lundi 4 mars 2024

Bernard Laporte : un retour à Montpellier qui interroge

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le retour aux affaires au MHR comme directeur du rugby de l’ancien manager de Toulon et président de la Fédération Bernard Laporte n’a pas été accueilli par tout le monde avec enthousiasme.

Bernard Laporte est de retour dans le milieu du rugby. Depuis novembre et après sept journées cauchemardesques, il a succédé à Philippe Saint-André au poste de directeur du rugby du MHR. Dans un communiqué, le club montpelliérain a indiqué :

« Dans le contexte d’urgence sportive actuel, l’arrivée de Bernard Laporte vise à sauver le club et à remettre de la cohésion dans le projet sportif. Son leadership, son esprit d’équipe, sa culture de la gagne, toutes ces valeurs communes qui sont chères à l’institution MHR ont pesé dans la décision du club ».

Altrad/Laporte, une amitié au service du MHR

Et le président Mohed Altrad de détailler : « Nous sommes convaincus que Bernard Laporte est l’un des meilleurs experts français du rugby. Dans cette période sportive qui est l’une des plus compliquées qu’ait connue ce club que j’aime tant, Bernard devra notamment renforcer la cohésion au sein du collectif. Son adhésion à nos objectifs, sa passion pour le rugby, font de lui le leader sportif dont le MHR a urgemment besoin ».

L’ancien président de la FFR, rappelons-le, a été contraint à la démission après sa condamnation pour corruption en première instance dans le cadre du procès Laporte-Altrad, décision dont il a fait appel. Interrogé sur le fait que son retour puisse déranger, l’intéressé, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, n’a pas mâché ses mots dans l’émission Bartoli Time sur RMC Sport :

« Mon retour agace les cons et ceux-là ne m’intéressent pas. Il y a une loi en France. Elle est simple. Il y a une présomption d’innocence. Je suis convaincu que je n’ai rien fait. Après, il y a une justice et je la respecterai. Aujourd’hui, je ne suis pas empêché d’entraîner et de travailler dans le rugby professionnel. Je ne vois pas pourquoi on me reprocherait quoi que ce soit à partir du moment où c’est légal ».

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans votre mag

« Je ne vois pas pourquoi on me reprocherait quoi que ce soit à partir du moment où c’est légal »

Et à ceux qui verraient ce retour d’un duo qui a été condamné en première instance comme une forme de provocation, Laporte n’y va pas par quatre chemins : « Les jaloux et les aigris, je ne leur réponds pas, je ne les écoute pas surtout ».

Ayant signé un contrat de trois ans, alors que son procès en appel est normalement prévu pour début 2025, à la question « avez-vous réfléchi si cette condamnation était confirmée en appel à ce que vous pourriez rester en poste ? », « Bernie » n’a pas tergiversé :

« Bien sûr que je pourrai rester en poste et heureusement (sourire). Je respecterai la justice et les règles telles qu’elles sont définies là-dessus ». Alors pourquoi ce retour fait autant réagir ? Déjà car il y a une affaire judiciaire en cours le concernant. Ensuite car certains reprochent cette grande proximité existante entre la nomination de Laporte au MHR et son procès, effectivement très rapproché :

« Est-ce que j’ai été surpris de le voir revenir ? Je ne l’ai pas été, indique l’ancien sélectionneur Guy Novès qui a été limogé par Laporte en 2017. Par contre, je ne vous dirai pas pourquoi (sic)… Après, je ne suis pas surpris de le voir à Bayonne se faire huer par les gens quand on le voit en tribunes… » On verra bien comment évoluera cette association entre Laporte et le MHR. Une chose est sûre, cette reprise de fonction dans le monde professionnel du rugby a fait parler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi