dimanche 29 janvier 2023

Sébastien Vergez (la Peña Baiona) : « A Bayonne, les supporters ont leurs chouchous »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

À Bayonne, la Peña Baiona est une institution. Son président, Sébastien Vergez, nous fait les présentations alors que l’Aviron n’a pas raté son retour en TOP 14.

Pouvez-vous nous présenter la Peña Baiona ?

Elle a été créée en 2002. On fête cette année les 20 ans de l’association. On est aujourd’hui un peu plus de 850 adhérents. En termes d’adhérents, on est la plus grosse association de supporteurs du club.

Justement, combien y a-t-il d’associations de supporteurs à l’Aviron ?

Il y a le BOC (Bayonnais d’Origine Certifiée), les Gars de l’Aviron, les Socios, le Kop AB et nous. On cohabite très bien car chacun a son rôle. Le BOC s’occupe de l’animation à Jean Dauger en tribune Europcar derrière les poteaux. Les Gars de l’Aviron gèrent l’animation pour la tribune Kéolis. Les Socios sont eux actionnaires au club. Ils ont une voix, celle du supporteur, lors des conseils d’administration. Le Kop AB, c’est la relève, avec des adolescents. Nous, on s’occupe d’organiser tous les déplacements.

A part organiser les déplacements, quelle est la spécificité de la Peña Baiona ?

Ça a été la première association créée à Jean Dauger. Ensuite, elle a eu un local au stade ce qui permet d’accueillir les supporteurs adverses. On a également notre buvette. On a noué de fortes amitiés avec certains clubs de supporteurs comme Perpignan, Mont-ferrand, Vannes… Même avec Biarritz, au plus fort de la rivalité, la veille des matches, on partageait un moment ensemble.

Il n’y a plus de rivalité avec le BO ?

Il y aura toujours forcément cette rivalité. Même si on n’est pas dans la même division, les supporteurs biarrots suivent ce que font les Bayonnais et réciproquement (sourire). Ce sont nos meilleurs ennemis, mais ça se passe bien, on reste dans une ambiance de rugby et pas de foot.

Quel est votre meilleur souvenir de supporteur ?

Ça reste la demi-finale à Oyonnax où on partait sans grande ambition (en 2018/2019, Ndlr) et finalement, avec un scénario un peu fou, une première période où on est mené de presque 20 points (27-9, Ndlr) et en seconde période un retournement de situation exceptionnel (victoire 34-38, Ndlr). Même s’il y a les deux finales où on est champion de Pro D2, c’est l’un des matches qui a le plus marqué les supporteurs ces vingt dernières années. C’est même au-dessus !

« Lopez et Cassiem, les chouchous du public »

Cette saison, le retour en Top 14 se passe très bien. Vous prenez-vous à rêver de finir dans les six ?

Il suffit de deux ou trois défaites pour que ça bascule vite. Si on finit 10 ou 11ème, ce sera déjà très bien. Quand on est promu, réussir à se maintenir, c’est déjà une bonne chose. Avec les grosses cylindrées du championnat, le Top 6 reste inaccessible à l’heure actuelle quand on sait que 10 équipes jouent le Top 6 et que certaines ont deux équipes dans leurs effectifs.

Qui est le joueur préféré de Jean Dauger aujourd’hui ?

Camille Lopez est l’un des chouchous. C’est l’une des meilleures recrues du Top 14. Uzair Cassiem est arrivé il y a deux ans, il joue beaucoup avec le public qui aime ça, il se montre guerrier sur le terrain. Ce sont les deux chouchous cette saison.

Avez-vous un parrain à la Peña Baiona ?

Vu que c’est l’année des 20 ans, on voulait trois parrains qui symbolisaient cette association. On a pris un ancien joueur, Jean-Marie Usandisaga qui a joué à l’Aviron au début de l’ère professionnelle. On a pris Guillaume Rouet qui est là depuis 10 ans et qui est fidèle à l’Aviron. Le troisième, c’est Yann Lestrade qui symbolise la jeunesse et l’avenir du club issu du centre de formation.

La Peña Baiona, c’est aussi un hymne ?

C’est un hymne qui est reconnu partout en France. Quand il y a des matches de l’équipe de France, on l’entend aussi ! Les paroles très justes parlent à tout le monde au-delà de Bayonne. C’est devenu l’un des chants du rugby français.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi