mercredi 22 mai 2024

TOP 14 : le plan du Stade Toulousain pour retrouver le sommet

À lire

Stoppé en demi-finale dans les deux compétitions la saison dernière, le Stade Toulousain a musclé son effectif pour traverser une saison qui sera longue et retrouver les sommets.

Les Toulousains n’étaient plus habitués à perdre. Depuis deux saisons, ils gagnaient au moins un titre par an. La saison dernière, ils ne sont pas passés loin, mais le Leinster en Champions Cup et Castres en Top 14 ont mis fin à leur rêve d’un autre doublé en demi-finale. Entre les matches remis en raison du COVID qui ont créé deux doublons supplémentaires (Montpellier, Stade Français) qui n’étaient pas prévus et l’absence des internationaux, le Stade Toulousain n’a pas eu une saison facile à gérer avec beaucoup d’incertitudes et de contraintes de dernière minute.

Changement de stratégie avec des arrivées importantes

Malgré ces deux places dans le dernier carré, le collectif toulousain a été moins flamboyant que par le passé. Même quand les internationaux étaient là, les matches n’étaient pas aboutis. En plus de prolonger leurs cadres sur de longues durées dans le cadre du projet Trajectoire 2027, les dirigeants ont également réalisé un gros recrutement notamment derrière où les départs de Cheslin Kolbe et Yoann Huget n’avaient pas été compensés lors de la précédente intersaison. Une intersaison au cours de laquelle le Stade n’avait recruté que deux joueurs ; Nanai-Williams et Jelonch.

Cette année, changement de stratégie avec les arrivées importantes de Roumat, Retière, Jaminet, Capuozzo, Graou ou Barassi. Un apport de sang frais nécessaire selon Ugo Mola :

« Face à Castres, le collectif a été mis sous l’éteignoir de la pression castraise. On ne peut pas toujours attendre qu’Antoine Dupont traverse le terrain tout seul. On a été émoussés sur les moments-clés. Mais je reste convaincu que ce groupe a un bel avenir. Notre moyenne d’âge va se rajeunir encore en 2022/2023. »

Le Stade Toulousain muscle son équipe

Paul Graou auteur d’une superbe saison avec Agen a été recruté pour seconder Dupont de manière efficace, Melvyn Jaminet vient concurrencer Thomas Ramos à l’arrière tandis que la pépite italienne Ange Capuozzo aura son rôle à jouer pour une place à l’aile.

Cette ligne de 3⁄4 se muscle avec Retière et Barassi, ce dernier devrait constituer une sacrée paire de centres avec Pita Akhi. En revanche, dans son paquet d’avants, Toulouse a perdu gros avec le départ d’Arnold au Japon, d’autant plus qu’il n’a pas vraiment été remplacé.

Il était le leader de touche, il abattait un énorme travail, son départ laisse un grand vide. Avec une dizaine d’internationaux, le Stade Toulousain ne devra pas rater son début de saison et engranger les points avant la Tournée d’automne puis le Tournoi, d’autant plus que beaucoup de joueurs auront la tête à la Coupe du monde qui se profile.

Les dirigeants ont essayé de constituer un groupe qui pourra gérer les doublons sans trop de casse. A voir si ça se passera mieux cette saison que l’an dernier.

La recrue : Capuozzo dans le grand bain

Révélation du dernier Tournoi, Ange Capuozzo était aussi l’un des meilleurs joueurs de Pro D2. Il a été formé et a fait sa carrière à Grenoble jusqu’à présent. Le jeune italien peut évoluer à l’arrière ou à l’aile. Il s’est engagé pour trois ans. C’est un sacré changement pour lui car il va découvrir le Top 14, la Champions Cup et évoluer dans l’un des plus grands clubs européens, mais il a un excellent coup à jouer car Toulouse a connu des problèmes sur les ailes la saison passée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi