mercredi 17 juillet 2024

Sur les traces de Kylian Mbappé : une enfance dominé par le football et l’éducation

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Depuis qu’il est tout petit, Kylian Mbappé se destine à devenir un grand joueur. Rapidement mis dans le bain par sa famille, le prodige français a appris de réelles valeurs qui l’accompagnent encore aujourd’hui. Retour sur ce passé qui lui a forgé un avenir.

Tout a été dit sur Kylian Mbappé. De ses années à Bondy, en passant par l’INF Clairefontaire, puis le centre de formation de Monaco. Né le 20 décembre 1998 dans le 19ème arrondissement de Paris, c’est en Seine-Saint-Denis, que Mbappé s’est forgé son caractère de champion.

Fils de Wilfried Mbappé Lottin et de Fayza Lamari, il a tout de suite baigné dans le monde du sport. Son père, ancien joueur de foot amateur, a vite épousé la carrière de formateur et d’entraîneur à l’AS Bondy, le club de ses premiers pas. Sa mère, Fayza Lamari, natif de Bondy, s’est tournée vers le handball pour y faire carrière. Mais c’est bel et bien l’appel du football qui va s’avérer être le plus fort.

D’autant plus qu’il grandit en suivant l’exemple de son « grand frère » Jirès Kembo-Ekoko. Fils de l’ancien international zaïrois, Jean Kembo, il est envoyé par ses parents en France afin de se donner les chances de réussir dans la vie et notamment dans le football. Recueilli par la famille Mbappé, ces derniers deviennent ses tuteurs légaux et l’élèvent comme leur propre fils.

Avec plus de dix ans d’écart, le jeune Kylian peut ainsi suivre l’évolution de son frère dans le monde professionnel avec une carrière qui l’a fait se révéler à Rennes avant de partir aux Émirats Arabes Unis à Al Ain Club puis Al Nasr, sans oublier des passages au Qatar, à El Jaish SC, ainsi qu’en Turquie à Bursaspor, où il terminera sa carrière professionnelle en 2019. En 2012, Mbappé n’a que 14 ans quand il voit Jirès Kembo-Ekoko partir à Al Ain Club. Un choix qu’il ne comprendra pas.

Mbappé, un enfant passionné de foot et d’Aznavour

« C’était son choix, mais je ne l’avais pas accepté, expliquait-il dans la presse locale. C’était vraiment dur pour moi. Il sortait d’une belle saison à Rennes. Je pensais qu’il pouvait faire quelque chose. J’en ai pleuré, c’était l’amour du frère… A l’époque, je n’étais pas d’accord, mais il faut toujours accepter les décisions des gens. Je l’ai soutenu et je le soutiens toujours. »

Tout comme il soutiendra toutes les décisions de son jeune frère Ethan Mbappé qui évolue aujourd’hui, à 16 ans, au centre de formation du PSG. Dès son plus jeune âge, Kylian Mbappé se montre en avance et confirme sa force de caractère en annonçant à qui veut l’entendre son envie de devenir footballeur professionnel. Toujours en éveil, sa mère était toujours surprise de le voir refusant d’aller faire la sieste, tout en continuant, sans cesse, à parler.

Entre 6h du matin et 19h30, le petit Kylian n’arrête pas et s’octroie des moments de détente devant les DVD du Père Castor ou de Kirikou. A 4 ans, il lui arrive même de placer sur une carte les pays ayant participé à la Coupe du monde.

Terre de champions

Fan de Charles Aznavour dès son plus jeune âge, il apprend alors le répertoire du chanteur français. A la maternelle, il refuse toujours la sieste et ses maitresses s’interrogent sur son ambition débordante. Kylian Mbappé étant un élève qui ne s’intéressait aux choses que s’il l’avait décidé. Et le football était sa motivation première.

Depuis qu’il a revêtu un maillot de l’AS Bondy à l’âge de 4 ans à l’occasion du Téléthon 2002, Mbappé n’avait que le ballon en tête. Ce qui le poussera notamment à apprendre avec assiduité l’anglais et l’espagnol. « Il était tout petit et sa maman avait un peu peur qu’il se fasse rentrer dedans, mais il est parti direct à l’abordage et cela s’est bien passé. »

Ce souvenir du président de l’époque de l’AS Bondy dans un reportage sur M6 prouve la force de caractère du jeune Mbappé qui prendra sa première licence à 6 ans. A Bondy, il y apprend le respect. Il l’a d’ailleurs raconté dans une « Lettre aux jeunes Kylian » parue sur le site The Players Tribune.

« Si tu marches dans la rue et que tu croises un groupe de 15 personnes et tu ne connais qu’une seule de ces personnes, tu as deux options : soit tu les salues d’un signe de la main et tu continues ton chemin, soit tu vas les voir et tu serres la main des 15 personnes. Si tu ne serres la main que d’une personne, les 14 autres personnes ne t’oublieront jamais. Elles sauront quel genre de personne tu es. »

Mbappé attaché à Bondy

En effet, Kylian Mbappé a toujours gardé ce lien fort avec sa ville et son club de l’AS Bondy qui a pourtant vu passer de nombreux talents comme Sébastien Corchia, Jonathan Ikoné ou encore William Saliba. Il a d’ailleurs beaucoup aidé sa ville au moment de la crise sanitaire. L’image de Mbappé, triomphant, sur le côté d’un immeuble de Bondy et qui trônait le long de l’autoroute a fait le tour du monde. Très vite, il apprend à apprivoiser ses capacités.

Capable de jouer du pied droit pour jouer au ping-pong et de la main gauche au tennis, il fait en sorte de développer cette capacité pour réussir à cultiver le fait d’être ambidextre. Il a toujours rêvé de devenir footballeur. Et chez lui, il n’était pas rare d’imiter les internationaux tricolores en chantant la Marseillaise ou en réalisant de fausses interviews avec ses copains après les matches.

Quand il recevait un nouveau maillot ou une nouvelle paire de crampons, il dormait toujours avec. « Je les accrochais au-dessus de mon lit, expliquait-il en 2018 en conférence de presse. Je faisais un vœu pour que je marque le lendemain avec. »

A l’AS Bondy, son père surveillait sa progression et ne faisait pas de favoritisme. Il était même dur selon certains témoignages. Mais il le fallait car rapidement considéré comme un enfant surdoué, Kylian Mbappé était souvent très dissipé au quotidien.

Au point que ses parents décideront de l’envoyer dans un établissement privé catholique de Bondy, l’Assomption de Bondy. Un choix judicieux qui permettra de le calmer et de lui confier un cadre dont il avait besoin pour se canaliser alors qu’il rentre en 6ème. Ses parents prendront également l’initiative de le faire suivre par un psychologue, tout en demandant un suivi précis de leur fils à travers une fiche à remplir par les enseignants afin de savoir comment le jeune Kylian se comporte en classe.

Une passion débordante pour le football

Au niveau du sport, il s’essaiera au tennis et à la natation aussi, mais c’est avec un ballon entre les pieds que le futur numéro 10 de l’équipe de France se montre le plus à l’aise. Il ira aussi au conservatoire de Bondy pour y apprendre la musique, mais aussi avoir des cours de théâtre et de chant. Mais Kylian Mbappé ne se démarque pas par ses capacités vocales. Il se met alors à la musique en apprenant la flûte traversière ou encore la guitare.

A l’AS Bondy, on accueille rapidement de nombreux recruteurs venus voir le phénomène du 93. Il ne manque pas alors de prétendants et, à 11 ans, il joue régulièrement devant des représentants des Girondins de Bordeaux, du FC Sochaux, du Stade Rennais, du Paris Saint-Germain, du RC Lens, du Stade Malherbe de Caen, de l’AS Monaco, mais aussi de Chelsea et du Real Madrid.

D’ailleurs, avant de prendre la direction de Monaco, ce sont Caen et Lens qui sont les priorités. Mais relégués en Ligue 2, l’ASM récupèrera le génie français. Entretemps, c’est à l’INF Clairefontaine qu’il bascule réellement dans la formation qui doit l’emmener au plus haut niveau. Sélectionné en 2011, dans la Génération 1998, il n’est pas le plus performant et c’est surtout l’actuel attaquant de Montpellier, Arnaud Nordin qui tape dans l’œil des spécialistes et de ses formateurs. Mais la volonté inébranlable de Kylian Mbappé impressionne.

Pas le meilleur à l’INF…

Il est souvent le plus travailleur sur le terrain et fait tout pour s’accrocher à ses rêves de réussite. C’est à cette époque qu’il fera des rencontres déterminantes avec Zinédine Zidane, à Clairefontaine, mais aussi avec Cristiano Ronaldo, lors d’un séjour à Madrid. A la fin de ses années à Clairefontaire, il prend la direction de l’AS Monaco. Ce qui fera dire à son entraîneur, Jean-Claude Lafargue, avec un large sourire,

« Le Rocher ? Ce n’est pas pour t’échouer ». Après l’INF Clairefontaine entre 2011 et 2013, c’est donc l’AS Monaco qui sera le premier terrain de ses exploits sur le terrain et en dehors. En effet, en 2016, il décroche son bac technologique STMG au rattrapage en comblant les 19 points qui lui manquent. Il opte alors pour la philosophie avec le sujet :

« Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ? ». A croire que c’était prédestiné. Car depuis Kylian Mbappé a démontré à quel point les sacrifices réalisés tout au long de ses jeunes années lui ont permis de s’accrocher à son rêve.

Car quand ses parents veillaient à ce qu’il rattrape ses lacunes en maths, français et anglais, le week-end, c’était surtout avec l’idée qu’il possède un bagage qui lui permet d’aller loin, pas seulement sur le terrain, mais également dehors. La preuve que même les plus grands génies ne doivent pas négliger le travail pour réussir dans la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi