samedi 20 juillet 2024

Williams : un paddock jeune et inexpérimenté pour chasser les doutes

À lire

Williams n’a pas encore retrouvé les joies de la victoire, mais l’écurie britannique a confirmé ses progrès en 2021 avec son premier podium depuis 2017. Peut-elle espérer mieux pour cette nouvelle saison ?

Endeuillé par la mort de son fondateur Frank Williams en fin d’année, Williams Racing a cependant donné le sourire à ses supporteurs et des raisons de croire à un avenir meilleur après avoir connu les années les plus mauvaises de son histoire entre 2018 et 2020 en terminant dernière du classement des constructeurs. Une progression qui coïncide avec le rachat de l’équipe Dorilton Capital en 2020.

« Poursuivre notre remontée vers le haut de la grille »

Le consortium américain a entamé une restructuration interne avec des premiers résultats sur la piste comme l’explique le patron de Williams F1 Jost Capito :

« Nous n’avons pas procédé à beaucoup de changements du personnel, mais à des changements plus stratégiques. Je pense que ce qui aide beaucoup est d’améliorer notre état d’esprit et redonner sa fierté à l’équipe. Nous n’acceptons plus d’être derniers, nous voulons progresser sur la grille et nous travaillons dur dans cette optique. Nous avons développé des procédures et différentes structures.

Nous avons amélioré notre communication au sein de la compagnie. Je pense que nous étions un business familial et que nous sommes devenus une société d’ingénierie bien structurée. »

Même s’il a été obtenu dans une course tronquée (arrêtée au bout de trois tours), le podium obtenu à Spa Francorchamps par George Russell a permis de valider le travail de toutes les équipes. Pour cette nouvelle saison, comme les autres écuries, Williams F1 part un peu dans l’inconnu avec les nouvelles règles.

Williams mise sur la jeunesse

Le départ de George Russell est cependant une mauvaise nouvelle, le jeune britanique assumant pleinement son rôle de leader. Il est remplacé par Alexander Albon qui fera équipe avec Nicholas Latifi, mais ces deux pilotes sont inférieurs au Britannique en termes de talent et de connaissances tactiques. L’écurie qui compte 114 victoires en F1 aura du mal à décrocher un 115ème succès qu’elle attend depuis… 2012.

Satisfait de l’évolution de la voiture, Jost Capito se veut optimiste, mais ne veut surtout pas brûler les étapes :

« Il est vraiment difficile de faire des pronostics pour la nouvelle saison avec tous les changements de règlement. Nous verrons bien ce qu’il se passera. L’objectif sera de poursuivre notre remontée vers le haut de la grille. Ramener l’équipe où nous voulons qu’elle soit n’est pas un travail sur le court terme.

Maintenant que l’équipe a de meilleures ressources pour être compétitive, les budgets plafonnés mis en place par la F1 limitent les investissements que les propriétaires peuvent faire. Comparé aux top teams, nous avons souffert du manque d’investissement ces dernières années, mais nous travaillons dur pour rattraper ce retard.

Tout le monde est reparti de zéro avec sa nouvelle voiture et il est difficile de prédire la hiérarchie. Pour nous, faire des progrès dépendra donc d’où nous nous situons par rapport à la concurrence. »

L’AVIS DE FRANCK MONTAGNY

« Il y a une belle perspective d’évolution. Ils ont Albon qui est revenu. C’est bien. Ils ont fait une meilleure auto. Ils peuvent se battre pour accrocher quelques points. Ils vont continuer à évoluer comme il faut. Il faudra croire encore en eux malgré le départ de Russell. »

Votre marchand de journaux vous propose le Guide F1 Lafont Presse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi