mardi 23 juillet 2024

Aurélien Callandret (Oyonnax) : « Je vais pouvoir me jauger face aux meilleurs »

À lire

Oyonnax domine la PRO D2 cette saison. Mais Aurélien Callandret ne veut pas s’enflammer, le chemin vers le top 14 est encore long. Avant de partir à Bayonne, l’ailier de 25 ans veut laisser l’équipe en top 14. Entretien réalisé pour Rugby Magazine et Le Quotidien du Sport.

Oyonnax est largement en tête. Peut-on dire que vous vous dirigez tout droit vers le Top 14 ?

Malheureusement, c’est encore loin d’être fait. J’espère que cette saison on va bien maîtriser les choses jusqu’au bout, en phase finale aussi. Pour l’instant, on fait une saison au top avec une vingtaine de points d’avance, mais des matches face aux grosses écuries arrivent. Si on tient le rythme, il faudra aussi être efficaces sur les phases finales sinon la saison ne sera pas réussie. Avant, le premier montait, ce n’est plus le cas maintenant, il faut passer par les play offs pour monter, c’est vraiment un parcours compliqué. Réussir une superbe saison, être premier n’assurent pas la montée. On l’a bien vu les années précédentes, les play offs nous ont coûté cher.

Qu’Oyonnax monte ou non, vous vous êtes assuré de découvrir l’élite l’an prochain avec votre signature à Bayonne ! Une progression logique après que vous vous soyez imposé comme l’un des meilleurs ailiers de Pro D2. Pourquoi ce choix ?

Ils m’ont contacté tôt, je me suis dit que c’était une très belle opportunité. C’est un promu qui se construit, qui a fait un beau recrutement cette année. Cela fonctionne puisqu’ils font un super parcours pour l’instant. Ils ont aussi un public très chaud, j’ai pu m’en rendre compte la saison dernière lors de la demi-finale. J’avais envie de découvrir un nouveau projet, de nouvelles structures après six saisons à Oyonnax. Et je me suis dit que Bayonne était le meilleur endroit.

Qu’attendez-vous de ce passage en Top 14 et de ce changement vous qui n’avez connu qu’Oyonnax en professionnels ?

Je pars dans l’inconnu, je ressens à la fois un peu d’appréhension, mais aussi de l’excitation de découvrir l’élite. Je vais être confronté aux meilleurs joueurs, je vais pouvoir jauger mon niveau. Mais avant il y a une saison à finir avec Oyonnax et j’espère qu’on atteindra nos objectifs en fin de saison, à savoir la montée.

« Bayonne m’a contacté tôt, je me suis dit que c’était une très belle opportunité »

En plus du XV, vous avez également évolué à 7. Que vous a apporté ce passage dans le rugby à 7 pour votre carrière de quinziste ?

Cela date un peu, mais ça ne s’oublie pas (rires). Ce passage à 7 m’a permis d’améliorer ma vision du jeu. J’ai disputé deux tournois contre des adversaires forts donc ça fait forcément progresser. Cela va à 1000 à l’heure, il faut du cardio, une grosse endurance. C’est un rugby qui me plaisait vraiment.

Vous pouvez évoluer à l’aile ou à l’arrière. Quel est le poste où vous vous sentez le mieux ?

Depuis mes années de formation, j’ai évolué à tous les postes derrière. J’ai commencé en 10 puis au centre. Mon manque de gabarit a poussé mes entraîneurs à me positionner à l’aile ou à l’arrière pour du dépannage. Franchement, je n’ai pas de préférence entre les deux.

Que peut-on vous souhaiter pour cette fin de saison ?

Le titre et la montée, ce serait pas mal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi