samedi 13 avril 2024

Basket : Patrice Attendoli, premier supporter de la Dodge Team

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Patrice Attendoli est le supporteur n°1 de l’équipe du Rocher. Il la suit partout et a même fait customiser sa voiture, une Dodge Ram, aux couleurs du club que les joueurs n’ont pas manqué de signer.

Comment vous est venue cette passion pour la Roca Team ?

A la base, je n’étais pas du tout basket. Aujourd’hui, ce sport est devenu une raison de vivre. Je n’en connaissais même pas les règles. Il y a environ douze ans, une amie de mon fils qui était basketteuse à Monaco m’a convié à aller voir un match.

Jusque-là, j’allais voir du football. Il y avait une trentaine de personnes. J’ai eu un véritable coup de foudre. J’étais subjugué par ces joueurs qui se donnaient à fond. Le jour et la nuit avec le football ! Match après match, j’y suis retourné. A l’époque, Monaco se trouvait au fond de l’abîme en Nationale.

On m’a nommé premier supporteur de la Roca Team. A Monaco, les gens ne s’habillent pas trop avec les couleurs du club. Je me suis trouvé investi dans ce nouveau challenge. Je suis chef d’entreprise (d’une société de déménagement à Monaco, Ndlr) récemment à la retraite. J’ai fait mon pick up (Dodge Ram), un véhicule personnel, à la couleur de la Roca Team.

Combien de matches avez-vous suivi ?

Tous ! J’ai dû dépasser la barre des 400. A part un tout petit break, j’ai même fait tous les déplacements, notamment aux Canaries.

En l’espace de dix ans comment analysez-vous la progression du club ?

J’ai tellement vécu de choses ! Notre ancien coach Zvezdan Mitrovic est devenu un ami. On mangeait parfois ensemble avant les matches. J’ai été un peu déçu de la manière dont les choses se sont finies. Mais cela coûte peut-être moins cher de mettre un coach dehors que de mettre de l’argent sur un joueur à 2 millions d’euros (sourire). Mitrovic a dû comprendre aussi que certains joueurs ne sont pas, tout en étant des stars, à la hauteur de ce qu’on attendait d’eux.

Patrice Attendoli croit au podium pas au titre

Quel regard portez-vous justement sur le rendement de Mike James ?

Quand j’ai fait mon pick up, j’ai demandé à Léo (Westermann) qu’il fasse venir toute l’équipe pour le signer. Les joueurs sont tous venus sauf… Mike James. Il se prend probablement pour le meilleur. Ce qui n’est pas mon point de vue. Il reste un très bon joueur, mais pas le grand, grand, grand joueur comme on a pu le décrire. J’ai des doutes là-dessus.

Monaco va-t-il être enfin champion de France ?

On court après ce titre. Il ne manque quasiment rien. On a une équipe extraordinaire. Beaucoup de nouveaux joueurs sont arrivés. Il a fallu créer de nouveaux automatismes. Certains s’intègrent moins bien que d’autres. Il faut que l’amalgame se fasse pour atteindre une complicité très forte. On n’est pas mauvais. On fait même de bons matches, mais pas encore à la hauteur des attentes.

Quid de l’Euroligue ?

C’est une compétition très relevée avec des joueurs extraordinaires. C’est beau à voir. Espérons qu’on finisse dans les huit. Une fois en play off beaucoup de choses peuvent changer.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi