mardi 4 octobre 2022

Stéphane Ahmed (Stade Français) : « Je vais être attendu »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Grand espoir du rugby français, l’ailier de Montauban, Stéphane Ahmed, seulement pro depuis un an et demi, passé par les Espoirs de l’UBB, sera scruté pour ses débuts en Top 14 avec le Stade Français. A 23 ans, il aborde ce nouveau palier avec confiance et humilité.

Que représente ce transfert vers le Stade Français pour vous ?

C’est une étape importante dans ma carrière et une continuité également. J’ai la sensation agréable de voir tous mes efforts récompensés. Le travail fourni depuis longtemps paye. Je suis heureux.

Avec quelles ambitions arrivez-vous dans la capitale ?

Avec l’ambition de jouer le plus souvent possible et le souhait de rejoindre un groupe qui parviendra à fédérer toute son énergie autour d’un même objectif collectif. Même s’il a connu des difficultés ces dernières années, le Stade Français est un grand club qui doit retrouver un nouvel élan. J’espère apporter ma pierre à cet édifice-là.

Pour quelqu’un qui n’avait pas forcément envisagé de faire carrière, vous voilà en Top 14 dans un des clubs les plus emblématiques de France !

Il est vrai que je n’ai pas tout de suite appréhendé le rugby sous l’angle de la compétition, plutôt sous celui des copains. Le virus est venu petit à petit… mais assez rapidement quand j’ai vu que mon profil me permettait d’espérer faire quelque chose d’intéressant. Depuis, je m’y suis mis sérieusement. J’aime ce jeu, j’aime courir, prendre les espaces, toucher des ballons… Je me donne à fonds et je verrais bien où tout ça me mènera. J’ai travaillé pour en arriver là !

Ahmed à 200% au Stade Français

Pourquoi le Stade Français et pas Bordeaux ?

Je suis originaire de Bordeaux, je n’ai déménagé à Sainte Foy la Grande qu’à mes 13 ans. C’est dans ce village que j’ai débuté le rugby et que Nicolas Zénoni, le coach des espoirs de l’UBB, est venu me chercher. Revenir jouer à Bordeaux est une opportunité que j’aurai peut-être un jour… En attendant, après Montauban, je suis au Stade Français pour m’y consacrer à 200% pendant les trois prochaines années. Ça va me laisser le temps de bien appréhender tous les paramètres du très haut niveau.

Vous attendez-vous à souffrir de ce passagede ProD2 au Top14 ?

Le fossé est énorme, autant qu’entre les espoirs et la Pro D2. En même temps, je pense que le jeu du Top 14, rapide et joueur, peut, peut-être, me convenir davantage. Quoi qu’il en soit, il va me falloir progresser dans tous les secteurs, avec un focus particulier sur le jeu au pied, pour ça devienne une vraie option, et les déplacements pour anticiper et être présent partout, en attaque comme en défense.

Le staff des Bleus suivait déjà vos performances en Pro D2, qu’est-ce que cela vous inspire ?

J’ai effectivement lu ça dans la presse… C’est juste incroyable ! Mais je vais continuer à aborder le rugby au jour le jour, match après match, en pensant d’abord être bon et performant avec mon club, prouver que je peux jouer en Top 14, avoir le niveau. C’est agréable, ça donne la patate et le sourire et ça impose de rester humble et concentré sur l’essentiel car je sais aussi que je vais être attendu.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi