dimanche 23 juin 2024

Tony Parker : « On prend conscience des choses, quand tout s’arrête »

À lire

Tony Parker est le premier Français à faire son entrée au Hall of Fame. Une entrée au panthéon du basket américain logique au regard de sa carrière. L’ancien meneur des Spurs nous confie son émotion et balaye également pour France Basket l’actualité de la balle orange. Entretien réalisé pour France Basket et Le Quotidien du Sport.

Il y a vingt ans, en 2003, vous remportiez votre premier titre NBA avec San Antonio. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

J’ai réalisé quelque chose de malade ! J’ai mis un moment avant de réaliser que j’avais été champion NBA. Sur le moment, tu joues, tu t’entraînes, tu ne réalises pas trop, tu es dans un tourbillon. C’est à la fin de ma carrière que je me suis dit : « Ah ouais tu as réalisé ça, ça et ça ». On prend conscience des choses quand tout s’arrête et que les gens continuent de vous parler de votre carrière.

Comment avez-vous appris votre intronisation au Hall of Fame ?

J’ai reçu un coup de fil trois jours avant l’annonce. J’avais du mal à réaliser et quand le jour J va arriver (le 12 août, Ndlr) ce sera très émouvant je pense.

Tony Parker encore une référence en NBA

Au regard de votre carrière, vous deviez y penser un peu, non ?

Des gens m’en parlaient mais, tant que l’annonce ne m’a pas été faite, je n’y pensais pas.

Zaccharie Risacher sera mis en avant lors de votre tournée aux Etats-Unis en septembre. Pouvez-vous nous parler de lui ? Est-il si fort qu’on le dit ?

Je connais très bien son père, on était coéquipiers en équipe de France. On a sa sœur Aïnhoa aussi. Oui, il est très talentueux et nous allons l’entourer pour qu’il progresse encore. Cette tournée américaine nous permettra de le mettre en avant, mais aussi de mettre en avant le club et le basket français. Zaccharie est le Français qui monte, il a un bel avenir.

Marine Johannès a été l’une des grandes artisanes du succès de l’ASVEL féminin en Coupe d’Europe. Quel regard portez-vous sur sa progression ? Vous bluffe-t-elle ?

Je voudrais d’abord féliciter l’équipe qui a réussi quelque chose d’historique, c’était génial pour le club, pour le basket français aussi. Marine progresse énormément, on savait qu’elle avait un potentiel important. Mais, le plus important, c’est que maintenant elle gagne. Dans une carrière, on regarde aussi les trophées et l’important est de valider son talent par des victoires.

« Les jeunes devraient peut-être rester une ou deux années de plus pour progresser et gagner en expérience »

Victor Wembanyama va (sûrement) être numéro 1 de la draft, quels conseils lui donneriez-vous pour réussir et surtout durer en NBA ?

Franchement, il a tout ! Il est talentueux, moi la seule chose que je peux lui dire c’est qu’il continue à travailler dur. Il y a une énorme concurrence, mais il peut réussir, c’est évident.

Que répondez-vous à ceux qui s’inquiètent pour lui de la dimension physique et du rythme des matches en NBA ?

Moi je ne suis pas du tout inquiet. Je pense qu’il saura se gérer et que ses entraîneurs le gèreront bien aussi.

Pensez-vous que le basket français a bien géré ce phénomène ?

Oui je pense que la présence de Victor a été plus que bénéfique pour le basket français. Il y a une médiatisation des matches, les Américains le suivent de près.

Avec lui, la France peut-elle devenir championne olympique à Paris en 2024 ?

C’est difficile à dire. Il y a toujours les Etats-Unis qui sont difficiles à battre, l’Espagne aussi. Beaucoup de nations qui ont d’excellents joueurs.

Les jeunes joueurs français partent-ils trop tôt en NBA ?

C’est très dur de faire un choix, de savoir ce qui est le mieux surtout quand on est jeune. C’est difficile aussi de refuser une opportunité en NBA. Il faudrait peut-être qu’ils restent une ou deux années de plus pour progresser et gagner en expérience.

Quel est votre MVP de la saison ?

Joel Embiid.

Justement, c’est un joueur qui fait beaucoup parler de lui depuis des mois. Etes-vous favorable à son arrivée en équipe de France et êtes-vous d’accord avec Nando De Colo qui a dit qu’il faudrait qu’il se positionne rapidement ?

On veut toujours avoir les meilleurs joueurs dans son équipe et Joel Embiid fait partie des meilleurs joueurs du monde depuis des années. Après, il a plusieurs nationalités, c’est un choix personnel pour le garçon. Il faut qu’ils en parlent entre eux, voir le ressenti des joueurs, ce qui est le mieux pour la sélection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi