mercredi 22 mai 2024

Giovan Oniangue (Pau) : « La vérité, c’est sur le terrain »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Capitaine d’une équipe de Pau vainqueur de la Coupe de France et demi-finaliste du championnat, mais qui a failli disparaître à l’intersaison, Giovan Oniangue (31 ans) ne veut pas entendre parler d’ambitions revues à la baisse. Entretien réalisé avec France Basket.

Comment avez-vous vécu l’intersaison agitée du club ?

Stressante. C’était dur pour les salariés, pour ceux qui s’investissent dans ce club. Pour ma part, j’étais encore sous contrat avec le club. J’ai essayé de profiter de mes vacances, mais c’était stressant de ne pas savoir si on allait pouvoir rester dans le club car j’avais envie de rester.

Avez-vous pensé à partir ?

Evidemment. Il faut toujours avoir un plan B, un plan C, un plan D. Mais ma priorité était d’abord de voir si je pouvais rester, si le club allait rester en 1ère Division.

Les primes de la saison dernière ont-elles été versées ?

Tout le monde n’a pas été payé. Ce qui n’a pas été réglé, ce sont les primes. Il paraît qu’il y a une loi qui fait qu’on peut être payé dans les cinq mois (sic). Mais surtout ce qui n’a pas été payé, ce sont les fameux tokens ! (rires) On les attend toujours et on ne les verra jamais. On a fait une croix dessus. Ils n’existent pas.

Avez-vous senti les problèmes arriver avec les repreneurs américains ?

On sentait qu’il y avait quelques problèmes en interne mais, en tant que joueurs, on essayait d’en faire abstraction en se focalisant sur la saison. C’est ce qu’on a réussi en faisant une belle saison en championnat et en Coupe de France. Il s’est passé ce qui s’est passé et le plus important était de repartir sur de bonnes fondations et de bonnes bases.

En voulez-vous aux Américains ?

Bien sûr que non. Ils ont essayé avec une vision différente. Ils avaient de bonnes valeurs et voulaient apporter de bonnes choses, ils avaient un beau projet, c’était excitant, mais ça n’a pas matché avec la manière dont les clubs fonctionnent en France. C’est le business !

Que répondez-vous aux clubs qui se plaignent que Pau a entre guillemets acheté (à crédit) sa place en play-offs et sa victoire en Coupe de France ?

Je peux comprendre leur frustration. Moi, ce que je réponds à certains comme le manager général de Gravelines (Hervé Beddeleem, Ndlr), c’est qu’au final c’est sur le terrain qu’on voit la vérité et si son équipe était meilleure que la nôtre cela se serait vu. Nous, les joueurs, on a fait notre job en se focalisant sur le terrain. On n’est pas responsables du reste.

« Prouver que le club mérite sa place en betclic elite »

Avez-vous eu votre mot à dire sur le recrutement ?

Oui. J’ai une bonne relation avec Jimmy (Vérove) et Eric (Bartecheky). On en a beaucoup parlé notamment du re-retour d’Ada (Landing Sané). Il y a même des joueurs qui devaient venir avec qui je n’ai pas hésité à parler notamment Darius Odom car c’est un joueur incroyable. Après, c’est aussi une question

de finances. J’aspirais vraiment à des joueurs qui aient faim et envie. Garrett Sim en est le parfait exemple. Il a connu une saison difficile et une descente avec Chalon (en 2020/2021, Ndlr). Il s’est refait une santé en Turquie et il est revenu revanchard. On le sent dans la manière dont il joue, il veut vraiment montrer qu’il est là et présent.

Le budget a sensiblement baissé (on parle de 4,5 M€ contre 7,8 M€). Estce à dire que les ambitions sont également revues à la baisse ?

Pas forcément. Je pars du principe que, les ambitions, c’est nous qui nous les mettons et c’est nous qui provoquons notre futur. Il y a de super équipes, mais on est aussi une super équipe et, de la même manière que personne ne pensait la saison passée qu’on allait gagner la Coupe de France, qu’on allait aller en demi-finale des play-offs jouant de belles rencontres contre Monaco, j’espère que personne ne va croire en nous cette saison (sourire).

Il faudra faire sans Brandon Jefferson meilleur marqueur du championnat parti en Chine…

C’est une grosse perte. En plus, il avait signé deux ans. Mais aujourd’hui on a Mike Stockton ! Ce n’est pas le même profil, il marquera peut-être moins de points, mais il fera plus de passes (rires).

Giovan Oniangue déçu pour Jefferson

Ce qui s’est passé à l’intersaison n’estce pas aussi une force supplémentaire pour le groupe ?

Quand on passe par ce genre de moments, on a juste envie d’être ensemble et soudés. Je suis content de repartir au combat avec Vitalis (Chikoko) qui est revenu en forme comme jamais. Landing Sané est aussi très en forme. Les nouveaux aussi. On est tous revenus prêts !

Même si on a commencé notre pré-saison avec un peu de retard, l’alchimie s’est tout de suite créée avec des joueurs comme Michael Stockton qui veulent donner aux autres et faire briller leurs coéquipiers. Ce sera une équipe différente de la saison dernière, avec une manière de jouer différente, mais qui va proposer du beau jeu. En tant que joueurs, on n’a pas de raisons d’être revanchards, mais on veut prouver que le club mérite sa place en Betclic Elite.

Que vous disent les supporteurs ?

Déjà, ils sont contents de revoir le club en 1ère Division. C’est quand même un club mythique, avec une passion qui s’en dégage. Ils espèrent qu’on fera une belle saison avec un groupe de bons mecs.

Ça fait quoi d’être capitaine de ce club historique
qui a failli descendre ?

C’est une grosse responsabilité. Le capitaine est d’abord un leader qui doit montrer l’exemple, en termes de caractère, de leadership, mais aussi de travail. Je suis un leader qui parle, qui encourage, qui va enlever les frustrations des uns et des autres, qui va gérer les caractères de chacun. Je l’ai fait pendant deux ans à Orléans. J’aime bien.

Le directeur général du club est désormais une directrice générale ; Audrey Sauret. Comment ça se passe ?

Elle a de l’expérience, elle connaît le basket, elle a un vécu incroyable notamment en équipe de France. Elle est aussi passée par des clubs comme Nantes, en reconstruction. Elle va ramener toute son expérience. Je pense que ça peut être une plus-value.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi