jeudi 25 avril 2024

Clarisse Agbegnenou : « Sans Paris 2024, j’aurais peut-être arrêté »

À lire

Devenue au fil des ans l’un des visages de la France qui gagne, Clarisse Agbegnenou a pris rendez-vous avec l’histoire lors des prochains Jeux de Paris. Pour sa dernière compétition internationale, la Française ne veut pas bouder son plaisir de réussir la plus belle des sorties devant son public.

Le 30 juillet prochain, toute la France va retenir son souffle et pousser pour voir Clarisse Agbegnenou tout faire pour décrocher une nouvelle médaille olympique. Si, à Tokyo, elle avait fait honneur à son statut de porte-drapeau en remportant sa première médaille d’or individuelle après l’argent de Rio de Janeiro en 2016, Clarisse Agbegnenou fera tout pour valider l’adage français jamais deux sans trois.

Pour ses 3èmes Olympiades, elle aura toute l’énergie du monde et un public acquis à sa cause pour faire plier une nouvelle fois la concurrence. D’autant plus que son dernier succès au Grand Slam de Paris, le 7ème de sa carrière un record avec Lucie Décosse ! lui a permis de repartir avec des certitudes et une confiance au maximum.

Elle s’en était expliquée après avoir récupéré sa médaille. « Je ne pouvais rêver mieux. J’ai beaucoup travaillé, beaucoup pleuré aussi, pour en arriver là. J’ai dit à ma fille que j’allais lui ramener la médaille et la mettre autour de son cou : chose promise, chose due. Tout fonctionne, on y va pour Paris 2024 ! »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du sport dans nos éditions

« 11 mois après mon accouchement, je peux dire que je suis revenue »

Quand Clarisse Agbegnenou a le sourire, c’est bon signe. Revenue encore plus forte depuis que sa fille est née, la native de Rennes a tout de même beaucoup travaillé pour retrouver son meilleur niveau. Sur les réseaux sociaux, elle n’a jamais cessé de partager son quotidien pour démontrer sa motivation pour continuer à être la meilleure de sa catégorie et ne pas simplement effectuer un retour sur les tatamis. Après son 6ème titre mondial remporté en 2023, elle n’avait pas manqué de l’affirmer :

« Je ne pouvais pas rêver mieux. Je savais que le chemin allait être très dur, mais je peux dire que bientôt 11 mois après mon accouchement je suis revenue. Il reste des choses à travailler pour les JO de Paris, mais je ramène mon 6ème titre. Je suis fière de ma fille, des gens qui m’entourent. C’est le titre le plus difficile. J’ai beaucoup travaillé et beaucoup pleuré pour en arriver là. C’est le plus beau. J’ai dit à ma fille que j’allais ramener la médaille et lui mettre autour du cou, c’est chose faite. Je ne suis pas ici pour prendre des revanches, mais je suis contente d’avoir mis les choses de côté dans ma tête. On avance pour Paris 2024. »

Si les Jeux Olympiques à domicile ont été une source de motivation évidente, l’arrivée de sa fille est devenue une force. Les deux conjugués devraient lui permettre de repousser encore ses limites. Une dernière fois.

Agbegnenou espère décrocher l’or à Paris

« Sans Paris 2024, j’aurais peut-être arrêté après Tokyo pour me consacrer à 100 % à ma vie de famille, a-t-elle avoué ces derniers mois. C’est un poids, forcément, car je sais que je suis très attendue, étant Française et championne olympique en titre. Il peut y avoir la peur de mal faire et de décevoir. Moi en premier et aussi ma fille, qui vivra cette aventure avec moi. J’ai envie de lui mettre cette médaille d’or autour du cou. »

Tout le monde veut croire à cet épilogue heureux pour fêter comme il se doit la championne qu’est Clarisse Agbegnenou. Le public a pris rendez-vous pour venir donner une force supplémentaire et un soutien sans faille à chaque tour. A chaque fois qu’elle est à domicile, Agbegnenou sait faire le plein pour devenir intraitable.

Et le dernier Grand Slam de Paris a été une répétition générale réussie avec des combats accrochés, mais une force mentale incroyable pour faire la décision comme face la Japonaise Hirokawa Megumi, au 3ème tour, après 12 minutes accrochées et un Golden Score pour se départager. La Néerlandaise Joanne van Lieshout avait aussi per mis à Clarisse Agbegnenou de repousser ses limites pour gagner sa place en finale. Face à la Croate Katarina Kristo, elle vivra encore un 3ème Golden Score pour repartir avec une nouvelle médaille d’or au Grand Slam de Paris.

« Je suis très contente, affirmait-elle avec un grand sourire après son podium. L’année commence bien, les choses sont mises au clair dans la tête de toutes. Je suis fière d’en être arrivée là. » Victorieuse également au Grand Chelem de Tachkent, Clarisse Agbegnenou continue sa préparation. Elle sera aussi du rendez-vous des championnats du monde en mai pour se lancer dans la dernière ligne droite jusqu’aux Jeux de Paris.

Le saviez-vous ?

Devenue maman le 15 juin 2022, Clarisse Agbegnenou a fait de la naissance de sa fille une force pour continuer sa carrière jusqu’aux Jeux Olympiques de 2024. Il n’est pas rare de voir la Française dessiner un A avec ses mains pour dédier ses victoires à Athéna. Une habitude qui devrait être encore le cas à Paris l’été prochain. Tout le monde l’espère !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi