lundi 24 juin 2024

Antoine Dupont dans les traces de Fabien Glathié

À lire

Homme de base de la sélection, Antoine Dupont bénéficie d’une confiance totale de la part de son sélectionneur. même poste, capitaine en bleus, les deux Hommes ont de nombreux points communs, mais ils ont aussi leurs propres spécificités.

Antoine Dupont cumule les honneurs cette année. Champion d’Europe et champion de France avec le Stade Toulousain, vainqueur des All Blacks, le demi de mêlée est également devenu cet automne le 96ème capitaine du XV de France, le 10ème demi de mêlée à assurer cette fonction après Philippe Struxian (6 fois) qui a été le premier demi de mêlée capitaine en sélection, Jacques Fouroux (22 fois), Richard Astre (6 fois), Morgan Parra et Jean-Baptiste Elissalde (5 fois), Dimitri Yachvili (2 fois), Baptiste Serin et Baptiste Couilloud (1 fois) et… Fabien Galthié (25 fois).

Antoine Dupont, capitaine en puissance des Bleus

Comme Fabien Galthié, Antoine Dupont aura donc été capitaine des Bleus. L’actuel sélectionneur et son joueur partagent d’autres similitudes, ils sont très proches car ils ont évolué au même poste et Fabien Galthié aime la personnalité d’Antoine Dupont qui est aussi un meneur d’hommes qui n’hésite pas à bousculer ses avants même si, en public, il parait plus réservé que ne l’était son sélectionneur :

« Le poste de demi de mêlée demande des capacités de commandement. Dans ces commandements et ces choix, il faut un fort caractère. Il faut entraîner l’adhésion de tous ses partenaires. Cela s’apprend. C’est aussi un relais entre ce que demande l’entraîneur et le staff. Il faut savoir transmettre aux autres.

C’est tout un processus. Fabien Galthié et Antoine Dupont ont ce caractère pour diriger les partenaires, gérer les points chauds, aller au combat. Il faut réfléchir très vite. Pour faire les bons choix, il faut de la lucidité, Dupont, comme Galthié dans le passé, parvient souvent à garder cette lucidité nécessaire pour faire avancer l’équipe » explique l’un de leurs prédécesseurs Richard Astre.

Dupont/Galthié, des similitudes mais un style de jeu différent

Le style de jeu n’est, en revanche, pas identique selon Aubin Hueber, autre ancien demi de mêlée international :

« L’un comme l’autre ont des qualités, mais leur profil n’est pas identique. Dupont se démarque par sa vista, il est toujours au soutien pour offrir une solution à ses partenaires. C’est aussi un très bon défenseur. Galthié formait notamment avec Lamaison une paire de demis qui n’hésitait pas à lancer des attaques au pied, certaines sont restées légendaires avec des essais mythiques. Galthié n’hésitait pas à taper dans le dos de la défense pour ouvrir des espaces. »

S’il compte 64 sélections, un titre de meilleur joueur du monde en 2002, trois Grands Chelems (1997, 1998, 2002) et quatre Coupes du monde disputées, Fabien Galthié s’imposait moins comme un titulaire indiscutable à ses débuts qu’Antoine Dupont aujourd’hui. Galthié était aussi un talent précoce. Il a connu ses premières sélections et sa première Coupe du monde à 22 ans seulement.

Mais, aux yeux des sélectionneurs, il n’était pas le choix numéro 1 au départ. Il était mis en concurrence, mais bouleversait toujours la hiérarchie rapidement. Après sa première Coupe du monde, il n’était pas retenu pour les deux éditions suivantes, mais était finalement rappelé pour cause de blessures et finissait par devenir titulaire.

Galthié n’était pas aussi incontestable, mais il finissait toujours par être titulaire

En club, Fabien Galthié ne gagne son unique titre de champion de France que lors de sa dernière année de joueur en 2003 sous le maillot du Stade Français après qu’il ait effectué la majorité de sa carrière à Colomiers. Pour le Mondial 2003, il n’a pas, en revanche, besoin de blessures pour intégrer le groupe.

Il est sélectionné et est même désigné capitaine. Fabien Galthié a prouvé tout au long de sa carrière que l’on pouvait ne pas être considéré comme numéro 1 au départ, mais bouleverser la hiérarchie et réaliser une magnifique carrière.

Il est d’ailleurs le seul français à avoir disputé quatre Coupes du monde. Ce record sera peut-être égalé par Antoine Dupont qui a fait ses débuts internationaux à l’âge de 20 ans (il compte déjà 35 sélections), qui a déjà disputé une Coupe du Monde en 2019 à l’âge de 23 ans et qui est incontestable aux yeux du sélectionneur.

Le temps de jeu d’Antoine Dupont, c’est 74 minutes par match

Depuis sa prise de fonction fin 2019, Fabien Galthié l’a titularisé systématiquement et Dupont joue en moyenne 74 minutes par match. Il a été sorti face à la Géorgie à la 58ème minute, remplacé par Maxime Lucu, cela ne lui était plus arrivé d’être remplacé si tôt depuis le match du Tournoi face à l’Italie (remplacé par Baptiste Serin à la 59ème minute).

Antoine Dupont a simplement manqué la dernière tournée en Australie car il était finaliste du Top 14 et Galthié voulait également que son homme de confiance se repose et profite de son doublé avec le Stade Toulousain. Alors que Fabien Galthié a utilisé beaucoup de joueurs et aime faire des changements, Antoine Dupont est le seul joueur qui ne tourne pas.

Cela montre la confiance que lui accorde son sélectionneur qui se reconnait certainement beaucoup en lui quand il le voit jouer. Afin que l’élève dépasse le maître, il faut désormais qu’Antoine Dupont soulève la Coupe du Monde, en 2023 en France. Ce serait le meilleur endroit, pour lui, pour entrer définitivement dans la légende du rugby français.

Ne manquez-pas, Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi