grand terrain. Ensuite, il est parti à Brive (à partir de 2010, Ndlr). Pour faire son petit bonhomme de chemin… ».

L’éducateur revient sur les jeunes années de l’ailier international. « A cet âge-là, il était comme les autres, bon vivant. Il y avait vraiment une bonne ambiance. Dès qu’il y avait une flaque d’eau, on s’y jetait dedans. Il y avait des batailles de terre… Le rugby n’était pas primordial pour lui. Il avait un peu joué au football avant. Puis il était passé par le CAB (et le LOU, Ndlr) où cela ne s’était pas trop bien passé. »

« A l’école de rugby, on y apprend les bases. Il s’était donc retrouvé chez nous. Je connaissais son père. J’avais joué avec lui. Damian avait déjà des qualités. Je me souviens qu’en fin de saison quand ils ont pris la chose plus au sérieux, ils ont alors commencé à se faire plaisir. Mais Damian s’est construit tout seul. Ce n’est pas nous qui l’avons construit ».

Du temps de Malemort, fallait-il imaginer le petit Penaud accomplir une carrière XXL ? Pas forcément à en croire son ancien éducateur : « Je me souviens de Damian comme étant un boute-en-train dans le collectif. Il n’a pas changé. Il était normal que Damian parte ensuite au CAB. Ils le connaissaient bien là-bas. Il avait évolué physiquement en s’étoffant ».

Les records de Blanco et Ashton dans  le viseur

Aussi fort soit-il, celui qui devrait battre lors du prochain Tournoi des 6 Nations le record d’essais en équipe de France (il en compte pour l’heure 35 contre 38 à Serge Blanco) n’est pas encore à son apogée selon son ancien éducateur :

« Je ne dirais pas que Damian est un joueur imprévisible, mais il ose tenter des choses que certains n’osent pas. Il a aussi ce recul incroyable et le fait qu’il ne se mette pas de pression. Il a évidemment les cannes aussi pour réussir, c’est un joueur de ballon. On appelle cela le french flair et ce n’est pas pour rien. Damian a superbement bien évolué et le club de Brive n’a pas été étranger à cela. A 27 ans, c’est une année où on est au pic de sa forme. Mais il va encore gagner en expérience. Damian est un garçon opportuniste dans ses prises de décision. Il est toujours présent là où il faut ».

Auteur d’un début de saison canon sous ses nouvelles couleurs de l’UBB 7 essais en 4 matches de Top 14 l’autre star du rugby français avec Antoine Dupont pourrait bien battre un autre record en fin de saison, celui du plus grand nombre d’essais en une saison de Top 14 détenu depuis la saison 2017/2018 par l’Anglais Ashton avec 24 essais…

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans nos mags

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi