samedi 13 avril 2024

Nicholas Latifi chez Williams pour se venger de Mercedes

À lire

Après un dernier GP et une intersaison mouvementée, Nicholas Latifi se concentre sur 2022. Le pilote canadien veut confirmer les progrès entrevus la saison dernière, avec en point de mire le Grand Prix chez lui, au Canada.

Personne n’aurait imaginé un tel scénario, mais Nicholas Latifi a été, malgré lui, un acteur important de la course au titre l’an dernier. Le pilote canadien a été à l’origine de l’intervention de la voiture de sécurité intervenue à la fin du GP d’Abou Dhabi qui a permis à Max Verstappen d’être champion du monde.

Vilipendé sur les réseaux sociaux par les supporteurs de Mercedes et d’Hamilton, victime de menaces de mort et obligé de prendre des gardes du corps pour lui et sa petite amie, il a vécu une intersaison bien particulière. Avec toute cette agitation, il avait hâte de tourner la page et de lancer cette nouvelle saison, sa troisième chez Williams.

Une saison prometteuse car, après des débuts laborieux en 2020 au volant d’une voiture qui n’était pas compétitive, il a réalisé de bonnes performances en 2021 en adéquation avec les progrès de la Williams qui a terminé 8ème du championnat du monde des constructeurs.

Nicholas Latifi un pilote qui monte

Bien qu’il ait été en retrait par rapport à son coéquipier George Russell, il a été parfois à la lutte pour entrer dans les points et a finalement terminé 17ème au classement des pilotes avec 7 points au compteur :

« J’ai profité de l’intersaison pour voir ma famille, j’ai passé quelques jours en Finlande pour rouler sur la glace et travailler certaines techniques de conduite. J’ai essayé de mettre le reste de côté même si j’avais des gardes du corps avec moi. Les menaces m’ont touché bien sûr, j’en ai parlé car ce genre de choses ne peut pas rester impuni.

Sinon, je me suis ensuite préparé de la même façon que l’année dernière, sauf que j’ai pu cette fois avoir accès à un gymnase bien équipé pour parfaire ma condition physique. L’année dernière, j’avais dû aménager une pièce dans mon appartement. C’est important car c’est toujours éprouvant de reprendre le volant au début de l’année pour les muscles du cou notamment. »

De retour sur la piste après ses vacances, il a testé sa nouvelle voiture et il s’est rapidement bien senti dans sa Williams FW44. C’est de bon augure à l’aube d’une saison au cours de laquelle il espère que l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation va permettre de réduire les écarts entre les équipes :

« C’est un nouveau départ, une nouvelle ère en quelque sorte. Beaucoup de choses changent, notamment la visibilité qui est un peu réduite au niveau des roues avants qui sont plus grandes. Ce n’est pas évident, mais nous allons devoir nous y habituer, un peu comme le manque de visibilité des ailerons avants. Les sensations au volant sont aussi différentes avec les nouveaux paramètres aérodynamiques. »

« J’ai passé quelques jours en Finlande pour rouler sur la glace et travailler certaines techniques de conduite »

Nicholas Latifi aura également un nouveau coéquipier après le départ de George Russell, un coéquipier qu’il connait bien puisqu’il a couru avec Alexander Albon en F2 :

« Nous étions ensemble en 2018 chez Dams et nous nous entendons très bien. Quand nous nous sommes retrouvés cet hiver, nous avons retrouvé notre complicité. Nous allons former un très bon duo, capable de nous pousser mutuellement, toujours dans l’intérêt de l’équipe. »

Avec le départ de Russell, il sera le leader de l’équipe, mais ses dirigeants lui font confiance, ils n’ont d’ailleurs pas été surpris par sa saison ; Jost Capito, son patron, s’attendait à le voir performer :

« Nicholas devait bien arriver un jour par marquer des points ! Je suis certain que ce résultat en Hongrie aura valeur de coup de boost pour lui et lui donnera davantage confiance en lui. Il pointait à la 3ème place au début du Grand Prix. Il a tenu le choc malgré la pression, ce fut une prestation remarquable de sa part. Ce résultat montre aussi à quel point Nicholas mérite d’être en F1. »

Des paroles loin d’être anodines et un petit tacle à l’encontre des observateurs qui le considèrent comme un fils à papa, présent en F1 grâce à l’argent de son père. Nicholas Latifi a toujours dû combattre les préjugés et le scepticisme qui le suit depuis son arrivée en F1. Il veut montrer qu’il mérite d’être là pour ses qualités de pilote avant tout.

Le Guide F1 chez votre marchand de journaux préféré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi