samedi 24 septembre 2022

Miguel Fernandez : « Le titre de meilleur joueur du monde peut faire passer un cap à Antoine Dupont »

À lire

Agent de sportifs depuis plus de 20 ans et notamment de Sébastien Chabal et d’Antoine Dupont, Miguel Fernandez a assisté au plus près à la naissance de phénomène Chabal.

Antoine Dupont a-t-il le même potentiel marketing qu’un Sébastien Chabal ou un Frédéric Michalak ?

C’est difficile à dire, c’est nouveau pour Antoine. Pour Sébastien Chabal, c’est arrivé d’un coup après son plaquage en Nouvelle-Zélande. Le lendemain, la vidéo tournait partout sur le net, elle atteignait 700 000 vues. Pour Antoine, c’est plus progressif, on parle de lui depuis un petit moment, le titre de meilleur joueur du monde peut lui faire passer un cap.

Après, il ne faut pas s’emballer non plus. Quand on sort du cercle des connaisseurs du rugby, peu le connaissent vraiment. Si on compare avec Mbappé, considéré aussi comme le meilleur au monde, la notoriété n’est pas du tout la même.

« Si on compare avec Mbappé, la notoriété n’est pas du tout la même »

Fabien Galthié et Thierry Dusautoir ont aussi été élus meilleurs joueurs du monde sans atteindre la notoriété de Chabal ou Michalak. Comment expliquez-vous que le rugby ait peu de têtes d’affiche ?

La philosophie du rugby est de privilégier l’esprit d’équipe aux individualités. C’est surtout vrai en France. Dans des pays comme la NouvelleZélande et l’Angleterre, les joueurs sont beaucoup plus mis en avant. En France, on a du mal à le faire. Ça devrait se développer. La nouvelle génération est plus encline à communiquer, la multiplication des réseaux

sociaux les poussent aussi à communiquer plus facilement. L’intérêt des marques est assez cyclique, leur calendrier est guidé par les évènements sportifs. Avec l’attractivité des Bleus et la perspective du Mondial 2023, les collaborations devraient augmenter.

Miguel Fernandez défend le choix de Dupont

Quels sont les atouts d’Antoine Dupont pour intéresser les marques sur le long terme ?

Il est suffisamment intelligent pour ne pas se disperser. Le danger, c’est de partir un peu dans tous les sens et de signer avec des marques qui ne nous ressemblent pas. Une agence (Bros Agency, Ndlr) travaille à ses côtés, il fera les bons choix, je ne m’inquiète pas pour lui.

Il intéresse de plus en plus la presse non sportive, sa couverture dans GQ a fait beaucoup parler, c’est le but des marques. Cette couverture, il fallait la prendre au second degré. Pour l’instant, il est dans le vrai.

Y’a-t-il d’autres joueurs qui pourraient intéresser les publicitaires ?

Romain Ntamack, Damian Penaud, des joueurs comme Charles Ollivon ou Cameron Woki ont un potentiel intéressant, après il faut qu’eux aussi soient demandeurs.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi