jeudi 23 mai 2024

Euro 2024 : 10 joueurs qui sont très attendus en Allemagne

À lire

Jeunes et moins jeunes, ces joueurs sont attendus en Allemagne, derrière le duo Mbappé-Bellingham. Des joueurs qui jouent gros avec leur nation.

Harry Kane – Angleterre

A partir des 8èmes, ses quatre buts n’avaient pas suffi en 2021 pour passer l’obstacle italien en finale et offrir à l’Angleterre le trophée qu’elle attend depuis 1966. En Allemagne, le capitaine des Three Lions sera un peu chez lui. Depuis le Bayern Munich, rejoint cette saison, l’ancien Spur a en effet confirmé qu’il était bien un buteur hors norme. Suffisant pour devenir un Lord ?

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

Kevin De Bruyne – Belgique

Génial avec les Citizens, qu’il ne cesse de transcender depuis son retour de blessure en début d’année, le gaucher belge a moins d’impact avec les Diables Rouges. Leader d’une sélection qui ne parvient toujours pas à franchir son plafond de verre une seule finale internationale lors de l’Euro 1980 -, il sait que son temps est compté. Vainqueur de la Ligue des Champions en 2023, le Ballon d’Or est également à ce prix…

Warren Zaire-Emery – France

En débarquant cette saison dans le groupe France avec l’assurance d’un vieux briscard, le Parisien s’est ouvert les portes de la gloire en même temps qu’il offrait à Didier Deschamps une solution supplémentaire à un milieu définitivement orphelin de Pogba et Kanté. Sa progression est tellement impressionnante, jusqu’en Ligue des Champions, qu’il ne serait pas étonnant de le voir damer le pion à Tchouaméni, Rabiot ou Camavinga.

Declan Rice – Angleterre

Incontournable box-to-box à Arsenal et avec la sélection anglaise, le milieu d’origine irlandaise (qui fut international irlandais jusqu’en Espoirs) est le joueur qui monte outre-Manche. Depuis l’Euro 2021, où il se révéla indispensable au schéma de jeu de Southgate, il a changé de dimension au point d’incarner, aussi, le renouveau des Gunners. Il sera très attendu cet été en Allemagne.

Rasmus Hojlund – Danemark

Après avoir découvert la Ligue des Champions cette saison, y avoir posé sa marque (5 buts en 6 matches de poule), l’Euro tend les bras au jeune Danois formé à Copenhague et passé par l’Atalanta Bergame. Pour sa première grande compétition internationale, le sort lui permet d’espérer franchir la phase de poules pour se mettre en position de raviver le souvenir encore présent au Danemark des vainqueurs de l’Euro 1992. Il y a 32 ans, personne n’attendait la victoire des coéquipiers de Laudrup et Schmeichel. Cet été, ils ne seront pas plus nombreux à miser sur la bande à Kasper Hjulmand…

Jérémy Doku – Belgique

Les 60 M€ de son transfert de Rennes à City avaient pu en étonner certains, mais pas Guardiola qui savait tout ce que pouvait lui apporter le petit Diable Rouge, entre autres une capacité hors norme d’éliminer, de prendre les espaces et d’être décisif. Déjà aperçu lors du dernier Euro, le Citizen a depuis pris confiance pour s’imposer dans une sélection où sa complémentarité avec De Bruyne, Lukaku, Trossard ou Bakayoko peut faire des ravages.

Bukayo Saka – Angleterre

A l’instar de Gunners souvent placés, pas encore gagnants, Saka est à la recherche d’une grande victoire pour asseoir sa position au sommet des meilleurs attaquants anglais de l’histoire. Son jeune âge (22 ans) lui laisse le temps d’espérer effacer le souvenir douloureux d’un Euro perdu à domicile face à l’Italie aux tirs au but il y a trois ans. Dans un Euro convoité par une demi-douzaine de sélections, l’Angleterre ne pourra rien sans un Bukayo au sommet de son art dans le carré magique qu’il peut former avec Bellingham, Foden et Kane.

Alvaro Morata – Espagne

Au sein d’une Roja juvénile, l’expérience internationale de son capitaine, passé par la Juve, le Real, Chelsea, aujourd’hui alter ego de Griezmann à l’Atlético, sera précieuse pour redorer la flamme du football espagnol. Dans une poule B relevée, avec la Croatie, l’Italie et l’Albanie, les joueurs de De La Fuente n’auront aucun droit à l’erreur. L’occasion est belle de prendre sa revanche sur la Squadra Azzura, bourreau de la Roja en 2016 et 2020.

Bruno Fernandes – Portugal

Plus à l’aise avec Manchester United qu’avec une Seleçao où il lui faut composer avec Bernardo Silva, Cristiano Ronaldo, Otavio ou João Felix, Bruno Fernandes n’a encore jamais abordé une phase finale au meilleur de sa forme. A 29 ans, le moment semble venu de concrétiser son talent, de le mettre au service d’un collectif que Roberto Martinez, son nouveau sélectionneur, s’est promis de transcender.

Florian Wirtz – Allemagne

Symbole de la nouvelle génération du foot allemand, leader technique d’un Bayer Leverkusen étonnant en tête de la Bundesliga, Wirtz aura une pression énorme sur ses épaules, chez lui, pour sa première grande compétition internationale. L’insouciance de son jeune âge (21 ans le 3 mai), son talent dans l’entre-jeu sont de nature à réveiller une Mannschaft tombée au 16ème rang du classement FIFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi