mardi 4 octobre 2022

Camille Chat : « J’espère devenir un leader du Racing 92 »

À lire

A 24 ans, Camille Chat est jeune à un poste où l’on arrive à maturité vers 28 ans. Mais le talonneur du Racing 92 a déjà suffisamment d’expérience pour s’imposer comme un leader aussi bien en club qu’en sélection.

Vos deux capitaines en club (Dimitri Szarzewski) et en sélection (Guilhem Guirado) qui étaient aussi vos concurrents au talonnage ont pris leur retraite. Etes-vous prêt à prendre plus de responsabilités ?

Oui, je les ai beaucoup observés pendant toutes ces années et j’espère devenir aussi un leader. Ça a déjà commencé au Racing 92, en équipe de France on a eu peu de matches depuis la Coupe du monde et la retraite de Guilhem mais déjà, pendant le Mondial, j’avais plus de minutes de jeu, ça montre que les sélectionneurs ont aussi confiance en moi. Mais, avant d’être un leader, il faut être irréprochable sur le terrain.

A-t-il été facile d’évoluer avec deux capitaines à son poste ?

Oui, j’ai évolué avec deux capitaines à mon poste à une période où je débutais ma carrière. C’était donc positif de côtoyer de tels joueurs, j’ai beaucoup appris. Quand on débute, c’est peut-être un peu tôt de commencer des matches à pression, j’ai appris dans l’ombre. J’espère que je vais pouvoir prendre le relais, être un leader, les rendre fiers. Quand j’ai commencé au Racing 92, Dimitri était là et c’était légitime qu’il soit titulaire, j’étais là pour apprendre.

Vous n’étiez donc pas impatient ?

Non, ce n’est pas dans mon caractère. Mon principal objectif est de progresser, de jouer aussi bien sûr. Je sais que c’est par le travail que je mettrai la pression sur les titulaires et le doute dans l’esprit des entraîneurs. Je sais attendre ma chance.

« QUAND ON EST TALONNEUR, ON DOIT AVOIR DE LA PERSONNALITÉ 

Comment expliquez-vous que les talonneurs soient souvent capitaines ?

Je ne sais pas, peut-être parce qu’ils sont au cœur du jeu. Beaucoup de talonneurs doivent avoir de fortes personnalités aussi. En équipe de France, c’est Charles Ollivon qui a pris le relais de Guilhem Guirado et c’est parfaitement logique vues sa progression et la place qu’il a prise au sein du groupe. Et il n’est pas talonneur, mais 3ème ligne.

Au fil des années, sentez-vous que votre personnalité, votre rôle dans le vestiaire évoluent ?

Je prends de plus en plus la parole. J’essaie d’être plus présent au sein du groupe, de m’imposer, de dire les choses quand cela va moins bien. J’essaie de prendre un peu de hauteur aux côtés des leaders ou des gars expérimentés du groupe. Le mieux, c’est que je me fasse accepter du groupe de manière naturelle, devenir un leader de manière naturelle.

Comment s’est passée votre reprise après le confinement ?

Personnellement j’en ai profité pour soigner mon mollet blessé pendant le Tournoi. Pendant le confinement, j’étais en Bretagne, sans les kinés qui me conseillaient à distance. Ce n’était pas simple car je devais faire les massages… et ce n’est pas mon métier. Après, j’ai repris avec le groupe, j’ai le moral et je suis disponible pour le club et la sélection pour ce début de saison qui est déjà très chargé. On était contents de se retrouver et impatients de reprendre la compétition.

Quel sentiment ressentez-vous quand vous affrontez un club français en Coupe d’Europe ?

C’est particulier car on se croise en Top 14. On les connait bien, mais eux aussi, il y a moins d’effets de surprise qu’avec un club étranger. Mais ça reste des matches de Coupe d’Europe, une compétition où on n’a pas le droit à l’erreur car il y a peu de matches, ce n’est pas une course de fond comme peut l’être le Top 14.

Le Racing 92 a gagné un Bouclier de Brennus, mais pas la Coupe d’Europe. Allez-vous donner la priorité à la Champions Cup cette saison ?

Non pas spécialement. On a deux compétitions à disputer, on les jouera à fond. On a quand même déjà fait une finale européenne. On a vu combien il était difficile d’aller au bout. Il ne faut pas laisser de côté une compétition quand on a un effectif important, aucun match ne se galvaude.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi