jeudi 25 avril 2024

Ces coachs étrangers qui ont enrichi le basket français

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Important leur savoir-faire et leur expérience, de grands techniciens venus d’ailleurs ont apporté leur pierre à l’édifice pour faire ce que notre championnat est ce qu’il est aujourd’hui.

En Betclic Elite, Sasa Obradovic est actuellement un des rares coachs étrangers en fonction avec le Finlandais Tuomas lisalo (Paris Basketball) et l’Italien Massimo Cancellieri (Strasbourg). Le natif de Belgrade cherche à placer la Roca Team sur le toit de l’Europe. Le Serbe appartient au gratin des meilleurs coachs d’Europe.

« Son palmarès parle pour lui, confirme le coach de Dijon Laurent Legname. Néanmoins, en France, les coachs étrangers signent souvent dans des équipes qui ont du budget. Naturellement, ils ont davantage tendance à réussir car ils ont une manne financière plus conséquente. Maintenant, j’aimerais bien voir ce que des coachs étrangers dans des équipes avec des budgets moindres pourraient faire… »

Et le technicien de la JDA Dijon de défendre le coaching à la française : « Il y a beaucoup de coachs français qui sont au moins aussi bons que des coachs étrangers, voire meilleurs. Prendre des coachs étrangers est un peu un effet de mode. Je ne dis surtout pas que les coachs étrangers ne sont pas bons loin de là mais en France on a ce qu’il faut. »

« Par contre, on est peutêtre moins performants dans la manière de se vendre. Quand un coach étranger fait de bonnes choses, on le met en avant. C’est souvent moins le cas pour un coach français. Il a souvent un déficit d’image. On s’exporte mal car on ne se vend pas bien ».

À LIRE AUSSI : le Paris basketball européen

Les coachs étrangers signent chez les gros budgets

Lors des décennies précédentes, de grands coachs étrangers ont pris en main des équipes françaises. Citons Aleksandr Gomelski (ex-Limoges en 1990/1991), Dusko Ivanovic vainqueur de la Coupe Korac, champion de France et vainqueur de la Coupe de France en 2000 avec Limoges. Bill Sweek a été couronné champion de France avec l’équipe féminine de Clermont en 1976/1977. Cet Américain drafté en 1969 par Phoenix a aussi coaché le Stade Français, Le Mans, Monaco et Limoges. Bogdan Tanjevic, champion de France 2002 avec l’ASVEL a marqué aussi les esprits avec un passé de sélectionneur (Yougoslavie, Italie, Turquie, Monténégro…). Basketteur américain, Bob Purkisher

a été naturalisé Français en 1975. Il a collectionné les titres de champion de France avec Le Mans (1982) et l’ASVEL (1972, 1975, 1977). Néanmoins, celui qui reste à jamais dans les cœurs français et en particulier Limougeauds, c’est Bozidar Maljkovic. Le 15 avril 1993, à Athènes, ce coach double champion de France (1993, 1994) emmène Limoges et le basket français au paradis.

La rigueur de Maljkovic

Le CSP devient le premier club français à décrocher un titre de champion d’Europe tous sports confondus ! « A Limoges, je n’avais pourtant pas ce potentiel offensif que j’avais eu à Split avec Kukoc. Alors j’ai bâti une équipe très défensive. Quand je parle à des collègues entraîneurs d’Euroligue ou d’EuroCup, ils se souviennent encore de la manière dont nous avions défendu avec Bilba & Co. Et en attaque il y avait Michael Young, un des meilleurs joueurs que j’ai eus dans toute ma carrière. Il était un incroyable scoreur et rebondeur. Il bonifiait le jeu de l’équipe ».

Laurent Legname est fan de Maljkovic ! « Pour avoir eu la chance de discuter avec Fred Forte de Maljkovic, il me parlait de l’exigence et la rigueur qu’il inculquait à ses équipes, c’était juste incroyable ! Il a été le coach étranger qui a eu le plus d’impact sur le championnat de France ».

Christian Devos, le président de Gravelines-Dunkerque, replonge dans l’histoire : « Au niveau organisationnel, il était capable de mettre en place des schémas tactiques incroyables. C’était bien au-dessus de ce qu’on pouvait faire nous. Nous étions plus focalisés sur notre basket que sur ce qui se faisait à l’extérieur. Maljkovic faisait évoluer nos joueurs français. Il apportait une rigueur extraordinaire qu’on n’avait peut-être pas. »

« Je ne parle pas spécifiquement des coachs, mais des joueurs français qui n’avaient peut-être pas la mentalité adéquate à cette époque de travailler dur. Petit à petit, l’ensemble du sport collectif français et en particulier le basket ont compris qu’il fallait impérativement, pour réussir, davantage travailler que les autres. Progressivement, avec l’apport de ces coachs étrangers, on a commencé à bouger beaucoup plus et à regarder ce qui se passait à l’étranger, notamment à l’Est ».

Dupraz, retour gagnant à Limoges ?

Si la Betclic Elite est un championnat hautement considéré de nos jours, c’est aussi grâce à la contribution d’éminents coachs étrangers qui se sont succédé. Ils ont apporté leur touche et leur vision des choses. Cela n’enlève rien à la qualité de nos coachs français.

Limoges a annoncé début janvier la nomination au poste d’entraîneur principal de Jean-Marc Dupraz après le départ (surprise) du Grec Ilias Kantzouris pour l’Hapoel Jerusalem. A une période où le CSP est en quête d’identité, alterne le bon et le moins bon, le retour de Dupraz n’est pas anodin. Le natif de Vénissieux retrouve le banc d’un club qu’il a entraîné entre 2013 et 2015 et même été sacré champion de France en 2014. Pendant sa carrière de joueur, il a remporté le titre de champion de France et d’Europe avec Limoges en 1993 :

« Lorsqu’il a fallu rechercher un nouveau coach, l’option de Jean-Marc nous a de suite séduits. C’est quelqu’un qui a un fort historique avec le club, en tant que joueur d’abord puis en tant qu’entraîneur. Dix ans après son dernier passage au sein du Limoges CSP, je suis convaincue que ses qualités de coach et en management vont apporter beaucoup à l’équipe » a expliqué la présidente Céline Forte sur le site du club.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du basket dans votre mag

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi