samedi 26 novembre 2022

Damian Penaud (Clermont), le joueur qui sait tout faire

À lire

Damian Penaud a su s’imposer en Équipe de France où il a pris une nouvelle dimension et en club. Pendant parfait de Gabin Villière en sélection, le jeu et la personnalité du clermontois sont passés au crible par ceux qui le connaissent le mieux.

Thierry Maurin : « En second centre, il possède un timing de passe au-dessus des autres »

« Jeune, on voyait qu’il avait quelque chose en plus. On avait récupéré un gamin très tonique, avide de progresser. C’est un garçon qui était vivant, très agréable, il aimait mettre l’ambiance et avait du mal à rester en place. Il faisait les 400 coups. En minimes, il évoluait en 10 comme son père puis il était utilisé en 15. Je l’aime bien en second centre car il est bon techniquement, il possède un timing de passe au-dessus des autres. »

« Il a souvent le geste juste. Quand il franchit, il ne fait pas le geste de trop, il regarde toujours s’il peut faire vivre le ballon et il est très collectif. Si un coéquipier est mieux placé, il fera la passe plutôt que de forcer pour essayer de marquer. Il a su rester simple, il a les pieds sur terre. Alain, son père, a toujours su trouver les bons mots afin qu’il s’épanouisse dans son rugby. Il doit garder son envie, le plaisir de jouer, c’est ça le plus important. Il doit garder cette liberté sur le terrain qui le rend imprévisible. »

Educateur au Malemort Brive Rugby

Vincent Clerc : « Il est aussi bon au centre qu’à l’aile »

« Damian est un des leaders de jeu de l’équipe de France aujourd’hui. Il peut évoluer à deux postes, il a prouvé qu’il était aussi bon au centre qu’à l’aile. Il a connu une progression régulière, c’est un joueur qui échappe peu de ballons, qui choisira la passe si c’est la meilleure solution. Ça ne l’empêche pas de marquer de beaux essais, il a un bon sens de l’anticipation, il intercepte souvent les ballons. Physiquement, il est solide aussi, il est difficile à bouger pour les adversaires. Il a su s’imposer comme un élément majeur en club et en sélection tout en changeant de poste ce qui n’est pas toujours facile. »

Ancien ailier de l’équipe de France

Guy Noves : « il gagne beaucoup de duels car il est costaud »

« Damian est un garçon qui pense beaucoup aux autres,

c’est un bonheur d’avoir ce genre de personnalité dans un collectif. Il est doué et pétri de talent. On voit que c’est un garçon qui est passionné par son sport. Damian est le 3⁄4 qui peut couvrir deux postes celui d’ailier et de centre sans que cela n’altère le niveau de l’équipe car il est performant aux deux postes. C’est un joueur qui est complet dans tout ce qu’il fait, il est rapide et gagne beaucoup de duels car il est costaud aussi. Offensivement, c’est un danger permanent et défensivement il coupe souvent les lignes de passe en montant en pointe. Chaque ballon qu’il touche peut se transformer en danger pour l’adversaire. Face à Damian, l’adversaire est toujours sous pression car il peut surgir à tout moment. »

Son ancien sélectionneur

Camille Lopez : « Penaud va de plus en plus devenir un leader »

« Damian, j’ai eu la chance de le côtoyer au début de sa carrière. Il montait du centre de formation à l’ASM. Je me suis beaucoup attaché à lui. Il avait son caractère et sa manière de faire. Il avait un peu ce côté je-m’en-foutiste quand il est arrivé chez les pros. Je me suis un peu acharné sur lui pour ne surtout pas le lâcher. J’avais senti en lui un énorme potentiel. Les années ont passé. Il a gagné en maturité. Il est encore jeune. Maintenant, il n’y a qu’à regarder les images. Elles parlent d’elles-mêmes.»

Il suffit de le regarder jouer et de s’entraîner avec lui. C’est un immense joueur. Cela a été un plaisir de jouer avec lui. J’aurai le plaisir de le recroiser. Même si c’est plus facile d’avoir Damian Penaud dans son équipe (sourire). Il n’est pas un leader de vestiaire. Ce n’est pas quelqu’un qui prend beaucoup la parole. Il n’aime pas trop cela. Mais, par la force des choses, cela sera de plus en plus le cas naturellement. Un Morgan Parra est davantage un leader pour rassembler les mecs. Mais Damian le devient progressivement en étant une référence sur un terrain. Il montre l’exemple. On n’a rien à redire sur lui. Avec l’âge, son niveau, son expérience actuelle, il va de plus en plus devenir un leader. »

Son ancien coéquipier à Clermont

Alain Penaud : « J’aimerais qu’il se mette à buter »

« Il était toujours hyperactif, agité comme sa mère (rires). Il a débuté par le foot. Il a fait une première escapade au rugby à 11 ans avant de revenir au foot puis de revenir au rugby définitivement à 14 ans. Son crédo, c’est de jouer, de prendre du plaisir. Il peut marquer trois essais et être énervé car il n’a pas pris de plaisir. S’il ne prend pas du plaisir, ça ne va pas le faire. Il ne veut pas de conseils, quand il a envie d’échanger je suis là, mais on ne parle pas trop rugby dans les repas de famille ».

« Damian est quelqu’un de solaire, il apporte le bonheur autour de lui, quand il est dans une pièce on le remarque. C’est un affectif, il aime la vie de groupe, c’est un ambianceur du vestiaire. Il est naturel donc il n’aime pas trop parler aux médias car il a peur de dire des conneries (rires). Il est très exigeant vis-à-vis de lui, j’aimerais qu’un jour il se mette à buter, il peut être pas mal je pense. Il étudie tout, il ne supporte pas la méforme, les pépins physiques. Je n’en ai jamais parlé, mais je trouve qu’on lui fait de mauvais procès sur sa défense. C’est devenu un leitmotiv de lui mettre systématiquement des problèmes défensifs sur son dos. »

« Je reconnais qu’il n’est pas absolument agressif sur l’homme, mais il défend très bien collectivement. Il ne peut pas régler seul toutes les situations de surnombre. Il a la capacité d’évoluer à plusieurs postes lui qui a débuté aux postes d’ouvreur et de centre. Je l’aime bien à l’aile car il peut bouger dans la latéralité, apporter sa folie. A chaque poste, il apporte l’expérience qu’il a acquise au précédent poste. A l’aile, il peut énormément se déplacer, jouer à la main dans les premiers temps. Il peut mettre en avant ses qualités gestuelles, intervenir au milieu du terrain. Au centre, il touche beaucoup de ballons, il s’amuse, ses retours au centre lui font du bien. J’aimerais aussi un jour le voir à l’arrière, il peut évoluer à tous les postes derrière. »

Son père

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi