mardi 4 octobre 2022

Castres veut connaître l’émotion du Brennus

À lire

Pour exploiter l’extraordinaire engouement qui a accompagné l’épopée de Castres jusqu’en finale du Top 14, les joueurs de Broncan vont devoir maintenir leur niveau de performance en championnat, mais aussi en Europe où leur marge de progression est encore importante.

Pierre-Henry Broncan a comparé la ferveur des supporters du CO à celle des clubs de foot argentins. Les 25 bus qui ont rejoins la capitale le soir de la finale, et qui étaients là le lendemain pour accueillir les valeureux vaincus de retour à Castres, avec plusieurs milliers de fans, ont largement participé à la naissance de quelque chose de fort autour d’une équipe qui a surpris par sa capacité à élever son niveau de jeu tout au long d’un parcours hors norme qui dit beaucoup sur ce qu’est devenu le club depuis 10 ans et quatre finales pour deux titres.

« Le bilan global est positif, se félicitait le président Revol sur le site du club à la reprise de l’entrainement. Jamais le CO n’avait terminé premier de la phase régulière, ce qui traduit une belle régularité » principalement le fait d’une invincibilité à domicile qui explique aussi la dynamique populaire qui a accompagné les Tarnais jusqu’à Paris.

Alors que personne ne les attendait à ce niveau, les coéquipiers de Babillot ont déjoué tous les pronostics pour s’inviter dans la cour des grands, s’offrant un quitte ou double prestigieux face au Stade Toulousain en demi-finale. De quoi permettre de changer de statut ? Pas forcément si l’on en croit le président :

« Notre statut ne changera pas car notre budget et notre masse salariale resteront identiques et très éloignés des plus importants. » Le Mercato en témoigne.

Nakarawa, seul gros coup du Mercato

Jusqu’alors exclusivement estampillé joueurs JIFF provenant de Pro D2, l’arrivée de Leone Nakarawa aura été le seul gros coup tenté par le CO. A 34 ans, l’international fidjien aux 62 sélections était libre après une saison à Toulon où il avait peu joué. Un pari très mesuré cependant, et qui correspond bien aux habitudes de la maison, car le 2ème ligne également passé par le Racing 92 et les Glasgow Warriors était libre et ne plombera pas la masse salariale du club.

Même s’il arrive sur la fin, son expérience et son talent peuvent être déterminants dans les matches à enjeu qui ne manqueront pas cette saison en Top 14 comme en Champions Cup pour maintenir le standing d’une équipe où Leone ne sera pas dépaysé en retrouvant pas mal de Fidjiens, et avec une idée en tête :

« Tout faire pour participer à la prochaine Coupe du monde ! » S’il y parvient, il aura bien été la plus-value attendue par le staff dans une logique de gagnant-gagnant, au sein d’un effectif d’une grande stabilité, bâti « avec le moins d’internationaux possible » (dixit Broncan) et qui s’appuiera sur des automatismes qui ont fait leurs preuves, un staff renforcé par l’arrivée de… Kockott en remplacement de Worsley.

Castres veut évacuer les frustrations de 2021

Parce qu’il a déjà connu ça, le nouveau rôle du jeune retraité sera important pour digérer la frustration d’une finale perdue. Pareil scénario s’était en effet produit en 2014 après la défaite face à Toulon pour un maintien assuré lors de l’avant-dernière journée. Serge Milhas n’avait pas résisté aux mauvais résultats, une dernière place à la trêve, remplacé par Mauricio Reggiardo. Julien Dumora était arrivé cette année-là.

Il est conscient des erreurs à ne pas reproduire: « Il va vite falloir évacuer la frustration de la défaite car on connaît tous l’importance de réaliser un bon début de saison pour ne pas courir après le classement toute l’année. Dans un Top 14 qui ne pardonne rien, et où des équipes comme Lyon, Clermont ou Toulon n’ont pas fait partie des six, nous n’avons aucun droit à l’erreur. Il faudra être performant dès la reprise ».

Avec au programme pour débuter et un déplacement à l’UBB dès la 3ème journée et un exercice 2022/2023 que Pierre-Yves Revol annonce « comme le plus dense de toute son histoire. » Par ailleurs, avec les Chiefs d’Exeter et Edimbourg au programme de la Champions Cup, le tirage a été plutôt clément qui peut laisser espérer un 8ème de finale au printemps. Pour continuer à surfer sur la vague…

Doubrère remet ça

Quatre ans après avoir quitté le Top 14, qu’il avait découvert avec l’UBB, le demi de mêlée de 26 ans Gauthier Doubrère revient dans l’élite par la porte castraise. Rasséréné par ses deux expériences en Pro D2, à Biarritz et à Mont-de-Marsan, l’ancien partenaire auscitain d’Antoine Dupont revient pour prouver qu’il a le niveau. Plus que de faire oublier la légende Kockott, c’est pour franchir un palier et mettre la pression sur Arata qu’il a signé jusqu’en 2024 : « Je n’ai rien à perdre, je vais tout donner ! »

Tom Boissy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi