lundi 3 octobre 2022

Vincent Poirier : « On fera tout pour avoir l’or »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

L’Euro de Basket débute dans tout juste une semaine. Même si les batailles s’annoncent farouches, le pivot du Real, Vincent Poirier (seul survivant de l’équipe de 2017 avec Evan Fournier), se veut confiant. Entretien pour Le Quotidien Du Sport et France Basket.

La France vise-t-elle la médaille d’or à l’Euro ?

Absolument. Comme d’habitude. Dès qu’on vient en équipe de France, avec l’effectif qu’on a, on se bat dans les compétitions pour une médaille. Le top 3 est toujours visé.

Surtout après votre médaille d’argent aux Jeux !

Effectivement. Il y a eu cette médaille d’argent, mais aussi la médaille de bronze aux Mondiaux. On est sur une bonne dynamique. On connaît nos capacités. Nous ambitions sont élevées.

Comment aborder déjà la phase de groupe ?

Le but est de gagner tous les matches. Si tu gagnes, tu n’as pas besoin de calculer derrière.

Vincent Poirier et la France pas favoris

La France est-elle la favorite n°1 de la compétition ?

Pas forcément. Mais on a montré qu’on avait une équipe solide. On n’est pas les grands favoris. Il y a des équipes très fortes aussi en face, mais on sait ce qu’on vaut.

La Serbie comptera sur Jokic, la Slovénie sur Doncic. A quel type d’Euro s’attendre ?

Quand de tels joueurs viennent dans leur sélection, cela relève forcément le niveau. La Slovénie, ce sera compliqué. On l’a vu aux JO. La Serbie aussi. Mais nous-aussi nos joueurs seront là.

« J.O, Euro, les Bleus ont la même motivation »

Est-il plus facile de briller aux JO qu’à l’Euro ?

Difficile à dire. La motivation et l’excitation restent les mêmes. Repartir avec un titre de champion d’Europe reste quelque chose de grand. On a tous envie de réussir. Avec les campagnes que l’on a faites avant, tout le monde va jouer contre nous comme si c’était une finale à chaque fois. On sera attendus. Les équipes seront très agressives et motivées. On sait à quoi s’attendre. Il faudra répondre présent.

Que penser de l’absence de Batum et De Colo ?

Ce sont deux joueurs cadres avec une grosse expérience en équipe de France. On ne eut pas faire autrement. Mais derrière malgré cela on a une grosse équipe aussi. Il va falloir faire sans eux, mais on a ce qu’il faut pour.

Comprenez-vous leurs absences ?

Les saisons sont longues. Ils ont toujours été présents l’été avec l’équipe de France. Parfois tu as envie de rester un peu en famille et souffler. Ils ne sont plus tout jeunes non plus. Ils seront là pour l’année d’après.

Quel souvenir aviez-vous gardé de l’Euro 2017 ?

C’était ma première grande compétition en équipe de France. Cela avait été un peu compliqué. On voyait que cela se cherchait. On s’était fait sortir tôt. Cela arrive de ne pas atteindre ses objectifs. On espère que cela ne se reproduira pas. J’étais reparti sans médaille. J’espère en décrocher une.

Donc l’or ? Oui l’or. Mais on ne sait jamais ce qui peut se passer. C’est du sport. Tu ne peux jamais vraiment prédire l’avenir. Il nous faut une médaille quoi qu’il arrive. Si c’est l’or, c’est encore mieux. On fera tout pour avoir l’or.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi