lundi 24 juin 2024

Nevers (Pro D2) : jamais 2 sans 3 ?

À lire

ns Pour la deuxième année consécutive, les Jaunets de Nevers ont terminé 4èmes du championnat. Malgré les regrets d’un match de barrage perdu à domicile contre Vannes, la saison s’annonce prometteuse, avec en ligne de mire, une nouvelle qualification pour les phases finales.

Après une nouvelle saison prometteuse conclue par une 4ème place, Nevers a montré qu’on pouvait compter sur lui pour jouer la montée. Une saison encourageante, marquée par la refonte totale de l’effectif, qui motive l’entraîneur Xavier Péméja pour la saison à venir :

À LIRE AUSSI : TOUTE L’ACTU RUGBY DANS VOTRE MAG SPÉCIAL

« L’objectif à la fin de la saison, c’est de se qualifier », expliquet-il. Mais l’entraîneur, présent au club depuis 2016, est conscient de la tâche difficile qui l’attend. « La Pro D2 est un championnat de plus en plus difficile car les équipes progressent énormément. Il est de plus en plus serré chaque année, car à une époque, il n’y avait que quelques équipes qui jouaient la qualification, et beaucoup qui jouaient le maintien. Désormais, beaucoup de clubs sont en mesure de se qualifier pour les phases finales, dans lesquelles, on espère faire partie ».

Avec seulement 3 arrivées pour 8 départs, le club a été l’un des moins actifs sur le marché des transferts. « Notre Mercato dépend du budget du club, et aujourd’hui, il est à la baisse », explique Xavier Péméja.

« Les jeunes formés à Nevers peuvent se retrouver en première »

Auteurs d’un très gros Mercato l’an dernier, les Jaunets souhaitent poursuivre dans la continuité, de quoi gagner du temps sur la préparation. « On part sur les mêmes bases que l’année dernière, on fait confiance aux joueurs. On les connaît déjà en tant que joueurs, mais aussi en tant qu’hommes, donc c’est une bonne chose. Le staff n’a pas changé non plus, tout comme les infrastructures, donc j’espère qu’on va pouvoir voir le résultat », se réjouit le tacticien.

Il veut d’ailleurs profiter du peu d’arrivées pour intégrer les jeunes issus du centre de formation à son effectif. « On a déjà commencé à le faire, mais ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut les intégrer doucement parce que ce n’est pas une équipe espoir qui nous qualifiera en Pro D2. L’objectif, c’est d’arriver à ce qu’il y ait des espoirs qui deviennent des patrons, et pas mal de jeunes commencent à montrer le bout de leur nez. On a déjà prouvé que les jeunes formés à Nevers pouvaient se retrouver en première ».

Cet été, il a d’ailleurs retrouvé son groupe en parfaite condition physique. « Je suis très content car mes joueurs n’ont pas rien fait pendant leur quatre semaines de congés. Ils ont fait les exercices que je leur avais demandés. J’ai la chance d’avoir un groupe travailleur et à qui on peut demander beaucoup. Ils répondent présent et ça ne peut être que bénéfique pour cette saison ». De quoi préparer au mieux la saison qui arrive, et la qualification pour les phases finales.

Une chance pour les jeunes ?

Avec huit départs pour trois arrivées, l’USON a considérablement réduit son effectif. Une situation qui ouvre la porte à des espoirs comme Perry Mayo ou Dylan Jaminet. Ces deux joueurs se sont régulièrement entraînés avec le groupe professionnel, et espèrent plus que jamais avoir leur place dans le quinze cette saison.

Le marché des transferts de Nevers

Arrivées : Bouyssou (Aurillac), Dioné (Bayonne), Maïau (Racing 92)

Départs : Falatea (Arcachon), Hamel (Brive), Adendorff (libre), Cottin (Montauban), Michet (Clermont), Vaitulukina (Chambéry), Charlat (Nice), Dumas (Arcachon)

La recrue : Jonathan Maïau

Le talonneur de 21 ans arrive dans la Nièvre après une longue expérience parisienne. Originaire de Noisy-le-Grand, c’est un pur produit de la formation du Racing 92, où il a passé plus de 7 ans (2016-2023). Il découvre notamment le Top 14 avec les Ciel et Blanc, lors d’un match contre Pau en 2020 (27-22). Le 5 mars dernier, il est même entré en jeu face à Toulouse, au relais d’un ancien Neversois, Janick Tarrit.

Il arrive dans la Nièvre avec l’esprit de s’imposer. Il retrouvera d’ailleurs des anciens joueurs du Racing 92, comme Aselo Ikahehegi ou Léonard Paris, de quoi ne pas être dépaysé.

La fiche technique de Nevers

  • Président : Régis Dumange
  • Budget : 11 millions d’euros
  • Saison dernière : 4ème, battu en barrage par Vannes (20-17)
  • Stade : Stade du Pré Fleuri, 2 Rue Georges Malville, 58 000 Sermoise-sur-Loire
  • Capacité : 7500 places
  • Accès : en voiture : VIA A6, VIA N3
  • En navette : Arrêt Stade du Pré Fleuri (entrée C)
  • Palmarès : Champion de Fédérale 1 (2017), champion de Nationale 2 (2015)

Grégoire Le Ray

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi