dimanche 25 septembre 2022

[Rugby] Toulon : « Le président Bernard Lemaître a accumulé les maladresses »

À lire

Malgré un sprint final impressionnant, Toulon ne s’est pas qualifié pour les phases finales. Fabrice Michelier, journaliste à Var Matin, nous parle de la situation toulonnaise et des perspectives d’avenir. Depuis 2018, le RCT ne s’est pas qualifié pour les phases finales. Le club du Var compte sur le dup Azéma-Mignoni pour retrouver du lustre.

Quel bilan faites-vous de cette nouvelle saison sans titre ?

La première partie de saison a été marquée par les blessures, le management de Patrice Collazo a été remis en cause. La saison s’annonçait chaotique. Quand Franck Azéma est arrivé, les résultats ont tardé. Le match à Biarritz a été le tournant de la saison, cette victoire à l’extérieur a relancé l’équipe qui a fini la saison en boulet de canon.

La stratégie de recrutement était de prendre des joueurs non concernés par la sélection, mais ça n’a pas forcément marché. Les grandes satisfactions du recrutement sont Wainiqolo, Villière, Luc. Kolbe est un cas particulier, il est arrivé blessé. Cela reste un gros joueur, il faudra juger la saison prochaine.

L’arrivée de Pierre Mignoni peut-elle changer les choses ?

Il y a beaucoup d’interrogations. Mignoni-Azéma, c’est un ticket inédit. Mignoni aura un rôle transversal de directeur du rugby. Il sera chargé de repenser la stratégie de l’école de rugby. Mais il sera intéressant de voir qui prend les décisions pour l’équipe première entre les deux hommes.

Azéma-Mignoni, deux numéro un pour Toulon

La stratégie de formation n’est pas à la hauteur ?

Les résultats des Espoirs ont été décevants. Oui le bassin de jeunes joueurs dans le secteur est important, mais ailleurs ça travaille bien aussi pour les attirer. A côté, Aix a une bonne stratégie de recrutement des jeunes, Hyères monte. Des jeunes émergent quand même en équipe professionnelle comme Matthias Halagahu en 2ème ligne, Mattéo Le Corvec et Jules Coulon en 3ème ligne, Bruce Devaux en pilier. Mais Pierre Mignoni vient aussi pour repenser l’école de rugby, apporter des améliorations afin que le club sorte plus de jeunes.

« Cornell du Preez a été la bonne surprise de la deuxième partie de saison »

Quel est votre regard sur le recrutement et l’équipe qui se prépare pour la saison prochaine ?

Les départs de Carbonel, Belleau et Etzebeth n’ont pas été compensés. Waisea est une belle recrue qu’il manquait au centre, mais il manque un remplaçant à West en 10 et pour Etzebeth il est impossible de trouver un joueur du même niveau. C’est une grosse perte. Il y a quand même des bonnes nouvelles avec la prolongation de Facundo Isa qui est énorme, l’émergence de Cornell du Preez qui a été la bonne surprise de la deuxième partie de saison.

Le départ de Carbonel a créé une cassure entre la direction et les supporteurs…

Oui. Le président a accumulé les maladresses. Il n’arrive pas à trouver le bon ton. La gestion du cas Carbonel en est le plus bel exemple car il concerne un minot du club, son père a joué ici. S’il y en a un qu’il ne fallait pas laisser partir, c’était lui. D’année en année, on constate une baisse des abonnements. Mais la direction fait un travail sur le long terme que l’on ne voit pas immédiatement, mais qui devrait porter ses fruits.

Dans quel domaine ?

Elle mène un projet global pour structurer le club, améliorer les infrastructures, le centre d’entraînement est, aujourd’hui, dans les deux-trois meilleurs en France.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi