jeudi 25 avril 2024

Isabelle Ithurburu : « Mon coup de coeur pour la Section paloise »

À lire

La plus célèbre des supportrices paloises, Isabelle Ithurburu présentatrice de 50’Inside sur TF1, nous parle de son amour pour la Section. Entretien pour Rugby Magazine et Le Quotidien Du Sport.

A Pau, il y a deux institutions, le rugby et le basket. Pourquoi supportez-vous plus le rugby ?

Mon père est passionné, il m’a emmenée très jeune au Hameau. On avait une belle génération sur le terrain avec les Traille, Cabannes… J’allais voir aussi l’Elan Béarnais. D’ailleurs, au départ, j’allais plus au basket. En plus, c’est un sport d’intérieur, on n’a pas froid, on n’est pas gêné par la pluie. J’étais aussi amie et à la fac avec Diaw et Pietrus. J’aimais bien l’ambiance de la salle, mais j’ai eu un véritable coup de cœur pour le rugby car la Section me procurait plus d’émotions. Le jeu, l’esthétisme me plaisaient. Je peux aller voir des matches de basket, mais quand l’équipe est en difficulté je n’y vais pas alors qu’une Section même en difficulté je reste une supportrice acharnée.

Quel est le match qui vous a le plus marqué ?

Je garde un gros traumatisme de la descente en 2005/2006. On était à la lutte avec Bayonne et Montpellier. L’avant-dernier match, j’ai craqué. Au dernier moment, j’ai pris ma petite Smart et je suis allée les soutenir à Montpellier. J’ai suivi la dernière journée à la radio, il y avait un chassé-croisé, c’était horrible. C’est le match de la dernière chance contre Castres (25-27). En fin de match, il ne nous manquait qu’un essai pour nous maintenir, Lionel Beauxis se plante et tente un drop alors qu’il y avait un surnombre au large. Finalement, c’est Bayonne qui se maintient avec trois points d’avance.

Quels sont les joueurs qui vous ont procuré le plus d’émotions ?

N’ayant pas vu jouer Robert Paparemborde véritable légende du club, je dirais Damien Traille qui, en plus, représentait notre région. Aujourd’hui, j’aime beaucoup Beka (Gorgadze), notre capitaine. Il change le jeu de l’équipe. Quand il n’est pas là, ça se voit. Dans son attitude, dans ce qu’il amène j’adore. Conrad Smith nous a aussi beaucoup apporté en dehors et sur le terrain, c’était un Monsieur.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans vos mags

« On luttait pour se maintenir, j’ai pris ma petite Smart et je suis allée les soutenir à Montpellier »

Lorsque vous êtes devenue journaliste, était-ce difficile pour vous de commenter Pau ?

J’en ai fait un seul, il pleuvait, à l’époque ils n’étaient pas souvent diffusés en prime time. Ce sont les grosses affiches. S’ils continuent à performer, ils vont être en prime time. Il y a deux ans lors du multi rugby, ils se sont sauvés à la dernière journée, j’ai versé ma petite larme. Deux minutes avant, on descendait et cette fois-ci les dernières minutes nous ont été favorables.

Vous êtes donc une fervente supportrice d’Emilien Gailleton en Bleus ?

Bien sûr. Chaque chose en son temps, mais quand ça va moins bien il faut lancer des jeunes, allons y pour Emilien (rires).

Cette saison est-elle la bonne pour une qualification pour les phases finales ?

Je l’espère. Je leur souhaite d’être dans les 6. J’aime beaucoup le jeu proposé, l’équipe façonnée par Sébastien Piqueronnies. On se bat, on fait des matches incroyables. On est très difficile à jouer à domicile, il faudrait que l’on fasse quelques coups à l’extérieur.

Dans un rugby où les clubs des grandes métropoles prennent le pouvoir, la Section Paloise peut-elle tirer son épingle du jeu ?

Pau n’a pas trop d’excuses de ce côté-là, le club a le soutien indéfectible d’un grand groupe, Total, depuis des années. On a un manque d’expérience, le groupe commence à acquérir la culture de la gagne. Les jeunes joueurs ne trainent pas comme un boulet les saisons de galère puisqu’ils ne les ont pas connues. Une petite qualification pour valider cette bonne saison et le renouveau du club, ce serait top !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi