samedi 20 juillet 2024

Aston Martin : Alonso remarquable, Stroll loin du compte

À lire

Aston Martin était la surprise de ce début de saison de Formule 1. Très vite, l’écurie britannique a mis sur pied une monoplace redoutable pour doubler Ferrari et Mercedes dans la course au championnat constructeur. La deuxième partie de saison en revanche, sonne comme un constat d’échec pour Fernando Alonso et Lance Stroll.

Aston Martin ne pouvait pas rêver meilleur début de saison. L’équipe britannique plus connu pour son rôle dans James Bond revit depuis l’arrivée de Fernando Alonso dans le paddock. Si Sebastian Vettel avait permis à l’écurie verte de se positionner comme un challenger, la team britannique a haussé le niveau pour devenir un as du volant avec un autre champion du Monde. Si Lance Stroll bénéficie d’une place protégée, Alonso a donné un coup de boost énorme pour la lutte du championnat constructeur.

Alonso immortel au volant d’Aston Martin

Revenu en F1 chez Alpine, le champion du monde espagnol a pris la décision de partir de l’écurie française à cause de différents avec son directeur de course. L’Espagnol a donc mis les voiles de l’autre côté de la Manche en ayant la garantie d’être le numéro un chez Aston Martin. C’est aussi une belle occasion de perfectionner une voiture de talent.

Grâce aux travaux de Vettel et la science du pilotage d’Alonso, la saison d’Aston Martin tournait dans le bon sens. Les premiers essais en marge de la saison 2022-2023 étaient les bons pour toute l’écurie légendaire dans les films James Bond. De quoi donner à Fernando Alonso un bolide de 300 km/h en pleine mutation.

Le début de saison est tonitruant pour les flèches vertes. Alonso se glisse alors à plusieurs reprises sur le podium. 4 fois 3ème sur les 5 premiers Grand Prix, on croit alors qu’Aston Martin possède tous les atouts mécaniques et de stratégie pour se hisser à la lutte du championnat constructeur.

À ce moment-là de la saison, les voyants sont verts pour Alonso qui donne raison dans le choix de le recruter auprès de l’écurie britannique. Performante, la voiture répond mieux que jamais pour le vieux briscard de 41 ans.

Aston Martin en super forme jusqu’en Italie

Proche d’un début de saison parfait, Aston Martin reste un concurrent sérieux pour le titre des constructeurs. Les Anglais sont bien meilleurs que leurs rivaux McLaren et Ferrari à la peine en plein milieu de saison.

Fernando Alonso prouve encore une fois que toute sa science du pilotage lui donne raison dans son choix. Alors qu’Alpine végète au fin fond du classement, l’Espagnol s’éclate dans la perspective de ramener un podium auprès de l’écurie anglaise. De plus, si la saison est excellente elle augure aussi un avenir radieux.

Dans la course au podium du classement des constructeurs, Aston Martin garde pendant longtemps un oeil sur le classement des pilotes. En effet, Alonso matte la concurrence et reste pendant très longtemps le candidat à la troisième place derrière les Red Bull.

La performance magistrale des Aston Martin au Proche Orient a donné quelques bonnes idées à l’écurie pour améliorer la voiture. Jusqu’au milieu de la saison, c’est le phénomène Aston Martin qui glace la concurrence au podium. Ferrari et McLaren impuissants, Mercedes est juste derrière.

C’est le Grand Prix d’Italie qui sonne le début du renversement en la défaveur d’Alonso. Mercedes va passer devant aussi bien sur le classement des pilotes que celui des constructeurs.

La panne sèche d’Aston Martin

Sans concurrent, Fernando Alonso n’a pas de difficulté à être le seul leader de l’équipe britannique. Très à l’aise, il met dans son sillage des performances très élevés de la voiture malgré un coup de mou notable en Amérique. Les Grand Prix du Mexique et des États-Unis sont catastrophiques pour l’Espagnol.

Stroll ne fait guère mieux en inscrivant seulement 7 petits points dans le GP des Etats-Unis. Il ne prend pas part au GP du Mexique. Stroll reste néanmoins un excellent second couteau pour Alonso. Les deux pilotes proposent deux techniques de pilotage complètement différentes et ne sont pas sur les mêmes objectifs.

En l’occurrence, Stroll s’applique à rester au contact du top 6 quand Alonso vise le top 3. Une parfaite alchimie qui sera payante jusqu’à la dernière course du Championnat à Abu Dhabi. Les deux pilotes inscrivent 17 points.

Suffisant pour terminer le championnat des constructeurs à la 5ème place. Alonso termine à la 4ème place du classement des pilotes, Stroll 10ème. De quoi conforter la stratégie d’Aston Martin dans l’avenir.

À LIRE AUSSI : la divine surprise Alonso/Stroll

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi