lundi 4 mars 2024

L’exemple de son frère, le talent de Michalak, la rage de Nadal… Les modèles d’Antoine Dupont

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

S’il renvoie une très belle image auprès des jeunes, l’international français a eu aussi certains modèles pendant son enfance.

Antoine Dupont fait rêver les plus jeunes. A la question que lui a posé Mouloud Achour dans l’émission Clique X : « Réalisez-vous qu’il y a des jeunes qui veulent être vous ? », le champion a répondu avec naturel en souriant :

« C’est ce qui est compliqué à se dire… Quand tu vois des petits avec le maillot de ton club et ton nom derrière, je faisais exactement pareil quand j’avais 8 ans et que je demandais à Noël le maillot de l’équipe de France avec le nom dans le dos c’est là que tu te dis que tu peux avoir un rôle à jouer. Et que ce que tu fais peut avoir une influence sur les plus jeunes. Il faut donc prendre garde à son image et ce qu’on peut dégager comme valeurs bien au-delà de sa propre image ».

À LIRE AUSSI : toute l’actu des stars du rugby français

Des référents, des modèles, Antoine Dupont en a et en a eus aussi. A commencer par ceux familiaux dans un environnement vacciné au rugby entre grands-pères, oncles, père, cousins. Dès le plus jeune âge, une personne a notamment beaucoup compté dans la vie (et le parcours) du natif des Hautes-Pyrénées. Il s’agit de son frère aîné :

« Mon premier modèle et adversaire a été mon frère (Clément, Ndlr), a expliqué Antoine Dupont toujours dans l’émission de la chaîne cryptée. On a passé des heures et des heures à jouer dans le jardin en un contre un. Quand il ne faisait pas beau, on jouait dans la chambre de mes parents. »

La rage de Nadal

« On y a cassé quelques objets. Il y a eu quelques saignements aussi (sourire). Comme j’étais le plus petit et le plus teigneux, j’avais du mal à me calmer et me canaliser. Tant que je ne gagnais pas ou tant que ne me faisais pas mal, je ne m’arrêtais pas. » Excepté le cadre strictement familial, Antoine Dupont aime aussi mettre en avant d’autres références :

« Dans mon sport, j’ai toujours eu des idoles. J’aimais beaucoup quelqu’un comme Frédéric Michalak quand j’étais petit ». Et le demi de mêlée international français de citer par ailleurs une autre icône de la petite balle jaune cette fois :

« Mais j’avais aussi d’autres idoles dans d’autres sports que le rugby. Un Rafael Nadal a toujours été un exemple à suivre. Quand on voit la mentalité qu’il a ! C’est quand même assez époustouflant et encore à l’âge qu’il a aujourd’hui d’en être là. C’est d’autant plus remarquable quand on regarde son parcours et la manière dont il s’est entraîné depuis qu’il est tout jeune. En termes de rage déployée il en incarne le plus bel exemple ».

Nadal, le tennisman, et Dupont, le rugbyman, ont aussi cela en commun qu’ils sont à la fois de magnifiques emblèmes de leur sport, mais qu’ils détestent autant l’un que l’autre la défaite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi