mardi 25 juin 2024

Audrey Sauret (Pau-Orthez) : « Pau ne dépensera pas l’argent qu’il n’a pas ! »

À lire

Directrice générale de l’Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez depuis l’été dernier, Audrey Sauret fait le point sur la situation du club. Dans ces temps difficiles tant sur le plan financier que sportif, elle se veut confiante pour le maintien du club. Entretien réalisé pour France Basket et Le Quotidien du Sport.

On entend beaucoup de choses ces derniers temps. Quelle est la réelle situation du club ?

Ces dernières années, le club est déficitaire tous les ans sauf entrée d’argent exceptionnelle. Quand on est arrivé l’été dernier après la reprise du club par Sébastien Ménard, au fur et à mesure que l’on ouvrait des tiroirs, on trouvait des choses nouvelles. On est confiant sur ce que l’on a audité. Ça ne dépend pas que de nous, on a re-sollicité la mairie ; mais le club ce n’est pas que Pau, il y a également Lacq et Orthez, il faut arriver à trouver des financements pas seulement à Pau. Quand on a un déficit de 2,9 millions d’euros, c’est normal que l’on soit surveillé. Tous les clubs le sont à des degrés divers. On a trois ans pour reconstruire des fonds propres.

Quel est votre plan pour y arriver ?

On veut mettre en place un socle fiable. Le club a besoin de fonctionner différemment en multipliant notamment les partenariats privés. De grosses entreprises du territoire ont lâché le club, mais il y a une vraie solidarité autour de lui. Il faut arriver à mettre en place un modèle plus pérenne, moins dépendant des collectivités. Il y a beaucoup de travail, mais nous ne ferons pas n’importe quoi, on ne dépassera pas les limites, on ne dépensera pas l’argent que l’on n’a pas.

Pourquoi avez-vous accepté ce challenge dans un club historique, mais en grande difficulté financière depuis plusieurs années ?

J’ai beaucoup réfléchi, j’ai été rassurée par les repreneurs sur le fait qu’ils avaient un projet de reprise constructif. Nos échanges ont été francs et enrichissants. C’est une institution du basket français qui est en difficulté et c’est un honneur pour moi de se battre pour tenter de la sauver. Si on réussit tant mieux, le plus important est de faire notre maximum et de ne pas avoir de regrets. Nous ne dépasserons pas les limites. Nous avons construit l’effectif avec nos moyens du moment, pas à crédit.

« C’est un honneur pour moi de se battre pour tenter de sauver ce club »

Quel genre de manager êtes-vous ?

Manager, c’est un rôle qui couvre pas mal de domaines, il faut des compétences multiples, c’est très intéressant. Quand j’étais athlète, je pouvais lâcher prise une fois le match terminé, là non. On fait beaucoup de sacrifices dans notre vie personnelle. Je suis maman solo, ce n’est pas simple tous les jours, mais c’est un métier qui me plait.

Alain Jardel me disait toujours et il me le dit encore d’ailleurs qu’il me voyait devenir coach car j’avais un QI basket élevé peut-être parce que j’étais meneuse, mais j’avais une grosse peur de devenir coach. J’ai toujours aimé le leadership, le travail, le sacrifice.

Quand je vais dans un club, ce n’est pas pour moi, mais pour le projet d’une institution. Pau-Lacq-Orthez est une institution du basket français. J’essaie d’instaurer un esprit de groupe au sein de mon équipe. C’est l’une des choses qui me manque le plus de ma carrière de sportive d’un sport collectif.

Sportivement, le club est aussi en difficulté. L’avenir passe-t-il par un maintien obligatoire ?

La reconstruction économique du club passe également par les résultats sportifs. En étant dans l’élite, c’est plus facile. Le niveau d’engagement des partenaires dépendra forcément du maintien. Si on se retrouve en bas de classement, c’est avant tout car on est très inconstant dans l’effort. Il faut que l’on gagne en régularité.

Si l’on veut produire quelque chose de viable économiquement, le sportif doit suivre. On vit une saison difficile sportivement, mais les joueurs ne lâchent pas, j’essaie de les accompagner en déplacement pour les soutenir, tout le monde est mobilisé pour ce maintien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi