lundi 4 mars 2024

Pourquoi le XV de France va devenir championne du monde

À lire

Le succès historique du XV de France en Angleterre confirme le statut de favori de l’équipe de France pour la Coupe du Monde. Les points forts de la domination du rugby tricolore.

C’est une victoire avec un grand V. C’est comme piétiner son pire ennemi avec joie mais l’aider à se relever pour être encore meilleure la prochaine fois. Le XV de France de nos amis Dupont, Ntamack ou encore Flament a donné les contours d’un XV presque indiscutable à quelques mois de la Coupe du Monde.

Les Bleus ont été beaux à voir jouer. Comme Zidane au football ou Federer avec la petite balle jaune. Comment ne pas apprécier la petite framboise de Dupont pour la déviation de Ntamack et l’essai de Flament en fin de match. Le coup de pied par-dessus est un délice qui s’avale comme la dernière gourmandise de sa vie…

Les Bleus ont peut-être perdu le Tournoi des VI Nations après leur revers contre les Irlandais, mais ils ont gagné le plus beau match du 21ème siècle. Cette victoire contre les Anglais, par son ampleur, est aussi celle d’un homme. Fabien Galthié a pillé la tactique anglaise dans les rucks, sur les mêlées ou encore dans les interactions de jeu.

Le XV de France a donné une leçon de jeu aux Anglais

A Londres, les Bleus ont montré une palette technique et tactique que peu d’équipes sont capables de maîtriser. Même pas les Blacks à leur grande époque. Désormais, les Bleus ont un projet de jeu très précis avec des classiques qu’ils subliment comme du caviar à déguster au petit-déjeuner.

À commencer par les mêlées. Les britanniques se sont fait manger dans toutes les mêlées, ou presque. Le deuxième essai français est un exemple que les amoureux de rugby ont particulièrement apprécié.

Les Bleus ont été trop forts face au pack rouge et blanc. Sans pour autant se montrer suffisant. C’est la grande force de cette équipe française. Elle donne l’impression de développer son rugby avec une grande humilité. A l’image des coups de génie d’Antoine Dupont, merveilleux capitaine.

Jamais les Bleus n’ont tremblé pendant la rencontre. Jamais, les Anglais n’ont semblé vouloir renverser la vapeur.

Dupont, capitaine-artiste, Flament resplendissant

La première et troisième ligne française a donné son maximum dans les phases de ruck. Les Bleus ont gratté beaucoup de ballons et joué sur les faiblesses britanniques du moment. Déjà, dès l’entame, le jeu rapide des Français au sol a déstabilisé les pré-requis anglais. Antoine Dupont a vécu un hommage très particulier des anglais, fondateur du rugby. Un hommage unique pour le meilleur joueur du monde.

Le capitaine et ouvreur des Bleus a récité son rugby avec panache. Même les Anglais ont applaudi la performance de ce joueur si particulier. Très à l’aise des deux pieds, il a donné toute sa grinta sur le terrain londonien. C’était magnifique à observer.

Que dire de Flament qui a délivré deux essais splendides, après deux actions collectives merveilleuses du pack français. C’est une grande partition à 15, d’abord, mais plus encore au fil de la partie, qui a mené à ce succès historique.

Galthié, le plus beau succès du siècle, c’est oui

Fabien Galthié est-il le meilleur sélectionneur du monde ? Aujourd’hui, c’est forcément oui ! Avec le jeu proposé par l’Équipe de France depuis deux ans. Le sélectionneur du XV de France est sans aucun doute l’homme de la situation, à quelques mois de la Coupe du Monde, dont nos Bleus deviennet forcément les favoris. Le patron du XV de France a mis sur pied une philosophie de jeu qui a déjà fonctionné en club, en s’appuyant sur une génération ex exceptionnelle.

Ces Bleus donnent envie d’aimer le rugby. Le calme de Galthié transpire sur son équipe. Jamais les Bleus ne paniquent y compris lorsqu’ils sont menés. Nous l’avons vu contre l’Italie ou bien contre l’Irlande. Certes, les Bleus sont dominés par le XV du trèfle mais qui propose la plus belle partition rugbytisque ?

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi