mardi 18 juin 2024

Jeux Olympiques : il y a 20 ans, Émilie Le Pennec entrait dans l’histoire

À lire

A 16 ans, le 23 août 2004, en réalisant un passage parfait aux barres asymétriques, Emilie Le Pennec endossait pour l’éternité la casquette de première gymnaste française championne olympique de l’histoire. Vingt ans après, elle est toujours la seule.

En gymnastique, avant elle, il n’y avait eu qu’Albert Seguin, champion olympique de saut de cheval en… 1924. Après elle, il faut savoir se contenter de la 6ème place de Mélanie de Jésus dos Santos à Tokyo également sur le même appareil. Emilie Le Pennec a donc été le phare de ce siècle olympique pour la gymnastique française.

Elle n’a que 16 ans lorsqu’elle aborde les Jeux d’Athènes, avec ambition, mais la crainte que son mollet, blessé, ne tienne la distance et ne lui permette pas, notamment, de placer son Def, la figure qui porte le nom de son inventeur, le gymnaste français Jacques Def, depuis 1981.

Lâcher de barre supérieure en salto arrière tendu avec une vrille et demie… il fallait que ça passe pour espérer priver d’or la grande favorite, la Russe Sveltana Khorina, l’incontestable double championne olympique et quintuple championne du monde, qu’elle avait déjà battue une fois en Coupe du monde et qui n’avait pas hésité à la bousculer un peu devant le bac à magnésie juste avant les finales par appareil.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité des JO dans votre mag

Émilie Le Pennec dispute ses premiers JO à 16 ans

Non seulement Emilie va réussir à passer sa fameuse figure, mais elle va en plus profiter de la chute de Khorina passée après elle. L’improbable venait de se produire, restait à croiser les doigts pour que l’Américaine Terin Humphrey ne sorte pas la combinaison de sa vie. Avec une note de 9,662, elle restait derrière les 9,687/10 de la Française, mais devant sa compatriote US Courtney Kupets. L’or était dans la poche.

« Un moment hors du temps, témoignerait-elle quelques années après, certainement le plus beau jour de ma vie en termes d’émotions. Je ne mesurais pas la portée de l’événement. Je savais tout ce que j’avais fait pour me retrouver là, ce que cela représentait de travail et de sacrifices. »

Tout ça pour trente secondes. Trente secondes d’éternité qui ont changé la vie d’Emilie et qui se sont jouées bien avant ce 23 août, quand elle se blesse à un mollet et qu’elle est obligée de consacrer son entraînement au haut de son corps. Tant pis pour le concours général, tant mieux pour les barres asymétriques, sa spécialité.

Trente secondes d’éternité

« J’étais devenue un robot aux barres ! » lâchait-elle à nos confrères de Ouest France pour expliquer son exploit. « J’étais une grande stressée, mon coach me disait que j’étais la championne de l’entraînement où je passais tous les enchaînements. Cette blessure a peut-être été un déclic pour me rendre plus forte sur les barres, plus solide. »

Jusqu’à Athènes, c’est au sol que la protégée d’Yves Kieffer avait obtenu ses meilleurs résultats, 5ème des championnats du monde 2003 à Anaheim. Sans cette blessure, elle aurait peut-être continué à être une très bonne gymnaste généraliste, mais sans avoir la possibilité de sortir du lot dans un agrès plus que dans un autre.

C’est sur ce socle-là, sa capacité à s’adapter à toutes les situations et à transformer le handicap physique de la blessure en motivation mentale supplémentaire qu’elle a forgé son destin. D’abord 6ème du concours par équipes, puis 14ème du concours général, les barres étaient sa dernière chance. Elle a su la saisir avec talent.

Un an après, elle était championne d’Europe, trois ans après, à défaut d’avoir pu se qualifier pour les JO de Pékin, à 20 ans, elle raccrochait pour reprendre sa vie d’étudiante kiné, la profession qu’elle exerce depuis. Elle n’avait pas seulement été une championne d’entraînement…

150

En 2004, à 16 ans, Emilie Le Pennec ne mesurait qu’1m50, soit 15 cm de moins que la Reine russe, Sveltana Khorina. Vingt ans plus tard, la Française de 36 ans a grandi de… 10 cm.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi