lundi 15 juillet 2024

Le rugby prêt à prendre des mesures pour ne pas devenir comme le foot

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Considéré depuis tout temps comme un sport aux valeurs fortes et familiales, certaines attitudes récemment ont jeté le trouble. Faut-il s’en inquiéter ?

Les puristes ont souvent défini que le rugby était un sport viril, mais correct. Plus le temps passe et les plus inquiets y voient certaines dérives similaires à ce qui se déroule au football. Comme le racisme. Dans le milieu de l’ovalie, un cas a fait jurisprudence récemment.

Ludovic Radosavljevic a été licencié par son club de Provence Rugby le 2 novembre. L’ancien demi de mêlée de Clermont et de Castres s’en était pris verbalement à Chris Ambadiang au cours d’une fin de match houleuse contre Nevers (26-23) lors de la 2ème journée de Pro D2, le 3 septembre. Sans nommer le fautif la victime avait ensuite affirmé sur les réseaux sociaux avoir été traité de « mangeur de bananes ».

Radosavljevic s’était ensuite lui-même dénoncé dans un message publié sur son compte Instagram en qualifiant ses propos d’inacceptables : « Cela ne fait pas partie de mes valeurs ni de celles que je transmets à mes enfants. Je reste un humain qui fait des erreurs et j’apprends de celles-ci ».

Si le joueur de 32 ans a fait amende honorable, les sanctions sont tombées. L’auteur des propos racistes déjà suspendu par la LNR jusqu’au 25 avril 2022 ne pourra même pas rebondir à XIII au SO Avignon, club d’Elite 1, club avec lequel il s’était engagé pourtant fin novembre. La FFR à XIII a donc suivi les recommandations de son comité d’éthique et de déontologie. Le joueur s’est donc vu retirer sa licence.

Plisson, le témoin d’une dérive du rugby

Il est suspendu à titre conservateur. Jules Plisson, lui, a vécu un calvaire dans des conditions différentes. L’ancien ouvreur du Stade Français avait été littéralement moqué et même chambré par le public de Brive le 16 octobre après trois coups de pied manqués. Une après-midi très compliquée vécue par l’international français (18 sélections). Jonathan Danty était venu prendre sa défense au coup de sifflet final :

« C’est dommage que cela ce soit passé comme cela pour lui. Moi la pression me motive, mais Jules traverse une période délicate. J’ai confiance en lui ». Le président briviste Simon Gilham y était même allé aussi de son mot réconfortant sur les réseaux sociaux :

« Mes amitiés à Jules Plisson. Un bon joueur et un bel homme. A titre personnel, j’ai du mal avec le chambrage d’une partie de notre public. Soutenons les nôtres, respectons les autres ».

Le rugby ne veut pas devenir comme le foot

Après cet épisode malheureux, Denis Charvet s’était indigné en martelant qu’il « n’avait pas envie que le rugby devienne comme le foot ». Le « transfert » de Gaël Fickou du Stade Français pour le rival du Racing 92 (dès le mois d’avril dernier) comme joker médical avait aussi été très mal ressenti par pas mal d’acteurs du rugby.

Ce transfert avancé avait été permis grâce à un Mercato ouvert par la LNR sur la période du 9 au 30 avril.

« Ce sont un peu les valeurs qui foutent le camp, mais c’est le rugby professionnel actuel. Cela marche ainsi. Les clubs sont des entreprises. Les joueurs ont des valeurs marchandes. On est un peu vendus. Il ne faut pas que cela aille trop loin non plus même si je pense que c’est déjà le cas » avait commenté le Castrais Pierre Aguillon.

« Le racisme ? Ce n’est pas le rugby qui l’a inventé. Quant à l’argent, c’est partout »

Faut-il s’inquiéter de tous ces faits ? Vincent Moscato se veut fataliste… « Sincèrement, je ne suis pas plus inquiet que cela. Le rugby est un sport professionnel. Il n’est pas en dehors de la vie. Naturellement, les bonnes et les mauvaises choses sur terre tu les retrouves dans ce sport aussi. La vie n’est pas faîte que de mariages. Elle est aussi constituée d’enterrements. Il y a donc de belles et de moins belles choses.

En aucun cas le rugby est un îlot protégé de tous les maléfices existant sur terre. On a nos défauts et nos qualités. Le racisme ? Ce n’est pas le rugby qui l’a inventé. Quant à l’argent, c’est partout… ».

Robins Tchale-Watchou, l’ancien 2ème ligne, président de Provale et à la tête du syndicat des joueurs depuis 2014 enchaîne :

« L’argent notamment dans le rugby fait partie de l’évolution des choses avec l’ère du professionnalisme. Certaines dérives que l’on constate dans le rugby sont à l’image de celles qu’on dénote dans la société. Moi-même j’ai été victime de racisme quand je jouais et il m’arrivait de tomber sur des gens qui sont c…

Je n’y faisais pas plus attention que cela car je faisais la part des choses. Je ne sais pas s’il y a vraiment des parades à trouver face à tous ces problèmes. Il faut surtout se focaliser à nouveau sur l’essentiel et vraiment se recentrer sur l’humain.

Préserver les valeurs du sport, l’autre enjeu

On doit faire comprendre à chacune des parties concernées, au regard des enjeux, que nous avons tous des droits ainsi que des obligations. Je conçois qu’on puisse avoir une approche des choses liée à la performance car on est payé pour.

Mais d’un autre côté il faut voir aussi l’autre aspect des choses visant la bonne participation de chacun. C’est évidemment un équilibre fragile à trouver. Au lieu de faire les offusqués, il faut plutôt essayer de comprendre comment on peut gérer les choses de manière différente. Il est impératif de préserver les valeurs de ce sport. Il faut qu’on y parvienne. Sinon cela risque d’être compliqué. Je reste optimiste ».

Le rugby un sport qui évolue vite

Passé professionnel en 1995, le rugby demeure un sport en perpétuelle mutation. Beaucoup plus médiatique, il génère naturellement bien plus de revenus. Les salaires ne sont certes pas comparables à ceux du football, mais ils ne sont plus les mêmes non plus par rapport à 20 ans en arrière. Si, dans le rugby, le but ultime est de franchir la ligne adverse, il est fondamental à l’avenir que certaines bornes ne soient pas dépassées. Sa pérennité en dépend.

Ne manquez-pas, Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi